Marc Bergevin estimait que son équipe avait besoin d’une nouvelle voix, et ça comprend désormais ses gardiens.

Guillaume Lefrançois Guillaume Lefrançois
La Presse

Le Canadien a congédié l’entraîneur des gardiens de but Stéphane Waite.

Sean Burke, qui occupait les fonctions de dépisteur professionnel et de consultant auprès des gardiens, le remplacera. Détail intéressant : Burke est nommé « directeur » des gardiens, ce qui permet de croire que le Canadien aurait l’intention de se doter d’une structure pour encadrer les gardiens, comme l’ont fait notamment les Panthers de la Floride, les Flames de Calgary et les Coyotes de l’Arizona au cours des derniers mois.

Burke devra cependant se plier à une quarantaine de 14 jours avant de pouvoir intégrer la bulle de l’équipe.

Dans l’intervalle, c’est l’entraîneur des gardiens du Rocket de Laval, Marco Marciano, qui assurera l’intérim.

Curieusement, le Canadien a annoncé la nouvelle tard mardi soir, après les conférences de presse d’après-match ayant suivi la victoire de 3-1 contre les Sénateurs. Price était un des trois joueurs présents en conférence de presse, mais il n’a pas été interrogé sur le sujet, puisque la nouvelle n’avait pas encore été annoncée. On ignore si Price en avait été informé ou pas au moment de s’adresser aux journalistes.

Waite a accompli ses tâches habituelles mardi. Il était sur la patinoire avec Price à l’entraînement matinal, et était au Centre Bell pour la rencontre.

Débuts fracassants

Bergevin avait travaillé avec Waite dans l’organisation des Blackhawks de Chicago et l’avait rapatrié à l’été 2013, après sa première saison comme directeur général du Canadien. Waite arrivait avec deux bagues de la Coupe Stanley, remportées avec deux gardiens différents (Antti Niemi en 2010, Corey Crawford en 2013).

L’effet de Waite a été immédiat. Price a aussitôt établi un sommet personnel en 2013-2014, avec un taux d’efficacité de ,927. Cette année-là, il a été choisi comme gardien no 1 d’Équipe Canada aux Jeux olympiques, et a mené le CH en finale de l’Association de l’Est, où il s’est blessé dès le premier match.

La saison suivante, Price a amélioré cette marque avec une efficacité de ,934 et une moyenne de 1,96, des performances qui lui ont valu les trophées Vézina et Hart.

Si on considère les totaux combinés des quatre premières saisons de Price sous Waite (de 2013-2014 à 2016-2017), le gardien du Canadien s’est classé premier dans la LNH avec une efficacité de ,928 pendant cette période, loin devant ses plus proches poursuivants (Cam Talbot, John Gibson, Sergei Bobrovsky), à ,922.

Depuis ces quatre saisons, cependant, Price a connu de nombreux passages à vide qui ont plombé ses statistiques. Ainsi, depuis le début de la saison 2017-2018, il vient plutôt à égalité au 22e rang de la LNH avec une efficacité de ,909. Il connaît d’ailleurs un de ces creux de vague depuis le début de la saison actuelle, avec une fiche de 6-4-3, une moyenne de 2,96 et une efficacité de ,893.

Interrogé sur ses problèmes la semaine dernière, Price s’était montré peu bavard, comme à son habitude, et avait simplement dit qu’il devait « trouver des solutions ».

Ces solutions passeront maintenant par une nouvelle voix.

Carey Price et Marc Bergevin s'adresseront aux médias ce mercredi en avant-midi.