L’expression « brouiller les cartes » est très à la mode ces jours-ci dans le coin de Brossard.

Richard Labbé
Richard Labbé La Presse

L’expression fait référence à quelqu’un qui voudrait créer la surprise, n’importe laquelle, et puis il se trouve qu’au centre d’entraînement du Canadien, ils sont plusieurs à vouloir causer la surprise.

Dont Kaiden Guhle, par exemple.

« Est-ce que je suis ici pour ça ? Ce n’est pas à moi d’y répondre, a expliqué le jeune défenseur vendredi lors du camp des recrues à Brossard. Je suis seulement venu ici pour apprendre. »

Il faut se souvenir qu’en 1972, les joueurs soviétiques avaient dit exactement la même chose, et puis, on va se le dire, ça s’était tout de même assez bien passé pour eux. Pour l’heure, l’histoire ne dit pas si Guhle pourra triompher sur une glace comme les représentants de l’URSS l’ont fait avant lui, mais il va essayer, à tout le moins.

Il faut ici rappeler que ce jeune homme de 19 ans arrive avec des attentes qui sont assez élevées.

Après tout, il a été le premier choix du Canadien au repêchage de 2020 (le 16e au total), et nombreux sont les experts qui le voient déjà comme un futur pilier à la ligne bleue montréalaise. Cela n’arrivera sans doute pas tout de suite – Guhle devrait retourner cette saison à son club junior, à Prince Albert –, mais peut-être dans un avenir plus ou moins rapproché.

Peu importe. Le principal intéressé veut apprendre.

« Il y a des petites différences entre ce qu’on peut faire au hockey junior et ce qu’on peut faire ici, à un plus haut niveau, a-t-il ajouté. Par exemple, on peut travailler d’une certaine façon avec le bâton au hockey junior, parce qu’on a plus de temps pour réussir un jeu, mais ici, ce n’est pas du tout la même chose, car il faut faire plus vite.

« Alors pour moi, l’idée, c’est de travailler sur tous ces petits détails de mon jeu. Essayer de faire circuler la rondelle de manière un peu plus rapide que ça. »

Déjà, la saison dernière, Guhle a été à même de constater les différences du jeu chez les pros, lorsqu’il a eu l’occasion de disputer trois matchs dans la Ligue américaine, avec le Rocket de Laval.

Jean-François Houle, nouveau coach du Rocket de Laval, ne sait trop où la présente route va mener le jeune Guhle dans l’immédiat, mais déjà, il se dit un peu conquis par le jeu de ce jeune espoir.

« On voit qu’il possède un très bon coup de patin, a répondu Houle. Aussi, il effectue des passes très vives. Et on voit aussi qu’il sait quoi faire avec la rondelle quand il se retrouve sur la glace en avantage numérique. »