(Lausanne) L’Euro 2020 de soccer aura-t-il lieu ? Le maintien ou non du tournoi organisé dans 12 pays (12 juin-12 juillet), question aux enjeux sportifs et financiers énormes, est au centre d’une réunion de crise de l’UEFA mardi face à la propagation du coronavirus.

Eric BERNAUDEAU
Agence France-Presse

Alors que tous les championnats européens majeurs ont été suspendus et que des équipes entières ont été placées en quarantaine, le sort de la Ligue des champions et de la Ligue Europa, suspendues au stade des huitièmes de finale, doit également alimenter les débats.

Et l’hypothèse d’un report de l’Euro, une première en 60 ans d’existence et 15 éditions disputées à ce jour, n’est plus un tabou.

Vendredi, la confédération européenne a « invité les représentants des 55 associations membres […] à des réunions en visioconférence pour discuter de la réponse du football européen à l’épidémie ». Les discussions « porteront sur toutes les compétitions nationales et européennes ainsi que sur l’Euro 2020 », a tenu à préciser l’UEFA.  

Une première réunion est prévue mardi matin à 10 h entre l’état-major de l’UEFA et les représentants des clubs, des ligues et des joueurs. Une seconde suivra à 13 h avec les 55 fédérations membres avant une réunion du Comité exécutif de l’instance à 14 h.

La situation est d’autant plus compliquée que, grande nouveauté, cette compétition continentale est organisée dans 12 pays, obligeant équipes et supporters à enjamber les frontières.

L’UEFA « n’a pas le choix »

Dans un contexte européen où les mesures de confinement et les fermetures de frontières se multiplient, « l’UEFA n’a pas le choix : il faut reporter à la fois l’Euro et la Ligue des champions », juge un cadre du soccer mondial.

« Il faut que tout le monde se retrouve quand la crise sera finie pour tout reprogrammer. Il faudra alors refaire entièrement le calendrier international une fois que la crise sera terminée », ajoute-t-il.

Plusieurs voix se sont déjà exprimées en ce sens.  

Ainsi, le sélectionneur de l’équipe d’Italie Roberto Mancini a déclaré dimanche qu’il ne voyait pas d’objection à ce que le Championnat d’Europe des nations soit reporté à 2021. Le président de la Fédération italienne (FIGC), Gabriele Gravina, a dit pour sa part qu’il allait « proposer de surseoir à l’organisation de l’Euro ».

Si la situation sanitaire et les mesures de plus en plus drastiques prises au fil des jours partout sur le continent n’incitent pas à l’optimisme, Noël Le Graët, patron de la Fédération française (FFF) expliquait cependant dimanche que l’unanimité ne régnait pas au sein de la famille du soccer.

« Il y a des gens qui veulent jouer, d’autres qui ne le souhaitent pas. La moitié (des fédérations) veulent jouer, l’autre moitié non », assurait-il sur TF1. « Il y aura un débat et mardi en fin de journée, la position de l’UEFA sera connue aussi bien pour la Ligue des champions, la Ligue Europa, que la compétition européenne (l’Euro, NDLR) », ajoutait-il.

Évoquant les matchs amicaux des Bleus fin mars, contre l’Ukraine et la Finlande, « il est probable que ces deux matchs ne se jouent pas », ajoutait M. Le Graët, estimant « probable que l’ensemble des matchs amicaux européens soient reportés » suite à la réunion de mardi.

Concernant l’Euro, l’option du huis clos semble difficilement concevable. Et il apparaît logique que l’UEFA privilégie un report à une annulation de la compétition, importante source de droits télévisés.

L’Euro 2016, pour le seul marché français, avait généré au total 110 millions d’euros de droits TV versés par les chaînes beIN Sports, TF1 et M6, selon des chiffres rapportés par la presse.

Enjeux financiers « énormes »

« Les enjeux financiers sont énormes, confirme un cadre du soccer international. On sait que la FIFA dispose de réserves importantes mais on ne sait pas pour l’UEFA ni pour les Ligues. »

Mais si l’option du report est privilégiée, le calendrier international déjà surchargé offre très peu de latitude.

La proposition d’un Euro reprogrammé l’hiver prochain « risque de se heurter à l’opposition des Ligues qui ont déjà accepté de suspendre leur championnat pour le Mondial 2022 disputé en novembre-décembre au Qatar », explique un autre bon connaisseur du soccer mondial.  

Quant à un Euro reporté à l’été 2021, il se téléscoperait avec la Coupe du Monde des clubs organisée en Chine par la FIFA qui en attend des revenus importants.

Interrogée lundi sur cette éventualité et sur la réunion de mardi, la FIFA n’a fait « aucun commentaire ».

Quant aux supporters, qui pourraient aussi avoir à subir les effets d’un report, ils veulent une décision rapide.

« C’est plus sage d’annoncer maintenant le report que de le faire dans deux mois », confie à l’AFP Fabien Bonnel, porte-parole des « Irrésistibles Français », principal groupe de supporters des Bleus. « Là, au moins, on le saura rapidement, ça permet à tout le monde de prendre ses dispositions. »