(Photo Ed Zurga, AP)

Publié le 23 sept. 2009
Mathias Brunet

La LNH, qui déjà peine à faire survivre les Coyotes à Phoenix, espère toujours développer un marché à Kansas City.

Ils ont reçu une mise en garde sérieuse en début de semaine puisque la rencontre préparatoire entre les Kings de Los Angeles et les Islanders de New York n'a pas attiré beaucoup de fans dans le Sprint Center neuf bâti il y a quatre ans.

Paraît même qu'on a recouvert de grandes portions de gradins vides d'un immense rideau noir.

Les partisans du hockey à Kansas City ont offert une myriade d'excuses pour expliquer l'absence de spectateurs: John Tavares n'y était pas, les Royals disputaient un match de baseball important, les gens de Kansas City ne voulaient pas avoir l'impression qu'on les utilise, etc.

Mais comme l'explique bien le journaliste du Newsday, Jim Baumbach, l'occasion était pourtant belle pour les fans de hockey à Phoenix d'envoyer un message à la Ligue nationale à l'effet qu'ils tenaient à posséder une équipe comme les Islanders, qui pourraient devoir déménager.

Les Scouts de Kansas City ont survécu à peine deux ans dans la LNH dans les années soixante-dix. Jamais n'ont-ils pu se bâtir une base solide, comme au Minnesota par exemple. Je ne vois pas comment ce projet pourrait fonctionner.

Je rêve de voir les Coyotes déménager à Hamilton. Je rêve encore plus de revoir une équipe de la LNH à Québec. Utopie ou réalité? Je n'en sais rien, mais j'ose croire que ce projet fou sera possible.

Parlant des Islanders, le propriétaire Charles Wang vient de fixer au 3 octobre la date butoir pour recevoir l'aval des autorités locales pour procéder à la construction d'un immense projet immobilier au sein duquel se trouverait un nouvel amphithéâtre. Sans quoi Long Island peut oublier son club.  Les détails ici.