(Lausanne, Suisse) Les disciplines olympiques doivent en faire davantage pour convaincre les Japonais qu’ils ont tout fait pour organiser des Jeux olympiques sécuritaires à Tokyo, a révélé l’un des dirigeants sportifs les plus influents au monde, Sebastian Coe, mardi.

Associated Press

L’opinion publique japonaise est toujours en faveur de l’annulation des JO de Tokyo, qui doivent se mettre en branle le 23 juillet. C’est ainsi malgré tous les efforts déployés par les fédérations sportives internationales pour développer des protocoles sanitaires fiables et « comprendre la nature du défi », a évoqué le patron de World Athletics, Coe, lors d’une rencontre des dirigeants des sports d’été.

« Il semble que la plupart de ces actions soient passées sous silence au Japon », a mentionné Coe à propos de l’expertise développée par la tenue d’évènements pendant la pandémie de COVID-19 dans 33 disciplines différentes qui sont au programme des JO de Tokyo.

Les dirigeants du mouvement olympique reçoivent des rapports quotidiens sur l’opinion publique japonaise au sujet de la tenue des JO, a souligné Coe.

Environ 11 000 athlètes et des milliers d’autres entraîneurs, juges, dirigeants d’équipe et journalistes doivent converger vers Tokyo pour les JO. Ils devront tous se soumettre aux règles strictes en termes de dépistage, de transport et de rassemblement afin d’assurer la sécurité des JO.

Coe, un double champion olympique et ex-député britannique, a déclaré qu’il n’a « jamais pris part à un évènement où l’emphase a été autant mise sur la sécurité des participants ».

Et ce message devrait être véhiculé davantage au Japon, selon lui.

« Il est très important que le thème récurrent à l’approche des JO — et ç’aurait probablement dû, pour être honnête, avoir été le cas depuis longtemps — soit celui de la sécurité, car on ne lui accorde pas suffisamment d’importance », a noté Coe en s’adressant aux membres de l’Association des Fédérations internationales olympiques des sports d’été en visioconférence.

« Il y aurait alors un impact sur les résultats des sondages qu’on reçoit chaque matin, les rendant un peu moins inquiétants », a-t-il ajouté.

Des signes encourageants à Tokyo

Par ailleurs, les routes ont été fermées mardi autour des installations olympiques des Jeux de Tokyo, dont celles qui ceinturent le Stade national de 1,4 milliard US où la cérémonie d’ouverture doit se dérouler le 23 juillet.

C’est un signe clair qui suggère que le Comité organisateur et le Comité international olympique ont décidé de maintenir la tenue des JO malgré l’opposition populaire au Japon. Plusieurs craignent que cet évènement favorise la propagation des variants du coronavirus, surtout que Tokyo et d’autres secteurs du Japon sont en état d’urgence jusqu’au 20 juin.

« Aujourd’hui, il ne reste que 45 jours avant la cérémonie d’ouverture, bien que l’état d’urgence est toujours en vigueur et que la situation demeure critique partout au pays, a déclaré la présidente du comité organisateur Seiko Hashimoto lors d’une rencontre du comité exécutif mardi. Le nombre de cas de COVID-19 à Tokyo a commencé à baisser un petit peu, et nous espérons que la situation sera revenue sous contrôle d’ici peu. »

Le nombre de nouveaux cas de coronavirus a chuté à environ 500 au quotidien dans la mégapole japonaise, par rapport à 1000 il y a un mois environ. Le nombre d’hospitalisations et la gravité des symptômes sont également moins préoccupants, mais les statistiques sont encore plus élevées que l’automne dernier alors que les variants n’étaient pas répandus aux quatre coins du Japon.