Le Canadien de Montréal a pris une première mesure pour éviter toute contamination en lien avec l’épidémie de coronavirus en fermant l’accès au vestiaire aux membres des médias, lundi.

Alexis Bélanger-Champagne
La Presse canadienne

Les entrevues qui ont suivi l’entraînement au Centre Bell ont eu lieu à l’extérieur du vestiaire en mêlée de presse. La même procédure devrait être appliquée mardi soir, après le match entre le Canadien et les Predators de Nashville.

Quelques heures après la première mesure du Canadien, la Ligue nationale de hockey, le Baseball majeur, la MLS et la NBA ont publié un communiqué conjoint indiquant que l’accès aux vestiaires serait limité dans l’ensemble des quatre circuits professionnels.

« C’est quelque chose que nous avons en tête puisque nous croisons tellement de personnes chaque jour, a noté le défenseur Jeff Petry en commentant les nouvelles mesures. Nous voyageons beaucoup. Ça traverse votre esprit quand vous êtes à l’aéroport ou aux douanes. »

Les Sharks de San Jose ont joué ce week-end même si le comté de Santa Clara avait recommandé d’éviter les événements majeurs réunissant d’importants regroupements publics. Le Canadien jouera à San Jose le 19 mars.

Ailleurs dans le monde, plusieurs événements sportifs ont été annulés, d’autres ont été disputés devant des gradins vides.

« Ce serait très différent, surtout à Montréal où il y a beaucoup d’ambiance, a rappelé le centre Phillip Danault. Mais nous ne sommes pas rendus-là. Personnellement, je serais surpris que ça se produise. »

En attendant, les joueurs se plaisent de ne pas voir les journalistes et les caméramans envahir le vestiaire à leur sortie de la patinoire.

« Personnellement, je préfère cette nouvelle façon, a dit Petry en toute honnêteté. Mais je comprends les règles de l’équipe et de la ligue. »

« C’est bien de pouvoir enlever son équipement et avoir un peu de temps pour penser à ce que l’on va dire, a renchéri Danault. Ce n’est rien de personnel, mais ça fait du bien de pouvoir prendre un peu plus notre temps. »

Certains membres de la presse craignent que ce nouveau système devienne la norme. Il a le désavantage de permettre à l’équipe de contrôler un peu plus l’accès aux joueurs et force tous les médias présents à travailler avec le même contenu.