(Lake Buena Vista) L’aventure de l’Impact de Montréal au tournoi de relance de la MLS a pris fin en huitième de finale à la suite d’une défaite de 1-0 contre le Orlando City SC samedi soir au Complexe ESPN Walt Disney World.

La Presse canadienne

Tesho Akindele a marqué le seul but du match à la 60e minute, profitant d’une erreur défensive de l’Impact profondément dans son territoire.

Après deux prestations plus encourageantes contre Toronto FC et D. C. United, l’Impact a davantage ressemblé à l’équipe qui avait lancé le tournoi, le 9 juillet contre le Revolution de la Nouvelle-Angleterre, en connaissant une misérable première demie.

« En première demie, Orlando est sorti très, très fort. On n’a pas gagné nos duels, on était toujours un temps en retard sur les joueurs d’Orlando que ce soit pour mettre de la pression, que ce soit pour remporter une course », a analysé Samuel Piette.

« C’est sûr que ça joue sur l’équipe quand tu n’es pas capable de gagner tes duels, de contrôler un peu le jeu, chose qu’on avait bien faite jusqu’à présent, surtout durant les deux derniers matchs contre Toronto et D. C. C’est ce qu’on voulait faire aujourd’hui, on n’a pas été capable. On n’a pas été capable d’enchaîner cinq passes de suite. C’est sûr que mentalement, c’est très difficile quand tu n’es pas capable de faire ça », a ajouté le milieu de terrain montréalais.

Après le but d’Akindele et quelques changements de la part de l’entraîneur-chef Thierry Henry, l’Impact a affiché un peu plus de fougue dans les 15 dernières minutes du temps réglementaire.

Romell Quioto a notamment obtenu une chance de qualité à la 80e minute, mais sa déviation de la tête a raté de peu le filet du gardien Pedro Gallese. Six minutes d’arrêts de jeu n’ont pas aidé l’Impact à prolonger son séjour en Floride.

Malgré la défaite et l’élimination de ses joueurs, Henry a eu de bonnes choses à dire à leur sujet.

« On a pu sauver ce qu’il y avait à sauver, c’est-à-dire se remettre dans les "playoffs". Et après, bien sûr qu’il y a des choses à gommer. Mais le bilan pour moi, je suis fier de mes joueurs. Venir ici, faire ce qu’on a fait, être derrière pas mal d’équipes au niveau de l’entraînement. Tout le monde était un peu dans le même état, mais je suis obligé d’être là en protégeant mes joueurs. Ils ont donné le maximum, ce n’était pas assez aujourd’hui. On va continuer de travailler et aller de l’avant. »

Grâce à sa victoire, Orlando affrontera, le 31 juillet, le vainqueur du duel entre les Sounders de Seattle et le Los Angeles FC. Ce match aura lieu lundi, en fin de soirée.

Demie à sens unique

Jeudi, Thierry Henry avait averti que pour éviter de souffrir de la chaleur, il allait être important de bien contrôler le ballon. En première demie, le message a été parfaitement saisi… par les joueurs d’Orlando.

Les « locaux » se sont imposés dès les premiers moments du match, prenant le contrôle du ballon et du territoire en exploitant particulièrement la défense latérale montréalaise.

Avec plus d’opportunisme et de précision, Orlando aurait facilement pu se donner une avance de deux ou trois buts après 45 minutes de jeu.

« C’était le seul truc positif de la première mi-temps, que c’était 0-0 », a résumé l’entraîneur-chef de l’Impact lors de sa conférence de presse d’après-match.

À lui seul, Jhegson Mendez a obtenu trois occasions de qualité et croyait même avoir brisé l’égalité de 0-0 pendant la 45e minute. L’Impact s’en est fort bien tiré puisque l’un des officiels a jugé qu’Akindele était hors-jeu.

Quelque sept minutes plus tôt, Mendez avait réussi le seul tir cadré de son équipe pendant la première demie. Clément Diop a trouvé le moyen de le stopper même s’il était étendu de tout son long sur la pelouse.

De son côté, l’Impact n’a eu qu’une seule vraie chance de marquer. Elle a appartenu à Piette, qui a fait dévier de la tête un centre de Quioto dans les mains de Gallese pendant la 26e minute de jeu.

Sans être aussi dominant que pendant la première moitié du match, Orlando a finalement réussi à ouvrir la marque quand Akindele a profité d’une mauvaise réaction du défenseur Rod Fanni pour éventuellement pousser le ballon dans un filet grand ouvert.

« Je ne veux pas commenter le but parce que je dois voir la reprise. Je pense qu’il s’agit d’une erreur individuelle de notre équipe, et c’est très triste », a commenté le défenseur Jukka Raitala.