Marco Di Vaio a entamé mardi sa nouvelle vie avec l'Impact de Montréal. L'attaquant a participé à sa première séance d'entraînement, a reçu les premières passes de ses nouveaux coéquipiers et entend tout mettre en oeuvre pour être fin prêt pour son premier match, le 27 juin contre Toronto.

Gabriel Béland LA PRESSE

«Bien, très bien!», a-t-il répondu mardi aux journalistes qui lui demandaient comment avait été sa première journée avec l'équipe. Le joueur italien a répondu aux questions en français, en bordure du complexe sportif Claude-Robillard, où a eu lieu la pratique.

«Ç'a été un bon entraînement. Ce n'est pas facile pour moi puisque j'ai été loin du jeu pendant trois semaines, mais les sensations sont bonnes», s'est réjoui Di Vaio, qui a disputé son dernier match le 13 mai dans l'uniforme de Bologne.

Il a depuis profité de vacances à Miami. Le vétéran de 35 ans est d'ailleurs rentré à Montréal sans sa famille, restée sous le soleil de Floride quelques semaines encore. «C'est mieux pour eux. Je suis là pour travailler. Ils arrivent plus tard cet été», a expliqué le premier joueur désigné de l'histoire de l'Impact.

Di Vaio veut maintenant apprendre à connaître son équipe et ses nouveaux coéquipiers. «Ce n'est pas facile pour moi d'arriver, de faire l'entraînement, d'apprendre à connaître l'entraîneur, les autres joueurs, dit-il. Mais on a fait un bon travail.»

L'attaquant s'est naturellement d'abord tourné vers les autres joueurs italiens. Avant la pratique, il a demandé à Matteo Ferrari et Bernardo Corradi de lui expliquer le déroulement des pratiques. Il a aussi visité la Petite-Italie avec la colonie italienne de l'Impact.

«Je veux apprendre à connaître la ville et les restaurants, a expliqué Di Vaio, qui vit à l'hôtel en attendant de trouver un logement. Mais déjà, on est allés prendre un expresso avec Nick (De Santis) et les autres Italiens dans un bar.»

Dans ce quartier au coeur de Montréal, il dit avoir été reconnu par quelques Italo-Montréalais. «Ils sont très contents. Ils disent "un autre Italien!" La communauté s'agrandit», a-t-il raconté.

Un aller-retour en l'Italie

Mais Di Vaio devra attendre quelques jours encore avant de déguster de nouveau les cafés de la Petite-Italie. Le joueur repart pour l'Italie mercredi afin d'être entendu dans le cadre de l'enquête sur l'affaire des matchs truqués qui bouleverse la Serie A.

Ce nouveau scandale n'a pas encore l'ampleur de celui qui avait éclaboussé la Juventus en 2006. Mais déjà des joueurs ont été interpellés et la police a procédé à des perquisitions.

Marco Di Vaio doit quant à lui rencontrer un procureur italien jeudi. Celui-ci veut entendre 37 joueurs à propos d'un match disputé le 22 mai 2011, une défaite de 4-0 subie par Bologne contre Bari. Le nouvel attaquant montréalais a minimisé l'importance de cette convocation, expliquant que «toute l'équipe a été appelée à témoigner».

Jesse Marsch s'est aussi fait rassurant. Il est convaincu que toute cette histoire n'aura aucun impact sur son nouveau joueur. «Il n'est pas impliqué dans ça, pas du tout. Les autorités parlent à plusieurs personnes là-bas simplement pour aller au fond des choses», a expliqué l'entraîneur.

Marsch s'est dit satisfait du premier entraînement de Di Vaio. «Il est revenu plus tôt que prévu de vacances parce qu'il voulait se préparer pour son premier match. Je pense que ça démontre à quel point il est dédié à cette équipe et à quel point il est excité par la suite des choses.»

L'entraîneur ne s'inquiète pas une seconde de sa capacité à s'intégrer. Il a déjà eu plusieurs discussions avec Di Vaio et croit partager avec lui une même vision soccer. «Et plus que tout, il s'agit d'un bon joueur, d'un joueur intelligent, et des gars comme ça s'intègrent dans n'importe quelle équipe, tranche-t-il. Je suis content de l'avoir ici.»

On pourra le constater de visu le 27 juin alors que l'Impact va accueillir le Toronto FC. Di Vaio ne peut disputer de match avant cette date puisqu'il faut attendre l'ouverture de la fenêtre internationale des transferts de la MLS.