(Edmonton) L’entraîneur-chef d’Équipe Canada junior André Tourigny s’est dit en confiance à une semaine du premier match de son équipe au Championnat du monde de hockey junior, même s’il admet que le tournoi pourrait réserver une certaine dose d’imprévisibilité.

La Presse Canadienne

À la suite de l’annonce de l’annulation du match préparatoire entre ÉCJ et la Suède — qui a rapporté deux cas de coronavirus au sein de son personnel vendredi — le 21 décembre, la troupe de Tourigny se retrouve maintenant avec la possibilité de disputer au mieux quatre matchs préparatoires, dont trois intra-équipe, sur les 11 prévus initialement.

De quoi rendre n’importe quel entraîneur nerveux. Tourigny prend toutefois la situation actuelle avec un grain de sel.

« C’est sûr que chaque match revêt une grande importance, mais en même temps j’ignore quel impact tout ça aura. Nous sommes très confiants envers notre plan. Nous aimons la façon dont les gars s’entraînent et qu’ils se comportent, mais personne dans le monde ne s’est déjà retrouvé dans cette situation-là. Pour l’instant, on se concentre sur ce qu’on peut contrôler », a-t-il philosophé en visioconférence samedi.

Tourigny devra donc miser sur les entraînements au cours des prochains jours, avant de disputer un match préparatoire le 23 décembre face à la Russie — s’il n’est pas annulé d’ici là.

Peu importe le nombre de matchs que nous aurons disputé [avant le tournoi], chaque match aura servi à nous améliorer davantage. Nous devrons hausser notre niveau d’intensité et le niveau de notre jeu autant que possible, afin d’être prêts en vue du tournoi.

André Tourigny, entraîneur-chef d’Équipe Canada junior

L’attaquant québécois Jakob Pelletier ne semble d’ailleurs pas préoccupé outre mesure du peu de matchs disputés depuis le camp de sélection.

« Je ne pense pas que ce sera inquiétant ; nous nous entraînons pendant une heure et demie à deux heures chaque jour et le rythme est bon. Ce n’est pas la même chose qu’un match, mais nous nous préparons bien pour les matchs », a confié celui qui évolue pour les Foreurs de Val-d’Or, dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec.

Tourigny a d’ailleurs eu de très bons mots pour le trio de Pelletier, complété par Alex Newhook et Dylan Holloway. Le pilote d’ÉCJ n’a toutefois pas fermé la porte à des remaniements en cours de route.

« Ce sont de bons patineurs, qui sont forts physiquement, et nous songeons à les utiliser contre les meilleurs trios adverses, a expliqué Tourigny. Mais nous verrons comment les choses évolueront, car c’est difficile de le dire présentement puisque nous n’avons pas disputé de matchs. »

Pour sa part, Pelletier est conscient du mandat qui l’attend. Le seul patineur québécois d’ÉCJ veut toutefois en donner davantage à son entraîneur.

« Nous sommes très bons en échec-avant, nous sommes trois gars très rapides, et je pense que nous serons très bons offensivement et défensivement. Notre mandat sera donc de compliquer la tâche à nos adversaires », a résumé Pelletier, un espoir des Flames de Calgary âgé de 19 ans.

« Et il est très intelligent », a renchéri son coéquipier Holloway.

Pelletier fait partie des 25 joueurs qui sont récemment entrés dans la bulle d’Edmonton en vue du Championnat du monde de hockey junior, qui commencera le 25 décembre.

Le Canada disputera cependant son premier match de la phase préliminaire le 26 décembre, contre l’Allemagne.