(Montréal) Le milieu de terrain Samuel Piette s’est porté à la défense de l’entraîneur-chef John Herdman quatre jours après l’inattendue défaite du Canada aux mains de Haïti en quarts de finale du tournoi de la Gold Cup, samedi à Houston.

Michel Lamarche
La Presse canadienne

De retour à Montréal, où il a participé à la séance d’entraînement de l’Impact en prévision du match contre Minnesota United samedi, au stade Saputo, Piette a émis des commentaires élogieux à l’endroit de Herdman.

«C’est facile de juger après le match. On juge toujours sur le résultat final. Je crois, honnêtement, que John est la personne pour amener ce pays à un autre niveau. Je vois comment il travaille, à quel point il est passionné, déterminé. J’ai confiance en ses moyens et je pense qu’on l’a prouvé sur le terrain», a noté Piette.

«On ne peut pas juger une association ou tout le programme à cause de 45 minutes, a-t-il renchéri. Je pense qu’on a montré du beau football avec les éléments qu’on a. Oui, c’est normal qu’il soit critiqué, comme nous, les joueurs, comme tout le monde. On est très déçu, mais je ne pense pas qu’on doive tout jeter à la poubelle ce qui a été fait dans les deux dernières années.»

Même s’il a vu la défaite ultime des lignes de côté, Piette dit avoir vécu une très bonne expérience pendant les quatre semaines passées au sein d’Équipe Canada. Mais comme il l’a mentionné à quelques reprises lors de sa rencontre avec les journalistes, l’issue finale n’a pas été celle que les joueurs attendaient, d’autant plus que la formation canadienne détenait une avance de 2-0 après la première moitié du match. Selon Piette, le premier but des Haïtiens, tôt en deuxième demie, a fait tourner le vent.

«D’abord, c’est un but qui est arrivé à un très mauvais moment, après le retour des vestiaires, qui est une erreur de notre part. C’est sûr que ça joue un peu sur le moral. Tu es rendu à 2-1, ce n’est pas un score très confortable. Haïti a cru en ses chances et il restait encore 40 minutes pour marquer seulement un but et amener le match en prolongation. Finalement, ça n’a pas été le cas. Le premier but a été le point tournant.»

AP

Samuel Piette (6) a participé au tournoi de la Gold Cup avec l'équipe canadienne.

En principe, Piette n’aurait pas dû passer toute la rencontre à titre de réserviste. Vers la 70e minute de jeu, il était prêt à sauter dans la mêlée sauf que les événements ont modifié le plan de match de Herdman.

«Je pense qu’ils ne l’ont pas montré à la télé, j’allais rentrer (sur le terrain) à 2-1. J’étais prêt, j’étais au milieu du terrain, le carton avait été donné à l’arbitre. Là, il y a eu un long ballon, (Marcus) Godinho qui fait faute pour un penalty. Haïti marque sur le penalty et l’arbitre m’a demandé si j’entrais sur le terrain quand même, mais le coach a dit à l’arbitre d’attendre et qu’il allait revoir sa stratégie», a raconté Piette.

Ce dernier semblait comprendre la décision de Herdman de ne pas l’envoyer sur le terrain après le but égalisateur des Haïtiens.

«À 2-2, d’envoyer sur le terrain un joueur à vocation défensive comme moi quand tu veux pousser pour aller chercher la victoire, ça n’a pas vraiment de sens», a fait remarquer Piette, qui comprenait aussi pourquoi les milieux latéraux Scott Arfield et Atiba Hutchinson sont demeurés dans le match, car, a-t-il affirmé, les deux connaissaient de bons matchs.

Il faut dire que les joueurs canadiens n’ont pas été les seules victimes de Haïti pendant la Gold Cup. L’équipe qui est classée 101e au monde a aussi vaincu le Costa Rica (39e) avant de pousser le Mexique (18e) en prolongation mardi. Piette avait de bonnes choses à dire au sujet des Haïtiens.

«Avec tout le respect que j’ai pour Haïti, c’est une nouvelle équipe, on n’en avait jamais vraiment entendu parler. Peut-être que c’est une équipe qui était sous-estimée. Je pense que ç’a été le cas pour nous, surtout en deuxième demie, ce n’est pas un secret, a admis Piette. Même chose contre le Mexique. Ils ont de bons éléments. J’ai été très surpris de la qualité qu’ils avaient sur le terrain. C’est dommage comment ça s’est terminé. C’est une équipe qui n’a pas lâché jusqu’à la fin et au final, elle est sortie avec la victoire.»

Avec l’élimination du Canada samedi et celle du Panama le lendemain, Rémi Garde pourra donc compter sur Piette, Zachary Brault-Guillard et Omar Browne.

«On est content d’accueillir, malheureusement, Sam et Zachary qui sont revenus un peu prématurément, plus tôt que ce que l’on imaginait et Omar également. Bien sûr, ça fait plus de monde, ça donne plus de possibilités dans la séance», a déclaré Garde.

Par ailleurs, tout indique que l’entraîneur ne pourra compter, samedi, sur Ignacio Piatti, Maximiliano Urruti et Orji Okwonkwo qui se sont entraînés à l’écart des autres joueurs de l’équipe mercredi. Okwonkwo, qui avait livré une superbe performance mercredi dernier contre Portland, s’est blessé à un ischio-jambier lors de l’entraînement de mardi.