Martin Brodeur était en furie après le match d'hier contre les Hurricanes. Non seulement se faire compter le but gagnant à 0,2 seconde de la fin du match est-il frustrant, mais il en voulait aux arbitres de ne pas avoir appelé une obstruction à l'endroit de Jussi Jokinen, qui le bouscule quelques secondes avant de rediriger le tir de la pointe au fond du filet.

Publié le 22 avr. 2009
Mathias Brunet

L'entraîneur Brent Sutter aurait lui aussi souhaité une décision en faveur de son équipe, mais il n'a pas manqué de souligner aussi la gaffe de Paul Martin sur le jeu, qui n'a pas l'habitude de ce genre de crampe au cerveau.

Pour ce qui est du jeu en question sur Brodeur, le règlement 69.1 de la LNH laisse place à interprétation. Un but peut être refusé si (1) un attaquant, par son positionnement sur la glace ou à la suite d'un contact, empêche le gardien de se déplacer librement pour défendre son filet, dans le demi-cercle du gardien ou non, ou (2) si l'attaquant initie un contact, délibéré ou non, avec le gardien, dans le demi-cercle ou non. Le but peut par contre être alloué si le joueur fait un effort raisonnable pour éviter le gardien.

Sur le jeu, Brodeur s'avance vers Jokinen pour couvrir ses angles tandis que Jokinen recule au même instant.  Jokinen ne semble pas voir Brodeur, mais le contact empêche le gardien des Devils de se déplacer pour faire face au tir de la pointe.

L'ancien arbitre de la LNH, Richard Trottier, a analysé le jeu pour nous cet après-midi.

"Ce n'est pas un jeu évident. Mais l'arbitre n'a pas le choix d'accorder le but. Jokinen regarde en direction de la pointe et il se positionne pour obstruer la vue de Brodeur sans être dans son demi-cercle. Martin, s'avance et c'est lui qui provoque le contact."

Richard Trottier nous propose en outre d'écouter la réponse du VP aux opérations hockey de la LNH, Mike Murphy, en cliquant ici.