Les Oilers d'Edmonton et les Panthers de la Floride ont connu une autre affreuse soirée hier.

Publié le 9 janv. 2019
Mathias Brunet LA PRESSE

Edmonton a perdu 7-2 à San Jose et la Floride 5-1 à Pittsburgh. Ils affrontaient des puissance, il faut le souligner, mais ces vilaines défaites les éloignent encore davantage d'une place en séries.  

Les Panthers ont désormais un déficit de dix points à combler avec le Canadien, avec trois matchs en main, et de neuf points sur les Islanders, qui ont disputé autant de matchs.

Les Oilers, dont l'effet Ken Hitchcock s'est vite dissipé, demeurent à deux points du Wild du Minnesota, mais ils ont disputé un match de plus et ils doivent aussi devancer Anaheim et Vancouver pour se qualifier.

Edmonton et la Floride ont ceci en commun: aucune équipe n'a bénéficié d'autant de choix dans le top 3 du repêchage sur une période de dix ans, entre 2008 et 2017. Les Oilers en ont eu cinq (Hall, Nugent-Hopkins, Yakupov, McDavid, Draisaitl) et les Panthers quatre (Gudbranson, Huberdeau, Barkov et Ekblad).

Au troisième rang avec trois viennent le Lightning de Tampa Bay (Stamkos, Hedman, Drouin) et l'Avalanche du Colorado (Duchene, MacKinnon, Landeskog), selon une petite comptabilité de mon cru.

Si la tendance se maintient, les Oilers rateraient les séries pour la douzième fois en treize ans, les Panthers pour la quinzième fois en dix-huit ans, ou pour la sixième fois du règne de sept ans du DG Dale Tallon.

Les déboires répétés des Oilers et des Panthers prouvent que le travail de directeur général demeure beaucoup plus complexe qu'il n'y parait. Il ne suffit pas de collectionner les hauts choix au repêchage pour rebâtir un club gagnant.

Ça hurle dans les brancards en Floride et à Edmonton aujourd'hui, vous l'aurez deviné.

Hier soir, l'entraîneur Bob Boughner a cloué au banc trois de ses vedettes, Jonathan Huberdeau, Keith Yandle et Mike Hoffman pour la troisième période en entier. Boughner est le sixième entraîneur de l'ère Tallon qui, cependant, n'est pas responsable du congédiement de Gerard Gallant il y a quelques années.

À Edmonton, certains analystes se demandent si Peter Chiarelli ne devrait pas lever les feutres avant la date limite des échanges en raison de ses affreuses transactions des dernières années.

Le Panthers et les Oilers ont tout de même ajouté des pièces importantes à leur noyau au fil de la dernière décennie. Barkov, Huberdeau, Ekblad et Trocheck constituent de bons choix au repêchage. À Edmonton, McDavid, Draisaitl et Nugent-Hopkins sont des joueurs de premier plan.

Mais Tallon, comme Chiarelli, n'ont pas su les entourer adéquatement. Tallon a voulu alléger sa masse salariale en permettant aux Golden Knights de Vegas d'acquérir Jonathan Marchessault et Reilly Smith. Ils sont devenus des joueurs de premier trio là-bas.

Chiarelli, lui, a échangé Taylor Hall et Jordan Eberle, ses deux meilleurs ailiers, dans des transactions à l'avantage de ses homologues. Adam Larsson n'est jamais devenu le défenseur droitier espéré, malgré les promesses qu'il démontrait. Ryan Strome, obtenu pour Eberle, a été échangé à nouveau récemment pour Ryan Spooner. Celui-ci a trois points en 21 matchs depuis son arrivée à Edmonton. Un gaspillage d'ailiers de talent.

Les choix de première et deuxième ronde offerts aux Islanders pour le jeune défenseur Griffin Reinhart il y a quelques années se voulait un type d'échange prisé par Marc Bergevin. Reinhart avait été un quatrième choix au total en 2012 et il avait seulement 21 ans au moment de la transaction. Il n'a jamais percé.

Avec ce choix de première, les Islanders ont repêché Mathew Barzal, devenu depuis leur premier centre. Ils auraient pu aussi choisir Thomas Chabot, Kyle Connor, Brock Boeser ou Sebastien Aho.

Vous imaginez Edmonton aujourd'hui avec une ligne de centre composée de McDavid, Barzal et Nugent-Hopkins, avec pour ailiers Draisaitl, Hall et Eberle pour chacun de ces trois centres?

On a pris des raccourcis aussi en Floride. Le gardien d'avenir, Jakob Markstrom, a été échangé pour Roberto Luongo en 2014. Luongo a amené une belle stabilité à ses premières saisons en Floride. Mais l'équipe n'était pas encore à maturité et n'avait pas encore accès à sa «fenêtre d'opportunité».

Il ne s'agit pas d'une mauvaise décision jusqu'ici, mais Luongo a 39 ans aujourd'hui et malgré tout son talent, il a souvent été blessé ces trois dernières saisons. Il sera sous contrat pour encore trois autres années. Il restera seulement 3,6 millions à lui verser pour ces trois saisons, mais son salaire restera comptabilisé sur la masse salariale à 5,3 millions par année. Surtout, on ne semble pas avoir préparé sa relève.

Si Luongo prend sa retraite prématurément, les Panthers n'auront plus à se préoccuper de son salaire et du montant qu'il obstruerait sur la masse salariale (ce qui ne sera pas le cas des Canucks, dont les pénalités en vertu des nouvelles règles pourraient être catastrophiques). Mais le problème de la relève demeurerait entier devant le filet pour Tallon.

Contrairement aux Oilers et aux Panthers, des équipes moins bien nanties il y a quelques années, Winnipeg, Toronto, Tampa Bay et Columbus, entre autres, ont réussi à remonter la pente de belle façon. L'Avalanche du Colorado et Vancouver semblent en voie de le faire.

Mais plus encore que des joueurs de qualité, il faut de bons gestionnaires pour relancer une organisation. Chiarelli et Tallon vivent encore sur leur réputation passée. Chiarelli a gagné la Coupe en 2011 avec les Bruins. Tallon venait d'être dégommé à Chicago quand les Blackhawks ont remporté en 2010 leur première Coupe depuis 1961, mais il était encore dans l'organisation à titre d'adjoint à Stan Bowman et plusieurs lui ont accordé une large part de mérite pour cet exploit.



ÉQUIPES AYANT BÉNÉFICIÉ DE CHOIX TOP 3 ENTRE 2008 ET 2017

Edmonton 5

Floride 4

Colorado 3

Tampa Bay 3

Buffalo 2

Columbus 2

ÉQUIPES AYANT BÉNÉFICIÉ DE CHOIX TOP 10 ENTRE 2008 ET 2017

Edmonton 8

Toronto 7

Long Island 6

Colorado 6

Floride 5

Buffalo 5

Columbus 5

Vancouver 5

Winnipeg 4

Tampa Bay 4

Arizona 4

Caroline 4

ÉQUIPES N'AYANT BÉNÉFICIÉ D'AUCUN CHOIX TOP 3 ENTRE 2008 ET 2017

Calgary

Caroline

Détroit

Minnesota

Nashville

New York

Ottawa

Pittsburgh

San Jose

Vancouver

Washington

ÉQUIPES AYANT BÉNÉFICIÉ DE SEULEMENT UN CHOIX TOP 10 OU MOINS ENTRE 2008 ET 2017

Chicago 0

Washington 0

Anaheim 1

Detroit 1

Pittsburgh 1

San Jose 1

St. Louis 1

* Entre 2008 et 2017, le Canadien a repêché seulement deux fois dans le top 10, Alex Galchenyuk au troisième rang en 2012 et Mikhail Sergachev au neuvième rang en 2016. Le repêchage de 2018 (Kotkaniemi, troisième) est exclu des données parce que trop récent.

* * *

 

À LIRE

Parlant de mauvais gestionnaire, Montréal en a un actuellement. Kavis Reed, DG des Alouettes, a confié au collègue Miguel Bujold être en négociations avec plusieurs joueurs avant l'ouverture du marché des joueurs autonomes. Voyez-vous la lumière au bout du tunnel pour les Alouettes?