Un « changement de voix et de message » était nécessaire pour aider Carey Price, a soutenu mercredi le directeur général du Canadien, Marc Bergevin, au lendemain du licenciement de l’entraîneur des gardiens de but Stéphane Waite. C’est Sean Burke, qui occupait jusqu’ici le poste de dépisteur professionnel, qui le remplacera, avec le titre de directeur des gardiens de but.

Henri Ouellette-Vézina Henri Ouellette-Vézina
La Presse

« J’ai pris une décision basée sur le fait qu’un changement de voix et de message pour Carey, ça va l’aider. J’ai confiance en Sean Burke pour la suite », a expliqué Bergevin dans une mêlée de presse virtuelle, mercredi avant-midi.

L’homme de 55 ans affirme qu’il s’était bien aperçu, comme la plupart des partisans, que son gardien vedette traversait une période trouble. « Il y a des choses que je voyais où je réalisais que ce n’était pas le Carey que je voyais dans le passé », a-t-il renchéri, parlant d'un certain pattern à briser.

Carey est un athlète qui est fier. Il veut performer au meilleur et il est conscient qu’il y a des choses qu’il doit améliorer. Il comprend que c’est ma décision, il supporte ma décision. […] Je ne suis pas ici pour protéger Carey, mais je ne suis pas ici pour le blâmer non plus.

Marc Bergevin, directeur général du Canadien de Montréal

Bergevin promet par ailleurs que Sean Burke et Carey Price « seront en contact quotidiennement » dans les deux prochaines semaines, même si le nouvel entraîneur devra respecter une quarantaine de 14 jours avant d’intégrer la bulle de l’équipe. L’entraîneur des gardiens du Rocket de Laval, Marco Marciano, assurera l’intérim dans l’intervalle.

Price veut « simplifier les choses »

Le principal intéressé, lui, s’est dit impatient de commencer à travailler avec Sean Burke, remerciant au passage Stéphane Waite pour son travail acharné depuis 2013. « C’est un demi-tour rapide. Nous n’avons pas beaucoup de temps pour nous attarder sur les choses, donc il faudra se regrouper, faire le travail et commencer à créer des liens rapidement », a insisté Carey Price en mêlée de presse.

« Il y a des hauts et des bas à chaque saison. Il s'agit d'essayer de rester concentré sur votre objectif », a renchéri le gardien, lorsqu’interrogé sur ses récentes performances. Price affirme que l’objectif, avec Sean Burke, sera de « travailler à simplifier les choses ». « Nous n’avons pas discuté d’un plan de match, mais ça viendra rapidement. C’est un très bon gars, avec qui c’est facile de parler », a-t-il insisté.

Ça a été toute une semaine, mais hier soir était un bon pas en avant. J’ai l’impression qu’on va dans la bonne direction. Parfois, le changement c’est bien. Parfois, c’est juste bon d’entendre une nouvelle voix.

Carey Price

Au fond, qu’est-ce qui explique que le numéro 31 connaisse des difficultés présentement ? « C’est une évolution de petites choses », répond-il, en parlant d’aspects tant mentaux que techniques à corriger. « Ça n’a plus d’importance pour moi », a toutefois rajouté Price, en parlant de la perception négative à l’égard de son éthique de travail.

Pas de conflit, pas de guerre

« Rien n’est arrivé. Il n’y a pas eu de conflit », a assuré Marc Bergevin, lorsque questionné sur l’état de la relation entre Stéphane Waite et Carey Price. Aucun autre changement n’est à prévoir dans l’équipe d’entraîneurs de l’équipe pour le moment. Le DG a aussi précisé avoir annoncé sa décision à Waite après la deuxième période du match de mardi, à un moment où il était convaincu à 100 % de son choix.

Marc Bergevin a aussi confirmé qu'il avait pris seul la décision, sans impliquer son gardien vedette.

PHOTO BERNARD BRAULT, ARCHIVES LA PRESSE

Carey Price et Stéphane Waite à l'entraînement en juillet dernier.

Plus que n’importe qui, Carey Price « sait qu’il n’est pas au sommet » de son jeu actuellement, a réitéré Bergevin, pour qui le gardien est « encore un des meilleurs gardiens de la Ligue nationale ». Il soutient qu’il a toujours des « attentes élevées » pour cette saison. « On peut battre n’importe qui, si on est au sommet de notre jeu », a-t-il dit, en soulignant qu’il s’attend à participer aux séries éliminatoires cette année.

Avec le club depuis plusieurs années déjà, Stéphane Waite, lui, « a trouvé ça dur », a confié Marc Bergevin. « C’est son travail, c’est sa passion. Ce n’était pas facile pour lui, pas du tout », a-t-il lancé. Sur une note plus positive, le directeur général a par ailleurs louangé l’entraîneur par intérim, Dominique Ducharme, en disant déjà percevoir « un changement déjà dans notre approche du jeu ».

Rappelons que Sean Burke a été nommé « directeur » des gardiens, ce qui permet de croire que le Canadien aurait l’intention de se doter d’une structure pour encadrer les gardiens, comme l’ont fait notamment les Panthers de la Floride, les Flames de Calgary et les Coyotes de l’Arizona au cours des derniers mois.

La semaine dernière, le CH avait aussi licencié son entraîneur-chef Claude Julien, ainsi que son adjoint Kirk Muller. Dans l’intervalle, Dominique Ducharme a été nommé entraîneur-chef par intérim et est actuellement secondé par Alex Burrows, qui travaillait jusque-là avec le Rocket de Laval. « « Ce n’est jamais facile, tout ça. Et tu ne t’habitues pas non plus. Ce ne sont pas des choses que je prends à la légère », a conclu Bergevin.