(New York) Pour les Rangers et les Canes, ça ne pouvait sans doute pas finir de cette façon.

Mis à jour le 29 mai
Richard Labbé
Richard Labbé La Presse

Ça ne pouvait sans doute pas finir avec une telle sortie trop évidente, devant des partisans new-yorkais souvent trop confiants.

Ça ne pouvait pas finir ainsi, et puis c’est en plein comme ça que ça s’est passé : avec des Rangers tenaces qui ont choisi de poursuivre la route, au rythme de leur récit un peu inclassable. Résultat ? Le septième et dernier match de cette série, puisqu’il y en aura un, aura donc lieu lundi soir en Caroline.

Ce n’est jamais idéal de perdre, et pour les Canes, ça ne l’est pas plus que de perdre de cette façon, par la marque de 5-2, en ce samedi soir pas trop festif pour eux à New York, contre des Rangers qui ne veulent pas disparaître. Au classement général de saison, seulement six points ont séparé les deux clubs, et dans la réalité des séries, cet écart semble encore plus petit, si cela est possible.

Avant le match, les caméras de télé nous ont d’ailleurs montré des chandails remis aux fans à l’aréna des Rangers, tous frappés du slogan « No Quit » sur le devant, que l’on pourrait traduire par « pas question d’abandonner ».

Eh bien.

Les joueurs en bleu avaient d’ailleurs raison d’entreprendre cette joute de détail avec une bonne tasse d’optimisme ; ils avaient gagné les deux premiers matchs de la série au même endroit par un pointage combiné de 7-2, alors que les Hurricanes étaient toujours à la recherche d’une première victoire sur une glace étrangère depuis le début des présentes séries, eux qui avaient un dossier de 0-5 sur la route avant la mise en jeu initiale de samedi soir.

En ajoutant cette autre défaite, cette fiche sur la route pour les Hurricanes en séries est maintenant de 0-6 cette saison. Est-ce qu’il s’agit du genre de fiche qui est recherchée ? Oh que non.

À ce sujet, un grand philosophe a déjà écrit que c’est sur la glace que ça se joue, et puis c’est en plein ce qui est arrivé samedi soir.

Le temps de le dire, les Rangers ont fait 1-0, puis 2-0, puis 3-0, et à ce moment précis, on a bien compris que pour les visiteurs, les carottes étaient déjà cuites, bien qu’ils aient lancé à 39 reprises sur le gardien Igor Shesterkin, qui a décroché la victoire pour les Rangers.

Ce qui nous mène à un septième match, là où, tel qu’on le sait, tout est possible. Lors d’un septième match, ça peut aller d’un bord comme de l’autre, et aussi, le but le plus important est souvent le prochain.

On ne va pas s’ennuyer.