À sa quatrième épreuve des Jeux paralympiques de Tokyo, Brent Lakatos a mis la main sur une troisième médaille d’argent. Mercredi, l’athlète en fauteuil roulant a pris le deuxième rang du 100 m T53 avec un temps de 14,55 s.

Sportcom

Le Thaïlandais Pongsakorn Paeyo a été le plus rapide en 14,20 s, tandis que le Saoudien Abdulrahman Alqurashi (14,76 s) a été décoré du bronze.

Lakatos avait également fini deuxième au 400 m et au 5000 m depuis le début des Jeux.

Lakatos était légèrement en tête après 50 m, mais le Thaïlandais derrière lui générait déjà beaucoup de vitesse. Une fois que représentant de l’unifolié a été dépassé, Paeyo a rapidement accentué son avance pour conclure avec un fauteuil d’écart à la ligne d’arrivée.

Si le vainqueur a réécrit le livre des records paralympiques à cette épreuve, le record du monde de 14,10 s demeure toujours la propriété du Québécois.

« Mon temps est correct et c’est ce à quoi je m’attendais, car je me concentre sur les distances plus longues, alors je ne suis pas déçu. La différence, c’est que les autres vont plus vite et mon temps n’est plus suffisant pour la médaille d’or », a indiqué Lakatos, ajoutant être impressionné par le chrono du gagnant.

L’athlète originaire de Dorval avait remporté cette épreuve à Rio, en 2016, franchissant la distance en 14,44 s.

Lakatos sera de retour sur la piste dans moins de 24 heures pour y disputer sa course de prédilection. « Demain (jeudi), c’est le 800 m et c’est à cette épreuve que mes chances sont les meilleures. J’ai déjà hâte ! »

L’autre médaille canadienne du jour au Stade olympique de Tokyo a été celle en or de Greg Stewart, au lancer du poids (F46).

À égalité avec André Viger

Cette deuxième place de Lakatos porte son total de médailles paralympiques à 10, ce qui lui permet de rejoindre au palmarès celui qui l’a initié à ce sport, André Viger. Un honneur possible grâce à des années d’entraînement et de persévérance.

« C’est assez fou ! J’ai pensé prendre ma retraite en 2008 et j’ai complètement arrêté en 2009 avant de revenir. Ma femme [la para-athlète britannique Stefanie Reid] et moi voulions nous donner une dernière chance de gagner une [première] médaille à Londres. Et aujourd’hui à Tokyo, je continue encore », a expliqué Lakatos en riant.

« C’est une grande surprise pour moi d’être rendu là ! »

En plus du 800 m, Lakatos est aussi inscrit au marathon, qui aura lieu dimanche.