Sans surprise, le nouveau patron des Islanders de New York, Lou Lamoriello, a congédié le directeur général Garth Snow et l'entraîneur Doug Weight, hier.

Publié le 6 juin 2018
Mathias Brunet LA PRESSE

En douze ans sous le règne de Snow, les Islanders ont participé aux séries éliminatoires seulement quatre fois et remporté une ronde, malgré cinq choix dans le top cinq depuis 2009.

Snow était le troisième gardien des Islanders lorsque le propriétaire, Charles Wang, l'a promu DG en 2006. Deux mois plus tard, le jeune gardien Rick DiPietro signait un monstrueux contrat de 15 ans pour 67 millions. Quelle part de blâme doit-on jeter sur Snow dans cette histoire alors qu'il était en poste depuis seulement deux mois?

DiPietro, considéré par Wang comme son fils adoptif, a disputé seulement deux saisons complètes par la suite avant de voir sa carrière piquer du nez en raison de nombreuses blessures.

Snow allait prendre mille raccourcis lors des années suivantes pour permettre aux Islanders de connaître du succès plus rapidement. En 2007, il a cédé deux espoirs et un choix de première ronde pour acquérir le capitaine des Oilers, Ryan Smyth. Les Islanders n'avaient pourtant pas un club à tout casser pour sacrifier autant. Ils ont été éliminés en cinq matchs par les Sabres de Buffalo et Smyth a quitté pour le Colorado.

À sa défense, les deux espoirs offerts, Ryan O'Marra et Robert Nilsson, n'ont pas eu une grande carrière, mais Max Pacioretty et David Perron étaient encore disponibles lorsque les Oilers ont profité du choix de première ronde des Islanders.

Snow a encore pêché par impatience en 2013 lorsqu'il a offert un choix de première et deuxième ronde en 2015, et Matt Moulson, pour obtenir Thomas Vanek. Celui-ci n'est pas resté un an à Long Island. Buffalo a ensuite échangé ce choix de première ronde pour obtenir le gardien Robin Lehner. Brock Boeser était encore disponible au 21e rang.

Parmi ses autres raccourcis, il a offert en 2014 deux choix de deuxième ronde aux Bruins pour acquérir Johnny Boychuk, 30 ans, un défenseur numéro quatre. Boston a repêché le jeune Brandon Carlo avec l'un de ces choix. Après une bonne première saison à Long Island, Boychuk a reçu de Snow une offre de contrat de sept ans pour 42 millions. Ce contrat sera l'un des pires boulets de Lamoriello.

Offrir 38 millions pour sept ans à Andrew Ladd, un joueur de 30 ans sur le déclin, sur le marché des joueurs autonomes en 2016, n'a pas aidé l'équipe non plus. Ladd vient de connaître des saisons de 31 et 28 points. Il lui reste encore cinq ans de contrat.

Non seulement Snow a-t-il uniquement tenté de colmater des brèches, il n'a jamais su dénicher un gardien de premier plan ni bâtir une défense solide. Après la déconfiture de DiPietro, il s'est accroché pendant trois ans à Evgeni Nabokov et quatre ans à Jaroslav Halak.

Les Islanders auraient fait meilleure figure si leurs recruteurs n'avaient pas été si mauvais. Difficile de se tromper avec John Tavares au premier rang en 2009. Mais on a accumulé les gaffes par la suite. Nino Niederreiter n'était pas un vilain choix au cinquième rang en 2010, mais Mikael Granlund, Cam Fowler, Jaden Schwartz et Vladimir Tarasenko étaient encore disponibles. Snow a néanmoins vite échangé Niederreiter pour un autre raccourci, le joueur de soutien Cal Clutterbuck, dont le total de points en une saison n'a jamais excédé 23 en quatre ans à Long Island.

En 2011, Ryan Strome a été préféré au cinquième rang à Mark Scheifele, Sean Couturier et Dougie Hamilton. Strome a été échangé pour Jordan Eberle l'été dernier. Les Islanders détenaient le quatrième choix en 2012, ils ont choisi Griffin Reinhart devant Morgan Reilly, Hampus Lindholm, Jacob Trouba et Filip Forsberg. Snow a réussi à réparer sa gaffe en échangeant Reinhart aux Oilers quelques années plus tard en retour de choix de première et deuxième ronde. Il a ainsi pu repêcher le sensationnel Mathew Barzal avec le choix de première.

Les Islanders ont fait un bon coup avec Ryan Pulock au 15e rang en 2013, mais ils ont gaspillé un autre choix au cinquième rang l'année suivante avec Michael Dal Colle, devant William Nylander, Nikolaj Ehlers et Dylan Larkin.

Les Jets de Winnipeg en ont bénéficié. Ils ont pu mettre la main sur Scheifele, Trouba et Ehlers, trois piliers, grâce au manque de vision des recruteurs des Islanders.

On se demande comment Garth Snow a pu durer aussi longtemps. Les Islanders ne pourront faire pire sous Lou Lamoriello, avec ou sans John Tavares...