Barcelone, avec un triplé de Messi, a écrasé l'Atletico Madrid (5-0), samedi lors de la 6e journée du championnat d'Espagne, le Real Madrid ayant lui dû s'employer davantage pour battre le Rayo Vallecano, en dépit d'un score final assez sévère pour les visiteurs (6-2).

AGENCE FRANCE-PRESSE

Après leurs contre-performances respectives - nul à Valence pour le Barça mercredi (2-2), nul (0-0) face à Santander pour le Real, après une défaite à Levante (1-0) - les deux grands d'Espagne se sont relancés à domicile.

Au Camp Nou, le scénario a été limpide: l'équipe de Guardiola a surclassé l'Atletico, pourtant meilleure défense jusqu'ici de la Liga.

La muraille des Rouge et Blanc a volé en éclats face aux inspirations de Villa, qui a signé le premier but (9) et surtout de Messi, encore irrésistible samedi et auteur d'untour du chapeau (26, 78, 90+1). Un but contre son camp du défenseur Miranda (15) est venu remplir la valise madrilène.

Valdes n'a connu que de très rares alertes: une frappe de Tiago sur la barre (4) et un face à face remporté contre Adrian (84).

Contrairement à la largesse du score final, le Real Madrid a lui connu une victoire nettement plus laborieuse face au Rayo Vallecano, au terme d'un match compliqué, qui a d'abord vu les hommes de Mourinho être menés au score, puis jouer à dix pendant plus d'une demi-heure.

Dès le coup d'envoi, Lassana Diarra perdait le ballon au milieu de terrain. L'attaquant du Rayo Tamudo tentait sa chance aux 16 mètres et sur la frappe repoussée par Casillas, Michu ouvrait le score pour les visiteurs (1).

Groggy, le Real s'en est alors plus remis à l'orgueil qu'au talent pour réagir.

Ronaldo y va aussi de son triplé

Sur un contre, Ronaldo, servi côté gauche, choisissait d'y aller seul et obtenait l'égalisation d'un tir entre les jambes de Gimenez (38).

Le Rayo a encaissé ensuite un deuxième but quelque peu naïf sur un coup franc de Xabi Alonso qui trouvait Ramos, parti à la limite du hors-jeu. Le latéral droit servait Higuain qui poussait le ballon dans le but (45+1).

Au retour des vestiaires, le Real a continué à pousser, quoique de manière très désordonnée. Le milieu du Rayo Movilla avait la maladresse d'accrocher Kaka dans la surface et le penalty qui s'ensuivait était transformé par Ronaldo (50).

Mais la messe, au vu de la fébrilité des Merengue, n'était pas encore dite. Sur un corner, Michu, encore lui, se jetait au second poteau, refaisant douter le Real (3-2; 55), qui perdait dans la minute Di Maria, exclu après un deuxième carton jaune.

Réduit à dix, les Madrilènes n'ont cependant pas paniqué et se sont même mis à mieux jouer. Sur un corner tiré par Özil, Varane parvenait à mettre les Blancs à l'abri à 4-2 d'une aile de pigeon (66). Benzema, entré à la place d'Higuain (5-2, 73), puis Ronaldo (6-2, 84) sur un nouveau penalty, se sont enfin chargés de sceller la victoire du Real.

De son côté, le FC Séville a usé de toute son expérience et de sa malice pour battre Valence à domicile (1-0), dans un match marqué par trois cartons rouges (deux côté Séville, un côté Valence). Finalement, un but de Kanouté survenu dans une première période largement à l'avantage des Andalous, aura suffi.

Enfin, l'Athletic Bilbao n'a toujours pas goûté à la victoire cette saison, les Basques se faisant accrocher par Villarreal (1-1) à domicile.