(Montréal) À défaut de profiter du soutien de ses partisans samedi soir, l’Orlando City SC pourra probablement se tourner vers dame Nature pour essayer d’arracher un avantage à l’Impact de Montréal lors de son match de huitième de finale du tournoi de relance de la MLS. Or, aux yeux de Thierry Henry, la clé pour bien gérer la chaleur et l’humidité, si elles continuent de s’imposer comme c’est le cas depuis le début de la compétition, passe par le contrôle du ballon.

Michel Lamarche
La Presse canadienne

Après avoir négocié la phase préliminaire au sein du groupe C contre trois équipes du nord-est du continent, l’Impact croisera le fer avec une formation qui passe les quelque sept mois que dure une saison de la MLS dans le sud-est des États-Unis.

Ce n’est peut-être qu’un concours de circonstances, mais lors de ses trois matchs de la phase préliminaire du groupe A, Orlando City SC a marqué quatre de ses six buts après la 70e minute de jeu sans en concéder un seul.

Ces buts tardifs ont mené la formation floridienne vers le premier rang de sa section avec un dossier de deux gains et un match nul.

« Ils sont chez eux, ils ont l’habitude de ce temps. Maintenant, ça ne veut pas dire que c’est ça qui fait la différence. C’est vrai qu’en début de saison, ça peut la faire parce qu’ils s’entraînent ici », a d’abord noté l’entraîneur-chef de l’Impact lors de sa disponibilité avec les journalistes.

« À nous de trouver les solutions. Si tu ne veux pas courir, il faut garder le ballon, a-t-il enchaîné. Si tu ne le perds pas, tu cours un peu moins. Je sais que c’est un peu cliché, mais c’est la vérité. Il va falloir gérer les temps forts et les temps faibles. Et ça, c’est toi avec le ballon. Si tu contrôles le tempo du match et tu as [le ballon] un peu plus souvent, tu cours un peu moins. »

On ne sait trop si l’Impact a commencé à s’acclimater et à prendre goût à la chaleur de la Floride, mais il reste que l’équipe s’est montrée sous un meilleur jour face au Toronto FC et à D. C. United, après une première sortie qui avait laissé un goût amer à la bouche de Henry et de ses joueurs.

« Nous avons joué tous nos matchs en soirée et les conditions sont les mêmes pour toutes les équipes », a fait remarquer Bojan, qui a néanmoins reconnu être content de ne pas avoir disputé un match en matinée pendant la phase de groupe.

« Nous travaillons tous les jours, physiquement et mentalement pour être prêts pour les matchs. Nous avons progressé depuis le premier jour et nous nous sentons bien. »

Il reste que l’Impact n’aura pas la tâche facile contre l’une des équipes qui s’est avérée parmi les meilleures depuis le début de la compétition.

Trois buts pour Chris Mueller

L’un des joueurs-clés de la formation floridienne jusqu’à maintenant est le jeune milieu de terrain américain Chris Mueller, qui a inscrit trois des six buts de son équipe.

Le Portugais Nani, un autre milieu de terrain, sera à suivre, sans oublier Dom Dwyer, un joueur de soccer forgé dans le moule de Brad Marchand ! Dwyer a raté le dernier match des siens, mais pourrait être disponible samedi.

« Orlando a montré de très bonnes choses. C’est même l’une des équipes pour moi, qui avait l’air la mieux préparée dans ce tournoi. On a vu que très, très rapidement ils ont vite pris leurs marques. Est-ce que c’est dû au fait qu’ils sont un peu plus habitués au climat ? Je n’en sais rien », a déclaré le défenseur Rod Fanni.

« On sait que ça va être un match rugueux. On est prêt, on est au courant. Et quand on est au courant, en général, on est beaucoup moins surpris que peut-être les équipes qui les ont affrontées sans spécialement être préparées pour ce genre de duel. »

En vidéoconférence, Mueller a dit s’attendre à une vive opposition de la part de l’Impact.

« Je crois qu’ils sont appelés à former une très bonne équipe. Peut-être que le résultat n’est pas allé dans le sens espéré contre Toronto. C’est un derby et vous ne savez jamais vraiment ce qu’il peut arriver. [L’Impact] a contrôlé une bonne partie du match contre D. C, j’ai trouvé qu’il avait un bon rythme à son jeu et [Thierry] Henry a fait de bonnes choses avec l’équipe. L’Impact a de bons joueurs et ce sera une bataille. »