On entend d'ici les murmures en provenance de Toronto.

Mis à jour le 21 janv. 2019
Mathias Brunet LA PRESSE

Malgré toute leur puissance offensive, les Maple Leafs ont une fiche de 3-7 depuis le 29 décembre      

Ils ont subi hier une autre défaite, 4-2 aux mains des Coyotes de l'Arizona. Ils ont été hués copieusement à leur sortie de la patinoire.

Toronto occupe encore une place confortable au classement. L'équipe a une fiche de 29-17-2, six points devant les Sabres de Buffalo, dernier club exclu des séries.

En temps normal, on parlerait d'une saison très intéressante pour les Maple Leafs. Mais l'acquisition de John Tavares a gonflé les attentes

Il n'y a pas trois ans à peine pourtant, les Leafs rataient les séries pour la dixième fois en onze printemps.

Leur noyau est encore très jeune, ne l'oublions pas. Mitch Marner, le meilleur compteur, et Auston Matthews, ont 21 ans. Le défenseur Morgan Rielly a 24 ans. Kasperi Kapanen et William Nylander ont 22 ans.

Mais tout est question de perceptions. L'arrivée de Tavares devait aux yeux de certains permettre aux Leafs de dominer outrageusement leurs adversaires.

Le Canadien, en comparaison, entamait une phase de rajeunissement et on s'attendait à une saison difficile. Les deux clubs ont une fiche presque identique. On évoque une saison étonnante à Montréal, tandis qu'on sent déjà de la déception à Toronto.

Les douloureuses négociations de contrat avec la jeune vedette William Nylander n'ont évidemment pas aidé. L'équipe montrait une fiche de 20-8-0 en son absence, mais affiche un dossier de 9-9-2 depuis son retour au jeu le 6 décembre contre Detroit.

Nylander en arrache avec quatre points, dont un but, en vingt matchs. Il constitue une épine dans le pied de son entraineur Mike Babcock.

Le jeune homme touche un salaire de 12 millions cette saison, incluant son boni de deux millions, mais se retrouve au sein du quatrième trio avec Frederik Gauthier et Par Lindholm. Il est le deuxième salarié de l'équipe (salaire annuel de 6,9 millions) derrière John Tavares. Distraction, vous dites?

Les Leafs salueraient sans doute du renfort en défense. Morgan Rielly connaît une formidable saison au plan offensif. Son partenaire au sein de la première paire, Ron Hainsey, a 37 ans. 

Malgré sa production, Jake Gardiner, joueur autonome sans compensation à compter du 1er juillet, est devenu le souffre-douleur des fans. Il a raté un premier match hier en raison de spasmes musculaires au dos.

L'absence de Gardiner a valu à Travis Dermott une promotion au sein du top 4 avec Nikita Zaitsev, décevant cet hiver. On est loin des Victor Hedman, Ryan McDonagh ou Mikhail Sergachev à Tampa, Roman Josi, Ryan Ellis, P.K. Subban et Mattias Ekholm à Nashville ou Erik Karlsson, Brent Burns et Marc-Édouard Vlasic à San Jose.

Les Maple Leafs sont sans doute à la recherche d'un défenseur de premier plan. Droitier de préférence. Ils seraient disposés à céder leur choix de première en 2019, et pourquoi pas Nylander aussi?

Nick Kypreos, de Sportsnet, y a fait référence à nouveau ce weekend. Parmi les intouchables selon lui, la nouvelle révélation de l'équipe, Kasperi Kapanen.

Celui-ci a mis du temps à émerger. Kapanen, rappelons-le, avait été l'une des pièces acquises dans l'échange de Phil Kessel. Le premier choix obtenu a permis d'acquérir le gardien Frederik Andersen des Ducks (on y a ajouté un choix de deuxième ronde). Kapanen connaît la meilleure saison de sa jeune carrière avec 30 points, dont 15 buts, en 48 matchs.

Le DG Kyle Dubas s'est probablement déjà enquis du prix à payer d'un Alex Pietrangelo à St. Louis, Jake Muzzin à Los Angeles ou l'un des bons jeunes défenseurs des Ducks d'Anaheim ou des Flyers de Philadelphie.

Ironiquement, les Islanders de New York, vainqueurs à nouveau hier, 3-0 aux dépens des Ducks, ont désormais deux points de plus au classement que les Leafs malgré la perte de Tavares.

* * *

À LIRE

Charles Hudon a disputé un très bon match samedi dans la défaite du Canadien. Hudon s'accroche à l'espoir de rester dans la formation et il peut compter sur le support de son grand ami Paul Byron. Jean-François Tremblay raconte.