Ne comptez pas Braden Holtby parmi les partisans d’un partage des tâches plus équitable entre les gardiens d’une même équipe. Cette approche sourit notamment aux Bruins de Boston et aux Islanders de New York depuis deux ans.

Guillaume Lefrançois Guillaume Lefrançois
La Presse

Chez les Capitals, l’auxiliaire de Holtby, la recrue Ilya Samsonov, a eu droit au tiers des départs cette saison, si bien qu’au rythme actuel, Holtby pourrait terminer la saison avec environ 55 départs. Pour un type qui a obtenu plus de 60 départs dans 3 saisons, c’est bien peu…

« Je ne pense pas que ce soit la tendance de l’avenir, estime Holtby. C’est souvent ce qui arrive : un modèle fonctionne une fois et tout d’un coup, tout le monde pense que c’est la nouvelle façon de procéder. C’est important que tous les joueurs dans la formation aident l’équipe, mais ça ne veut pas dire que ce modèle soit l’avenir. Si tu es fatigué à la fin d’une saison, c’est ta faute. On est mieux traités que jamais, pour nous aider à récupérer, à prendre soin de notre corps. »

Ce nouveau partage des tâches à Washington arrive à un bien mauvais moment pour Holtby. Son contrat se termine à la fin de la saison et il deviendra joueur autonome sans compensation. Sa moyenne de 3,11 et son efficacité de ,897 ne sont pas au niveau auquel il nous a habitués ces dernières années. Pendant ce temps, Samsonov connaît des débuts fracassants avec une fiche de 16-4-1, une moyenne de 2,38 et une efficacité de ,917.

MacLellan devra prendre une décision lourde de conséquences une fois la saison terminée. Samsonov excelle et son potentiel lui a valu d’être repêché au premier tour (en 2015), mais il aura 23 ans samedi. Mais Holtby touche actuellement un salaire annuel de 6,1 millions de dollars et montre des signes de ralentissement depuis deux ans… « On va s’asseoir à la fin de l’année avec Braden et voir où on en est. Samsonov est jeune, il se développe encore », a souligné MacLellan.