Marc Bergevin a secoué le monde du hockey en présentant une rare offre hostile à Sebastian Aho, un joueur autonome avec compensation.

Mathias Brunet Mathias Brunet
La Presse

Les Hurricanes ont sept jours pour égaler l’offre du Canadien et conserver leurs droits sur ce brillant jeune joueur de centre de 21 ans.

Cette stratégie, rarement utilisée, a suscité plusieurs interrogations parmi les lecteurs. Voici quelques pistes d’explications pour cette dernière chronique avant les vacances estivales de quelques semaines.

Qu’est ce qu’une offre hostile?

Il existe deux types de joueurs autonomes. Un hockeyeur peut obtenir une autonomie complète à compter de l’expiration de son contrat s’il est âgé de 27 ans et plus ou s’il compte sept années de service dans la Ligue nationale de hockey. Il peut offrir ses services au club de son choix sans que son ancienne équipe ne reçoive la moindre compensation, comme dans le cas de Matt Duchene et Artemi Panarin avec les Blue Jackets de Columbus.

Un joueur de moins de 27 ans et comptant moins de sept ans de service peut aussi devenir joueur autonome à l’expiration de son contrat, mais son équipe peut conserver ses services si elle égale l’offre de contrat des clubs rivaux. Ce hockeyeur devient joueur autonome avec compensation. C’est le cas de Sebastian Aho.

Quelle est la compensation à verser si l’équipe n’égale pas l’offre?

On vous épargne les calculs précis, mais grosso modo, pour les contrats annuels de plus de 10,5 millions, l’équipe doit offrir quatre choix de première ronde à ses rivaux; deux choix de première ronde, un choix de deuxième et un choix de troisième rondes pour des contrats entre 8,4 et 10,5 millions; des choix de première, deuxième et troisième rondes pour des contrats annuels entre 6,3 et 8,4 millions (la compensation qu’aurait à verser le Canadien dans ce cas précis); des choix de première et troisième rondes pour des contrats entre 4,2 et 6,3 millions.

Et si le Canadien avait déjà échangé son choix de première ronde?

Le club qui soumet une offre hostile doit avoir les choix compensatoires nécessaires à sa disposition, et ses propres choix. Les Canucks de Vancouver, par exemple, n’auraient pu utiliser la même stratégie que le Canadien car ils ont cédé leur choix de première ronde au Lightning de Tampa Bay pour obtenir J.T. Miller. Leur seul moyen de soumettre une offre semblable à celle du Canadien serait de récupérer leur propre choix du Lightning dans une transaction. Ces choix doivent aussi être offerts dès le repêchage suivant, et consécutivement au cours des prochaines années s’il s’agit de plus d’un choix de première ronde

Et si les Hurricanes égalent l’offre?

Ils devront accorder à Sebastian Aho la même entente qu’il vient de signer avec le Canadien, soit un contrat de cinq ans pour 42,25 millions, dont environ 32 millions en bonis de signature.

Le Canadien peut-il conclure un échange avec les Hurricanes cette semaine pour acquérir Sebastian Aho en versant une compensation plus intéressante?

Aucun échange n’est permis en attendant la réponse des Hurricanes. Et si ceux-ci égalent l’offre, ils ne pourront échanger Aho avant au moins un an, selon les règles de la convention collective. Marc Bergevin dit avoir tenté des discussions avec son homologue Don Waddell hier matin, sans succès. Le Canadien pourra donc accueillir Sebastian Aho seulement si les Hurricanes refusent d’égaler l’offre du CH.

Le Canadien peut-il soumettre une autre offre hostile en attendant?

Pas si la compensation exige un choix de première ronde car il est réservé au cas Aho. Si les Hurricanes gardent Aho, ce choix sera à nouveau disponible. Par contre, l’équipe peut soumettre des offres à des joueurs autonomes sans compensation ou à des joueurs autonomes avec compensation à un salaire inférieur à 1,3 million par année (aucune compensation).

PHOTO ANDRÉ PICHETTE, LA PRESSE

Marc Bergevin

Pourquoi le Canadien croit-il en ses chances d’obtenir Aho?

Marc Bergevin a parlé de la vulnérabilité des Hurricanes. On mise sur les problèmes financiers de l’équipe. Du moins le CH les croit-il vulnérables à ce chapitre. Ainsi, ils ont structuré le contrat offert à Aho de façon à forcer les Hurricanes à lui verser 11 millions en bonis dans sept jours, et 10 millions dans un an. Le nouveau propriétaire Tom Dundon n’a pas l’habitude de verser des bonis de signature à ses joueurs.

Tom Dundon est-il vraiment vulnérable?

Sa fortune serait estimée à 1,1 milliards selon Forbes, mais on ne sait rien de ses liquidités. Il aurait perdu beaucoup d’argent dans l’aventure de la XFL. Dundon avait accepté d’investir 250 millions dans cette Ligue en février, quelques semaines avant la dissolution de celle-ci. Il a cessé de payer avant de perdre trop d’argent et il vient de demander à la Cour de faillite de récupérer 70 millions, soit l’argent qu’il a investi jusqu’à maintenant. Les Hurricanes ont perdu 3,9 millions la saison précédente, mais leur année de rêve a permis d’améliorer leur sort, que ce soit au chapitre des ventes de loges corporatives en prévision de l’an prochain, des profits générés pour les matchs à domicile en séries ou encore des ventes dans leurs boutiques de souvenirs.

PHOTO GERRY BROOME, ARCHIVES ASSOCIATED PRESS

Le propriétaire des Hurricanes de la Caroline, Tom Dundon.

Pingre, Tom Dundon?

On dit leur propriétaire pingre, mais il a tout de même accepté de racheter le contrat de Patrick Marleau pour permettre à son équipe de mettre la main sur un choix de première ronde des Leafs, une opération de 3,8 millions, dont trois millions en boni de signature.

Pourquoi les Hurricanes devraient-il égaler l’offre?

Des choix de première, deuxième et troisième rondes ne suffisent pas à égaler la valeur de Sebastian Aho. Le jeune homme de 21 ans est leur meilleur joueur. Il vient d’obtenir 83 points, dont 30 buts, à sa troisième saison complète dans la LNH. Les Hurricanes sont en club en pleine ascension et ne peuvent se permettre de le perdre, autant sur la glace qu’au plan du marketing. Déjà, l’organisation a commencé à narguer le Canadien sur Twitter en laissant sous-entendre que l’offre serait égalée.

Qu’en pense l’agent de Sebastian Aho?

«Je ne crois pas que ce soit facile pour la Caroline, a confié Gerry Johannson au confrère Marc-Antoine Godin, du site theathletic.com. Je peux vous assurer que ce n’est pas facile pour la Caroline. Quiconque dit que c’est facile a tort. Vous pouvez remettre en doute chaque décision, mais je peux vous promettre que c’est un geste agressif. C’est beaucoup d’argent à l’avance. Qui sait, la Caroline va faire ce qu’elle va faire, mais croyez-moi, ce n’est pas une décision facile pour eux. Sebastian veut à 100% jouer à Montréal. Il n’aurait pas signé une offre s’il ne voulait pas jouer à Montréal.» Johannson et son agence représentent aussi Carey Price, Brendan Gallagher, Brett Kulak, Joel Armia et Artturi Lehkonen chez le Canadien.

PHOTO JIMMY JEONG, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Dustin Penner

Que font les équipes dans ce type de situation?

Il y a très peu d’offres hostiles. Les directeurs généraux semblent suivre une loi non-écrite. Aucune équipe n’a déposé d’offre semblable depuis 2013. Les Flames de Calgary avaient alors offert dix millions pour deux ans à Ryan O’Reilly. L’Avalanche du Colorado a égalé l’offre. D’ailleurs, une seule des neuf dernières offres hostiles n'a pas été égalée, celle des Oilers d’Edmonton à l’endroit de Dustin Penner, cinq ans pour 21 millions en 2007. Le contrat actuel de Shea Weber provient d’une offre hostile des Flyers de Philadelphie, 110 millions pour 14 ans en 2012. Les Predators de Nashville, malgré leur budget serré à l’époque, avaient égalé l’offre.

Cet épisode peut-il nuire aux relations entre Sebastian Aho et les Hurricanes?

S’il reste en Caroline, sait-on jamais. O’Reilly a été à couteaux tirés avec l’Avalanche après avoir signé ce contrat avec les Flames. Il a été échangé aux Sabres deux ans et demi plus tard. Weber est demeuré le capitaine des Predators après l’épisode des Flyers et il a disputé quatre autres saisons là-bas. Par contre, les négociations de contrat entre Aho et les Hurricanes étaient difficiles avant de voir le Canadien soumettre son offre.

Qui sont les principaux joueurs autonomes avec compensation sur le marché actuellement?

Mitch Marner (Toronto), Zack Werenski (Columbus), Jacob Trouba (New York), Patrik Laine et Kyle Connor (Winnipeg), Matthew Tkachuk (Calgary), Charlie McAvoy (Boston), Will Butcher (New Jersey), Travis Konecny et Ivan Provorov (Philadelphie),  Mikko Rantanen (Colorado), Brayden Point (Tampa) et Jordan Binnington (St. Louis). Le Canadien en compte deux, Artturi Lehkonen et Joel Armia.

Une prédiction?

À moins d’une surprise de taille, les Hurricanes devraient égaler l’offre du Canadien.

Pour des détails supplémentaires ou des éclaircissements, le site capfriendly.com constitue une source de référence extraordinaire.

À LIRE

Le Canadien aurait dû présenter une offre encore plus agressive, estime Philippe Cantin. Celle-ci n'est pas assez élevée pour empêcher les Hurricanes d'égaler l'offre, selon notre collègue.