Après le succès de l’expérience des nouveaux duos de défenseurs mardi, Claude Julien sera-t-il tenté de revenir avec la formule gagnante ?

Guillaume Lefrançois Guillaume Lefrançois
La Presse

C’est la question qu’on est en droit de se poser, au lendemain de la victoire de 5-4 du Canadien contre les Bruins de Boston.

Alors, reverra-t-on les colosses Shea Weber et Ben Chiarot ensemble dès jeudi, à Philadelphie ?

« On va les revoir cette année, c’est sûr. Je ne peux pas dire quand. Je n’ai pas décidé les duos pour demain, a répondu Julien, après l’entraînement de mercredi.

« Quand tu regardes [Alexander] Ovechkin à Washington, c’est un gros trio pesant. Ce sont des choses que tu peux faire contre de gros trios comme ça. On a eu un bon exemple hier sur ce que ça peut donner. Les deux gars, Weber et Chiarot, ont fait du bon travail. »

Impossible de se fier à ce qu’on a vu sur la patinoire mercredi matin, puisque Weber et Jeff Petry ont eu droit à un congé d’entraînement. Petry, rappelons-le, a quitté brièvement la rencontre de mardi en raison d’une blessure, mais est vite revenu. Julien a assuré que le numéro 26 serait à son poste jeudi. Mardi, il a formé un tandem avec Victor Mete.

À l’avant, le vétéran Nate Thompson a aussi eu droit à du repos en ce mercredi. Il a passé 17 min 16 s sur la patinoire contre les Bruins, un sommet pour lui cette saison.

Toujours à l’avant, Jesperi Kotkaniemi s’est exercé avec ses coéquipiers. Le joueur de 19 ans se remet rapidement d’une blessure à l’aine qui lui a fait rater les trois derniers matchs.

« Il va faire le voyage. Ensuite, on verra, a dit l’entraîneur-chef. C’était son premier entraînement avec l’équipe ce matin, on va voir comment il se sent et ce que les soigneurs ont à dire sur sa rééducation. On va prendre des décisions en conséquence. »

La blessure est pratiquement tombée à point pour Kotkaniemi, qui était très discret offensivement depuis le début de la saison, avec deux buts et une passe en 12 sorties.

« Je crois que la pause sera bonne pour moi. J’ai profité d’un peu de repos. Je me sens reposé et je suis prêt à jouer », a indiqué le timide Finlandais.

Atteint à une main par une rondelle mardi, Brendan Gallagher était quant à lui à son poste. Plus de peur que de mal.

Revoici l’avantage numérique

Du reste, Julien a profité de l’entraînement pour insister sur l’avantage numérique, qui a perdu son lustre dernièrement. Blanchie en deux occasions contre les Bruins mardi, la supériorité numérique du CH a été tenue en échec dans les quatre derniers matchs (0 en 12).

« Il ne faut pas être satisfaits de gagner un match, ou d’où on est au classement. On veut s’améliorer. Notre avantage numérique glisse depuis un petit bout de temps et il faut se replacer. Il manquait quelques joueurs ce matin, mais il faut améliorer cet aspect-là de notre jeu », a martelé Julien.

Max Domi a notamment été pris à l’écart par Julien, qui lui a offert une petite séance privée de cinq minutes au tableau, près du banc des joueurs.

« C’était de lui expliquer ce qui peut s’ouvrir pour lui en avantage numérique, a révélé Julien. Je lui donnais des conseils sur différentes choses qui peuvent donner de la difficulté au désavantage [adverse]. Ce sont des petits détails qui, j’espère, pourront l’aider. »