(Washington) Le département d’État a déclaré mardi que l’administration Biden consulte présentement ses alliés au sujet d’une approche concertée contre la Chine et sa feuille de route en matière de respect des droits de la personne, en discutant notamment de la façon d’aborder les prochains Jeux olympiques d’hiver, à Pékin.

Matthew Lee
Associated Press

Le département a d’abord suggéré qu’un boycottage des JO pour dénoncer les agissements de la Chine en matière de droits de la personne était à l’étude, mais un haut gradé de l’administration américaine a ensuite précisé qu’un boycottage n’avait pas été évoqué.

Ce dirigeant a indiqué que la position des États-Unis envers les JO de 2022 n’a pas changé, mais que son administration est régulièrement en contact avec ses alliés et ses partenaires pour discuter des préoccupations associées à la Chine. Le porte-parole du département d’État, Ned Price, avait déjà mentionné que des discussions avaient eu lieu afin de faire front commun.

« Les discussions relatives aux JO et à notre façon de les aborder impliquent des discussions constantes avec nos partenaires et nos alliés dans le monde », a dit Price aux journalistes.

Les groupes de défense des droits de la personne dénoncent la tenue des JO d’hiver en Chine, qui doivent commencer en février 2022. Ils ont milité en faveur d’une approche diplomatique, ou carrément d’un boycottage de l’évènement, afin d’attirer l’attention de la planète sur les sévices du gouvernement chinois contre les Ouïghours, les Tibétains et les habitants de Hong Kong.

Price n’a pas précisé à quel moment une décision sera prise au sujet des Jeux olympiques d’hiver, mais a rappelé qu’il reste un peu moins d’un an avant la cérémonie d’ouverture.

« Ces JO sont encore loin. Je ne veux pas établir d’échéanciers, mais ces discussions sont en cours, a-t-il évoqué. Nous voulons en discuter, et nous sommes conscients qu’une approche coordonnée ne sera pas uniquement dans notre meilleur intérêt, mais aussi dans celui de nos partenaires et de nos alliés. C’est l’un des enjeux sur lesquels nous travaillons, et sur lesquels nous continuerons de le faire. »

Les Jeux olympiques de Pékin doivent commencer le 4 février 2022, et la Chine a nié toutes les allégations qui pèsent contre elle au sujet des droits de la personne. Selon le gouvernement chinois, l’idée d’un boycottage est motivée par des « enjeux politiques ».