On cite souvent en exemple depuis un an, et encore davantage récemment, l’émergence des jeunes défenseurs des Canucks de Vancouver et de l’Avalanche du Colorado Quinn Hughes et Cale Makar.

Mathias Brunet Mathias Brunet
La Presse

Difficile toutefois de comprendre le manque de rayonnement du meilleur défenseur des Stars de Dallas, Miro Heiskanen. Le jeune homme vient au deuxième rang des compteurs de la LNH en séries éliminatoires, toutes positions confondues, avec 14 points en 11 matchs. Il joue en moyenne durant 25 min 56 s par partie.

Discrètement, les Stars ont accédé au deuxième tour des séries. Depuis, ils viennent d’infliger deux vilaines défaites à l’Avalanche du Colorado, 5-3 et 5-2, pour prendre les devants deux matchs à zéro. Ils sont à deux victoires d’atteindre le carré d’as.

Les performances de ce jeune Finlandais sont ahurissantes pour un garçon de son âge. Heiskanen a eu 21 ans en juillet. Il a été repêché au troisième rang en 2017, une place devant Makar, de l’Avalanche. Il est l’un des plus jeunes joueurs de sa cuvée. Seulement trois mois le séparent de Hughes, des Canucks, un joueur né en octobre et admissible au repêchage un an plus tard, en 2018.

PHOTO SERGEI BELSKI, USA TODAY SPORTS

Miro Heiskanen (4) célèbre son but avec Alexander Radulov le 13 août 2020 lors d’un match contre les Flames de Calgary.

Avec une autre mention d’aide lundi, Heiskanen a rejoint Denis Potvin, Paul Coffey, Al MacInnis et Glen Wesley au troisième rang de l’histoire pour le nombre de points en séries par un défenseur de 21 ans ou moins. Il devrait aisément battre le record de 15 points détenu par Paul Reinhart et Craig Hartsburg.

Heiskanen commence à être mentionné parmi les candidats préliminaires au trophée Conn-Smythe, remis au joueur par excellence en séries. Il est évidemment tôt pour se prononcer, les Stars devront d’abord atteindre au moins la finale, mais Heiskanen mérite enfin un peu de reconnaissance.

PHOTO JASON FRANSON, LA PRESSE CANADIENNE

Miro Heiskanen (4) bataillant avec Valeri Nichushkin (13) devant le filet du gardien des Stars de Dallas Stars Anton Khudobin (35).

Les journalistes ont demandé mardi à son coéquipier et compatriote Esa Lindell comment le jeune homme réagissait à une attention un peu plus accrue depuis quelques jours. « Je ne vois aucune différence, a-t-il répondu en visioconférence. Pour lui, c’est comme une autre journée au bureau. »

On parle aussi très peu d’un autre jeune, Denis Gurianov, premier choix de l’équipe en 2015, 12e au total, finalement établi à Dallas cet hiver après trois années dans la Ligue américaine.

PHOTO JASON FRANSON, LA PRESSE CANADIENNE

Le gardien de l’Avalanche du Colorado Philipp Grubauer (31) stoppe une charge de Denis Gurianov (34), gêné par le défenseur Mikko Rantanen (96).

Gurianov, un grand ailier de 6 pi 3 po, a marqué 20 buts en saison et il se révèle encore davantage en séries éliminatoires avec 6 buts en 11 matchs.

Les vétérans ne sont pas en reste non plus, pour le plus grand bonheur de l’entraîneur-chef par intérim de l’équipe Rick Bowness (promu en janvier à la suite du congédiement de Jim Montgomery).

Jamie Benn, Alexander Radulov et surtout Joe Pavelski ont tous connu une saison difficile. Aucun des trois n’avait même atteint la marque des 40 points (à titre de comparaison, Max Domi, critiqué avec raison à Montréal cet hiver, a amassé 44 points en saison).

Pavelski avait l’habitude de se transformer en lion en séries éliminatoires avec les Sharks de San Jose. Même à 36 ans, il est encore capable de le faire. Il a déjà 7 buts en 11 matchs. Il en avait compté 14 en 53 matchs de plus en saison.

Radulov, 34 ans, a cinq points lors des deux premiers matchs de la série contre l’Avalanche, malgré un temps d’utilisation plus limité. Benn a quatre points dans ces deux rencontres.

Les Stars parviennent à gagner même si leur locomotive Tyler Seguin a marqué une seule fois depuis le début des séries.

Heiskanen est bien entouré en défense par John Klingberg, 28 ans, et Esa Lindell, 26 ans. Klingberg a huit points en dix matchs. Lindell joue presque 25 minutes par rencontre.

Si on évoque un Big Three à Montréal avec Shea Weber, Ben Chiarot et Jeff Petry, il faudrait parler d’un super Big Three à Dallas…

« Ils réfléchissent trop »

La série entre l’Avalanche et les Stars constitue aussi une bagarre d’auxiliaires. Ben Bishop s’est blessé au début des séries contre les Flames de Calgary. En son absence, Anton Khudobin est fumant. Il a remporté six de ses neuf matchs et affiche un taux d’arrêts de ,921.

Le numéro un de l’Avalanche, Philip Grubauer, s’est blessé lors du premier match de la série contre les Stars, samedi. Il est perdu pour les séries, a confirmé l’entraîneur-chef Jared Bednar mardi. L’adjoint Pavel Francouz a accordé sept buts en un match et demi depuis. Il a paru chancelant lundi.

« Pavel devra faire le travail », a commenté Bednar en vidéoconférence, mardi.

Mais l’entraîneur-chef de l’Avalanche veut surtout voir certains de ses joueurs produire à l’attaque. Il visait surtout son deuxième trio, qui doit mieux appuyer Nathan MacKinnon, Gabriel Landeskog et Mikko Rantanen.

Nazem Kadri a été limité à un point en deux matchs contre Dallas, après en avoir obtenu onze à ses huit premiers. Ses ailiers Andre Burakowsky et Joonas Donskoi ont été blanchis, tout comme les trois membres du troisième trio, J. T. Compher, Tyson Jost et Vladislav Namestnikov.

« Certains de nos joueurs qui normalement produisent se cherchent, a déclaré Bednar. C’est probablement plus psychologique que physique. Ils ont de bonnes intentions, mais ils réfléchissent trop sur la glace. Nous avons assez de profondeur à l’attaque. Ça ne disparaît pas du jour au lendemain. »