(Toronto) Le nuage qui plane au-dessus de la tête de l’Impact de Montréal depuis quelques semaines s’est dissipé l’espace de quelques heures mercredi soir, laissant plutôt place à l’euphorie et les célébrations.

La Presse canadienne

Le Bleu-blanc-noir a mis la main sur la 10e coupe des Voyageurs de son histoire en causant la surprise après une séance de tirs au but lors du match retour de la finale du Championnat canadien.

« Ça fait beaucoup de temps que j’attends ça, de prendre un trophée dans mes mains, s’est exclamé Ignacio Piatti en français, prenant le temps de remercier aussi l’ancien entraîneur de l’équipe et ses adjoints. Aujourd’hui, c’est magnifique d’avoir gagné. C’est une victoire d’équipe. »

Malgré le but de Tsubasa Endoh encaissé à la 70e minute, Bojan Krkic, Daniel Lovitz et Rudy Camacho ont réussi à déjouer Alex Bono à trois reprises pour permettre à l’Impact de s’imposer 3-1 aux tirs au but.

« C’est une grosse victoire. Particulièrement cette année, avec plus d’équipes en lice, la compétition est plus sérieuse. Ça prouve que le soccer est en ascension ici. De pouvoir représenter Montréal, le Québec et le Canada évidemment, c’est spécial, c’est certain », a déclaré Samuel Piette.

Le onze montréalais a tenté de fermer les livres à la 90e minute, alors que le Toronto FC évoluait à 10 joueurs en raison d’un carton rouge décerné à Chris Mavinga. La frappe de Piatti a toutefois percuté la barre horizontale, forçant la tenue d’une séance de tir de barrage.

Jozy Altidore, qui a obtenu une quantité phénoménale de chances de marquer en temps réglementaire, a frappé de plein fouet la barre horizontale lors du deuxième tir au but des Torontois. Clément Diop a par la suite joué les héros en s’étirant de tout son long pour bloquer le tir de Patrick Mullins au coin inférieur droit.

Alejandro Pozuelo avait donné les devants au Toronto FC en faisant bouger les cordages lors du premier tir de la séance.

Lors du match aller, l’Impact s’était forgé une avance de 1-0 au cumulatif des buts, grâce à une superbe frappe de Piatti.

Grâce à cette victoire, le Bleu-blanc-noir participera à la 12e représentation de la Ligue des Champions de la CONCACAF, qui s’amorcera en février 2020.

« Ils ont mis les efforts nécessaires et ont fait ce qu’ils avaient à faire sur le terrain. Et ils le méritent, a déclaré l’entraîneur-chef de l’Impact, Wilmer Cabrera. Pour les partisans, pour la ville de Montréal et pour ce club. »

Après moult déceptions lors des dernières semaines, les membres de la formation montréalaise avaient le cœur à la fête après cette importante victoire.

« Le match s’est déroulé en deux temps. D’abord la première demie, dominée par Toronto. Et la deuxième demie, où nous avons changé notre mentalité et nous avons décidé d’être dans leurs jambes et c’est ce que nous avons fait, a expliqué Cabrera, qui a été interrompu lors de son point de presse par ses joueurs venus célébrer. Nous avons montré que nous pouvions leur faire mal. Nous avons encaissé un but, mais nous avons continué et nous avons créé de bonnes opportunités. Nous avons terminé le match plus en force qu’ils ne l’ont fait. »

L’Impact tentait de mettre la main sur la coupe des Voyageurs pour une première fois depuis 2014, tandis que le Toronto F. C. visait un quatrième titre canadien consécutif.

Toujours à la recherche d’une place en séries en MLS, le onze montréalais, qui s’est incliné lors de quatre de ses cinq derniers matchs en MLS, affrontera le Atlanta United dimanche, au Stade Saputo.

En vertu d’un verdict nul du Revolution de la Nouvelle-Angleterre face aux Timbers de Portland plus tard en soirée, l’Impact peut toujours espérer accéder aux éliminatoires.

Le festival des occasions ratées

Les hommes de Wilmer Cabrera ont connu quelques bonnes séquences lors des 10 premières minutes de jeu. Piatti et Krkic se sont notamment signalé à quelques reprises.

Le Toronto FC n’a toutefois pas mis de temps pour s’imposer par la suite.

Altidore a mordu la poussière à quelques reprises en première demie du côté de Toronto. L’attaquant vedette des locaux a fait bondir les partisans réunis au BMO Field à la 22e minute, mais son tir est finalement passé par-dessus la lucarne.

Les Torontois ont profité du momentum pour amorcer la deuxième demie en force.

Après quelques tirs ratés de part et d’autre, l’Impact a été victime d’une faute de la part du juge de ligne à la 64e minute, alors qu’Auro a étiré le bras tel un gardien de but pour arrêter le ballon, alors que Clément Bayiha se serait retrouvé seul à quelques pas de la cage torontoise, en position de marquer. Malgré les nombreuses contestations de la part du onze montréalais, la décision est demeurée la même vu l’absence de reprise vidéo.

« Pour moi, c’était un penalty évident. Nous l’avons tous vu, mais nous n’avons pas droit à la reprise vidéo. Mais c’est la vie, c’est ça le jeu, a souligné Cabrera. Nous avons continué de jouer et d’appliquer de la pression par la suite. »

Cette bourde s’est avérée payante pour le Toronto FC, qui a finalement fait bouger les cordages six minutes plus tard.

Le vent a tourné en faveur du Bleu-blanc-noir à la 84e minute, lorsque Mavinga a écopé d’un carton rouge pour avoir fauché Lassi Lappalainen devant la demi-lune de la surface de réparation.

La formation montréalaise était privée des services du milieu de terrain Saphir Taïder, qui purgeait une suspension d’un match en raison d’une accumulation de cartons jaunes.