Des médias espagnols rapportent que l'attaquant portugais Cristiano Ronaldo a accepté de plaider coupable à des accusations de fraude fiscale et de payer une amende de 18,8 millions d'euros (28,8 millions de dollars canadiens) en échange d'une peine de prison qui serait très probablement suspendue.

Publié le 15 juin 2018
ASSOCIATED PRESS

Le quotidien espagnol El Mundo a rapporté vendredi que Ronaldo était prêt à admettre quatre chefs d'accusation de fraude fiscale qui entraîneraient une peine d'emprisonnement de deux ans. Les peines de prison de moins de deux ans en Espagne sont souvent suspendues pour les personnes qui en sont à une première offense.

L'accord n'aurait pas encore été ratifié par le fisc espagnol, selon différents médias espagnols, y compris l'agence de presse Europa Press.

Ni l'administration fiscale espagnole, ni son ministère de la Justice, ni les personnes proches de Ronaldo n'ont confirmé l'existence d'un accord lorsque contactés par l'Associated Press.

Les rapports de l'accord ont fait surface quelques heures avant que Ronaldo marque trois buts pour permettre au Portugal de soutirer un match nul de 3-3 contre l'Espagne dans leur match d'ouverture à la Coupe du monde de soccer, en Russie.

Il y a un an, un procureur d'État espagnol avait accusé Ronaldo de quatre chefs de fraude fiscale de 2011 à 2014, d'une valeur de 14,7 millions d'euros (22,5 millions $). Le procureur a accusé Ronaldo d'avoir utilisé des sociétés fictives en dehors de l'Espagne pour dissimuler des revenus provenant de droits d'image. L'accusation n'implique pas son salaire du Real Madrid.

Ronaldo a nié tout acte répréhensible lorsqu'il a été interrogé par un juge en juillet dernier.

En 2016, l'attaquant du FC Barcelone Lionel Messi avait été condamné à une peine d'emprisonnement de 21 mois avec sursis après avoir été reconnu coupable d'avoir fraudé les autorités fiscales de 4,1 millions d'euros (6,3 millions $).