Quand il se met à repenser à Dale Hawerchuk, Philippe Boucher ne pense pas aux buts spectaculaires, aux points, à ce flair pour le dramatique sur la glace. Quand il se met à repenser à Dale Hawerchuk, Boucher pense à… Dale Hawerchuk, l’homme. Tout simplement.

Richard Labbé
Richard Labbé La Presse

« Quand je suis arrivé avec les Sabres de Buffalo au début des années 1990, c’est lui qui m’a pris sous son aile, se souvient celui qui était alors jeune défenseur chez les Sabres. Je ne parlais presque pas anglais à ce moment-là, et c’est lui qui insistait pour que je sorte de ma chambre et que j’aille au restaurant avec les autres coéquipiers. Aussi, il a fait partie des premiers co-chambreurs que j’ai eus, avec Pat Lafontaine. »

Comme un peu tout le monde dans l’univers du hockey, Boucher, aujourd’hui directeur général des Voltigeurs de Drummondville de la LHJMQ, a appris avec tristesse la mort de Hawerchuk, mardi, des suites d’un cancer à l’âge de 57 ans.

Premier choix au total lors du repêchage de la LNH en 1981, par les Jets de Winnipeg, Hawerchuk n’a pas tardé à faire sa marque, avec une première saison de 103 points en 1981-1982, qui lui vaudra le trophée Calder, remis à la recrue par excellence. Il devient sur le coup, et à 19 ans, le plus jeune joueur de l’histoire à atteindre la barre des 100 points.

VOYEZ la réaction de Rick Bowness, qui a été son entraîneur chez les Jets de Winnipeg : https://twitter.com/TheReplayGuy/status/1295825891306680325

PHOTO D’ARCHIVES RYAN REMIORZ, UPC

Dale Hawerchuk, alors âgé de 19 ans, recevant le trophée Calder décerné à la meilleure recrue dans la LNH, le 6 août 1982. Il fut la première recrue à obtenir plus de 40 buts (45) et plus de 100 points (103) à sa première saison.

Suivront plus tard des saisons de plus de 100 points lors de cinq saisons consécutives, incluant une campagne de 130 points en 1984-1985, la meilleure de sa carrière.

Après neuf saisons chez les Jets, il débarquera chez les Sabres de Buffalo en 1990-1991.

Avant même de me souvenir du genre de joueur qu’il était, je me souviens de la personne qu’il était. Quand on est un jeune joueur et qu’on arrive dans un vestiaire de la LNH avec les yeux grands ouverts, ce sont les gars comme lui qui sont impressionnants. Lui, en plus d’être un bon joueur, c’était aussi une bonne personne.

Le DG des Voltigeurs de Drummondville, Philippe Boucher

« On voyait bien ce qu’il était capable de faire lors des matchs, mais ce qui m’avait le plus impressionné de lui, c’est ce qu’il était capable de faire lors des entraînements… Je dois dire qu’en tant que jeune défenseur avec les Sabres dans ces années-là, il était encore capable de me faire mal paraître ! Il était de cette race de joueurs qui sont des leaders. Il voulait toujours gagner. »

Après cinq saisons à Buffalo, Hawerchuk ira conclure sa carrière chez les Blues de St. Louis et enfin chez les Flyers de Philadelphie, en 1996-1997.

PHOTO NANINE HARTZENBUSCH, ARCHIVES AP

Dale Hawerchuk, lors d’un entraînement des Flyers de Philadelphie le 30 avril 1996 au Colisée de Voorhees, au New Jersey

En tout, il aura pris part à 1188 matchs en 16 saisons dans la Ligue nationale, récoltant 1409 points, le 20e total de points dans l’histoire de la ligue.

Sans surprise, Dale Hawerchuk avait été admis au Temple de la renommée du hockey en 2001.

« Je crois qu’on va se souvenir de lui comme de l’un des plus grands du hockey, a ajouté Philippe Boucher. Son fils a joué avec le mien l’an dernier à l’Université du Nouveau-Brunswick, mais malheureusement, je n’ai pas eu l’occasion de le croiser bien souvent. On le savait malade. C’est triste d’apprendre qu’il n’est plus là. »

ILS ONT DIT :

Gary Bettman

« Un prodige dès l’instant où il a mis des patins dans sa ville natale de Toronto, Hawerchuk a tout de suite émerveillé à chaque niveau de compétition, de sa performance légendaire au tournoi pee-wee de Québec à la Coupe Memorial à 17 ans avec Cornwall […] Leader vénéré dont l’engagement envers les causes caritatives était infatigable, Hawerchuk a également été une force sur la scène mondiale, jouant un rôle de premier plan pour le Canada lors de ses triomphes de la Coupe Canada de 1987 et 1991. Intronisé au Temple de la renommée du hockey en 2001, Hawerchuk était impliqué dans une carrière similaire en tant qu’entraîneur et directeur des opérations de hockey de Barrie, dans la OHL, lorsqu’il est tombé malade et est parti beaucoup trop tôt. »

L’organisation des Jets de Winnipeg

« Dale Hawerchuk a placé Winnipeg et les Jets sur la carte dès son arrivée en 1981. Son amour pour la communauté et sa remarquable carrière leur permettront d’y rester pour les générations à venir. Dale avait une relation avec les partisans comme nulle autre dans notre histoire. Que ce soit à la maison ou à l’international, Ducky était admiré par plusieurs, surtout en raison de son humilité et de sa manière de se comporter. Dale était, simplement dit, un des meilleurs êtres humains que nous ayons connus, et le hasard a voulu qu’il soit aussi une vedette du hockey. »

L’organisation des Sabres de Buffalo

« Les Sabres de Buffalo sont peinés d’apprendre le décès tragique de l’un des plus grands de l’histoire de notre sport. Nous sommes en deuil, mais nous nous rappelons aussi les merveilleux souvenirs qu’il a su créer pour les partisans des Sabres durant ses cinq saisons à Buffalo. Nous voulons transmettre nos plus sincères condoléances à sa femme, Crystal, et à toute la famille Hawerchuk durant ces moments difficiles. »