Le Kremlin, la place Rouge, la Duma, le Bolchoy, l'ancien siège social du KGB, certains des plus beaux musées du monde, des statues, des parcs et de grands boulevards sans fin: Moscou regorge de trésors à découvrir.

François Gagnon, envoyé spécial LA PRESSE

Mais bon! Dépêché pour démystifier la KHL et non pour y faire du tourisme, je serais bien mal avisé de passer plus de temps dans les musées que dans les arénas. Ça ne m'a pas empêché de faire le grand tour du Kremlin à pied jeudi soir et de figer devant le Mausolé de Lénine lorsque le carillon de la tour Spasskaya, l'entrée principale du Kremlin, a sonné les 12 coups de minuit.

Tout en restant loin des musées, j'en ai quand même découvert plusieurs. Comment? En utilisant le métro. Le métro de Moscou est impressionnant de beauté. Chacune des 182 stations - non je ne les ai pas toutes visitées - cache des trésors à découvrir. Des murs couverts de marbre de différentes couleurs. Des lustres. Des statues. Des vitraux. Tout est beau. Tout est impressionnant. À commencer par la plonge que l'on s'offre pour atteindre les stations. L'escalier mécanique de ma station (Bélarusskaya) compte 480 marches. Non je ne les ai pas comptées. Elles sont numérotées. Ça prend 1 min 55 s pour faire le trajet. Oui je l'ai chronométré. Une fois en bas, vous avez droit à un service rapide et efficace que plus de 9 millions de Moscovites utilisent chaque jour. Aux heures de pointe, ça brasse dans les coins pas mal plus qu'à Berri-UQÀM. Mais ça brasse moins que dans les bouchons monstres 480 marches plus haut. Le plus beau de l'affaire, ça coûte 28 roubles (89 cents) pour se sauver du trafic et s'offrir la chasse aux trésors que représente chaque visite dans le métro.