(Berlin) Le jeune Erling Haaland contre Maître Robert Lewandowski ! Le match de soccer « Klassiker » entre les clubs allemands Dortmund et Bayern propose mardi un duel entre les deux meilleurs buteurs de Ligue des champions cette saison.

Christophe BEAUDUFE
Agence France-Presse

Incroyable symétrie, l’apprenti norvégien de 19 ans et le maître polonais de 31 ans ont tous les deux marqué cette saison 41 buts en 35 matchs, toutes compétitions confondues.  

Hansi Flick, l’entraîneur du Bayern, estime qu’une comparaison entre les deux est prématurée : « Haaland, c’est sa première saison […] Robert évolue depuis plusieurs années au niveau mondial. Mais Haaland a un énorme talent », reconnaît-il.  

N’en déplaise à Flick, les deux buteurs ont déjà des points communs :

Des statistiques record

Les deux accumulent cette saison les statistiques exceptionnelles. En Ligue des champions, pour l’instant interrompue au stade des 8e de finale, Lewandowski domine le classement des marqueurs avec 11 buts. Haaland le talonne avec 10 buts, huit pour le RB Salzbourg en automne et deux avec Dortmund contre le Paris Saint-Germain en 8es de finale (il ne marquera plus, le BVB étant éliminé).

En Bundesliga, le vétéran Lewandowski est largement en tête avec 27 buts marqués en 25 matchs. Le jeune homme du Borussia a marqué dix fois en dix matchs depuis son arrivée en janvier, mais il devance nettement son aîné pour la fréquence des buts : un toutes les 69 minutes contre un toutes les 82 minutes pour « Lewy ».

Lewandowski a déjà été quatre fois meilleur buteur du championnat en neuf saisons.

Des exploits mémorables

L’apogée de la carrière de Lewandowski reste son quadruplé contre le Real Madrid, sous le maillot de Dortmund, en demi-finale aller de la Ligue des champions 2013 (4-1, et qualification pour la finale).

En Bundesliga, son quintuplé réussi en moins de dix minutes contre Wolfsburg avec le Bayern en septembre 2015, alors qu’il était entré comme substitut, n’a jamais été égalé dans aucun grand championnat européen.  

Haaland, lui, est le premier joueur de moins de vingt ans à avoir marqué lors de ses cinq premiers matchs de C1. En septembre, il est devenu à 19 ans et 58 jours le troisième plus jeune auteur d’un triplé (contre Genk) dans la compétition. Seules les légendaires Raul et Wayne Rooney avaient réussi à être plus précoces !

Son triplé et ses deux doublés pour ses trois premiers matchs en Bundesliga en janvier ont aussi suscité une véritable folie en Allemagne.

Le « tremplin » Dortmund

Shinji Kagawa, Ousmane Dembélé, Pierre-Emerick Aubameyang, Mats Hummels… : le Borussia Dortmund est depuis des années un lieu de découverte du haut niveau pour des pépites à polir.

Robert Lewandowski fut l’une d’entre elles, déniché à 20 ans au Lech Poznan en Pologne, et recruté pour 4,5 millions d’euros ! Avec le Borussia, il a été deux fois champion d’Allemagne et a atteint la finale de la Ligue des champions 2013. Avant d’être recruté en 2014, en fin de contrat, par le Bayern.

Haaland est arrivé à Dortmund à l’âge de 19 ans, après une première partie de saison stratosphérique avec le RB Salzbourg. Il a signé un contrat jusqu’en juin 2024.

Les deux joueurs ont aussi en commun de ne pas appartenir à de très grandes nations de football, et d’avoir, sauf surprise, peu de chances de conquérir un titre majeur avec leur sélection.

Rigueur et professionnalisme

Stars sur le terrain, Haaland comme Lewandowski sont discrets dans leur vie privée. Loin du bling-bling de certains footballeurs, ils cultivent l’image de travailleurs acharnés et totalement concentrés sur leur carrière.  

« Il fait partie de ces gars qui sont à fond à l’entraînement », témoigne le champion du monde 2014 Mats Hummels à propos de Haaland. « Sa façon d’aborder le travail, à son âge, me plaît particulièrement ».

Lewandowski, lui, passe depuis des années pour un parangon de professionnalisme. « Dans sa tête, il pense à bien s’alimenter, à bien dormir, à bien s’entraîner 24 heures sur 24 », témoigne Pep Guardiola, qui fut son entraîneur au Bayern (2014-2016). « Il n’est jamais blessé, parce qu’il se concentre sur ces choses ».  

Son régime alimentaire, très strict, est concocté par son coach personnel : son épouse Anna, ancienne internationale polonaise de karaté. Et dans le vestiaire, ses coéquipiers l’ont surnommé « The Body » pour son corps sculpté par la musculation.