La nouvelle vedette de l’Impact, Victor Wanyama, a affronté les plus grandes stars. Côtoyé les meilleurs entraîneurs. Marqué des buts contre Barcelone, Liverpool et Manchester United. Un parcours exceptionnel pour un footballeur qui a joué pieds nus jusqu’à l’adolescence.

Alexandre Pratt Alexandre Pratt
La Presse

« La première fois que j’ai porté des souliers de soccer, j’avais 11 ans », me raconte-t-il. C’était au Kenya, son pays natal. Il y a grandi, entouré de passionnés de sport. Son père, Noah, jouait au soccer pour un club professionnel local. Sa mère, Mildred, était joueuse de netball, un sport dérivé du basketball. Ses frères et sœurs étaient aussi des athlètes doués. Tous vivaient modestement, comme la majorité des Kényans, dont le salaire annuel moyen était alors de 5000 $.

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, ARCHIVES LA PRESSE

Le joueur désigné de l'Impact Victor Wanyama lors de son premier entraînement avec l'Impact, le 3 mars dernier 

« Mon équipe venait de gagner un tournoi. J’ai été nommé meilleur joueur. [Les organisateurs] m’ont remis des souliers. Je m’en souviens. Des Puma jaunes. J’ai commencé par les essayer lors des entraînements. C’était un peu bizarre. Je finissais [toujours] par les enlever. Un jour, mon entraîneur est venu me voir et m’a dit : “Non, tu dois les garder.” Ça m’a forcé à m’y habituer, jusqu’au moment où je suis devenu à l’aise. »

La suite est digne d’un conte de Disney. Il n’a que 15 ans en 2007, lorsqu’il fait ses débuts avec l’équipe nationale. La même année, il quitte la maison pour rejoindre son grand frère McDonald, de trois ans son aîné, en Suède. « Il évoluait avec le premier club [à Helsingborg], alors que j’étais avec les juniors. » McDonald se fait remarquer par l’équipe de Parme. Il déménage en Italie. Victor n’a d’autre choix que de retourner vivre avec sa famille, au Kenya.

Les retrouvailles sont de courte durée. En 2008, le club belge de Beerschot lui offre un contrat. Son jeu physique en milieu de terrain suscite l’attention. En 2011, la meilleure équipe d’Écosse, le Celtic de Glasgow, l’embauche. Un tremplin inouï pour sa carrière. À seulement 20 ans, Victor Wanyama est l’un des joueurs les plus utilisés du club. L’année suivante, il a l’occasion de participer à la Ligue des champions pour la première fois. « J’avais toujours rêvé de jouer contre les grands clubs, en Ligue des champions. »

Il est bien servi. Au tirage au sort, le Celtic tombe dans un groupe avec Benfica, le Spartak de Moscou et, surtout, le FC Barcelone. « Une très bonne équipe », se souvient-il. C’est peu dire. Lors du match du 7 novembre 2012, à Glasgow, les Catalans misent sur Lionel Messi, Andrés Iniesta, Xavi, Gerard Piqué et Cesc Fabregas. Le duel s’annonce inégal. Mais le Celtic a un atout : sa foule déchaînée de 60 000 partisans.

Je m’en souviens très bien. Quand on jouait au Celtic Park, l’ambiance était folle !

Victor Wanyama

À la 21minute, le Celtic profite d’un coup de pied de coin. Charlie Mulgrew centre parfaitement le ballon au deuxième poteau. Wanyama se donne un élan de 10 mètres, s’élève au-dessus de Jordi Alba et frappe le ballon de la tête. But ! Le Celtic prend l’avance 1-0. Le stade explose de joie.

Regardez le but de Victor Wanyama

« Compter contre Barcelone, c’était mon rêve devenu réalité. Après le but, j’ai couru vers le coin. Puis j’ai vu les partisans. Ils descendaient littéralement vers le terrain. Je me suis dit : “Oh oh, ils s’en viennent vers moi. Ils vont me suivre !” Alors j’ai changé de direction. Je suis retourné vers le filet. J’étais sous le choc. C’était vraiment un beau moment. »

Ce soir-là, Glasgow a battu Barcelone 2-1. Le but de Victor Wanyama fut célébré en Écosse comme au Kenya. Les partisans du Celtic lui ont fait l’honneur d’une nouvelle chanson, rappelant ses origines.

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, ARCHIVES LA PRESSE

Victor Wanyama

« De l’école Kamukunji, d’où tu viens À Celtic Park, où tu fais ton nom Tu es le premier Kenyan à jouer pour nous Nous t’avons souhaité la bienvenue Tu nous as souhaité la bienvenue. »

Sa réputation dépasse largement le mur d’Hadrien. Les offres abondent. En 2013, le Celtic réalise un profit de 1400 % en vendant ses droits à Southampton pour 12,5 millions de livres. L’équivalent de 22,5 millions de dollars canadiens. Victor Wanyama devient non seulement le premier Kényan de l’histoire en Première ligue anglaise. Il est aussi l’une des recrues les plus en vue du circuit. Les fans de Southampton l’accueillent à bras ouverts avec une nouvelle chanson, inspirée du succès The Lion Sleeps Tonight.

« He’s a Kenyan A Mighty Kenyan Victor Wanyama »

> Écoutez la chanson

« J’ai reçu plusieurs offres, raconte-t-il. J’ai choisi celle de Southampton parce que c’était un bon club qui mettait en vitrine les jeunes. Je cherchais du temps de jeu pour gagner de l’expérience. »

Parmi ses coéquipiers, on retrouve les futures étoiles Sadio Mané et Toby Alderweireld, ainsi qu’un jeune Algérien de son âge, en prêt de l’Inter Milan : Saphir Taïder. Dans son carré de terrain, Wanyama – 188 centimètres – fait la loi. Il n’hésite pas à pousser et tacler pour déséquilibrer un adversaire. Souvent à la limite des règles. En deux saisons, il marque quatre buts et accumule les cartons : 16 jaunes, un rouge, en 62 matchs.

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, ARCHIVES LA PRESSE

En compagnie de Saphir Taïder, avec qui il renoue à Montréal après avoir partagé le vestiaire de Southampton

Dans une ligue reconnue pour son jeu physique, son profil est recherché. En 2016, il est recruté par Tottenham. C’est l’un des meilleurs clubs d’Angleterre et, bientôt, de toute l’Europe. Wanyama y côtoie une pléiade d’étoiles. De Harry Kane à Christian Eriksen, en passant par Heung-Min Son et l’entraîneur-chef Mauricio Pochettino, qu’il a d’abord connu à Southampton.

« J’avais une excellente relation avec [Mauricio]. Il était comme une figure paternelle pour moi. » Mis en confiance, il compte dès son premier match. L’équipe termine au deuxième rang du championnat, son meilleur résultat en plus d’un demi-siècle.

Tottenham fut une bonne expérience pour moi. J’ai pu jouer avec les meilleurs, contre les meilleurs. J’ai passé du bon temps, là-bas. J’aimais la chimie, l’esprit d’unité entre les fans et les joueurs. C’était comme une grosse famille.

Victor Wanyama

Sa deuxième saison à Londres est minée par des blessures récurrentes à un genou. Il est laissé sur le banc lors de la finale de la Ligue des champions contre Liverpool, en mai 2019. En novembre, Mauricio Pochettino quitte l’équipe. Son remplaçant, José Mourinho, préfère habiller un troisième gardien plutôt que Wanyama. Le Kényan en a assez. Il manifeste son mécontentement. Ce qui l’a fait aboutir avec l’Impact de Montréal, cet hiver.

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, ARCHIVES LA PRESSE

Victor Wanyama et l'entraîneur-chef Thierry Henry

Nouvelle équipe. Nouvelle ligue. Nouveau continent. Mais Victor Wanyama, 28 ans, n’est pas totalement en terrain inconnu. Il a déjà joué avec Saphir Taïder. Il a côtoyé Luis Binks, à Tottenham. Il connaissait aussi le directeur sportif, Olivier Renard, un adversaire dans la ligue de Belgique. « Ce sont Thierry [Henry] et lui qui m’ont convaincu, qui m’ont vendu leur projet », indique-t-il.

Pour l’instant, il n’a disputé qu’un seul match avec l’Impact. C’était le 10 mars, en Ligue des champions, contre Olimpia. Deux jours plus tard, la MLS cessait ses activités en raison de la pandémie. Depuis, il est en confinement, à Montréal. « Pour le moment, je reste à l’intérieur. Je joue à FIFA avec mes amis. J’appelle ma famille. Je m’entraîne comme je le peux. »

Victor Wanyama a hâte de découvrir la ville.

Autant que les fans, eux, ont hâte de lui souhaiter la bienvenue en bonne et due forme.