Source ID:9dc9c062-07ca-40aa-9625-4aa976037cf6; App Source:alfamedia

Repêchage: en attendant les Hurricanes

Andrei Svechnikov est considéré comme le meilleur attaquant... (Photo Dhiren Mahiban, archives La Presse canadienne)

Agrandir

Andrei Svechnikov est considéré comme le meilleur attaquant disponible du prochain repêchage de la LNH.

Photo Dhiren Mahiban, archives La Presse canadienne

(Buffalo) Que feront les Hurricanes de la Caroline au deuxième rang ? La question titille assurément les partisans de l'équipe, mais il y a un homme probablement encore plus impatient de connaître la réponse : Marc Bergevin.

Le directeur général du Canadien possède le troisième choix au prochain repêchage. Il n'y aura donc que deux noms rayés sur sa liste quand il se présentera à la tribune à Dallas. Vous pouvez déjà parier vos REER que Rasmus Dahlin sera l'un d'eux. Qui sera l'autre ?

La réponse appartiendra à Don Waddell, récemment nommé directeur général des Hurricanes, et à Rick Dudley, ancien bras droit de Bergevin et nouveau vice-président sénior des opérations hockey en Caroline.

Tony MacDonald, le directeur du recrutement, devrait aussi faire partie du groupe des décideurs, lui qui a réussi quelques bons coups ces dernières années, notamment Sebastian Aho (35e) et les défenseurs Brett Pesce (66e) et Jaccob Slavin (120e). À moins qu'il soit victime du ménage qui suit souvent un changement de propriétaire.

Mais on insiste sur Dudley, car c'est lui qui a passé les dernières années à parcourir les arénas - pour le compte du Tricolore - à la recherche d'espoirs. Bref, c'est lui qui détient la connaissance du terrain, tandis que Waddell s'occupait du volet affaires de l'entreprise qui chapeautait les Hurricanes. Et Dudley a été embauché par le nouveau régime.

D'ailleurs, Waddell l'admet sans gêne : cette semaine, au camp d'évaluation de la LNH, il rencontrera les espoirs du repêchage 2018 pour la première fois. Dudley, lui, avait déjà rencontré Andrei Svechnikov, considéré comme le meilleur attaquant disponible. Et selon les bruits de couloir à Buffalo, Dudley serait un grand partisan du Russe, auteur de 40 buts et 32 aides en 44 matchs dans la Ligue de l'Ontario cette saison.

« On doit faire nos devoirs, rappelle Waddell, rencontré par La Presse plus tôt cette semaine. On sait bien que la grande majorité des gens prendraient le Russe s'ils étaient dans notre position. Et c'est possible qu'il soit notre choix. Mais on doit aussi faire attention de ne pas passer par-dessus certains joueurs. »

Ses autres options sont visiblement Filip Zadina et Brady Tkachuk, les deux autres avants les plus en vue. Waddell n'hésite d'ailleurs pas à admettre qu'il vise un attaquant. « On va repêcher un joueur qui fera partie de nos trois premiers trios dès l'an prochain », assure-t-il. De plus, l'équipe de Raleigh est bien nantie à la ligne bleue.

En choisissant Zadina, Waddell aurait l'occasion de faire coup double, car sa venue pourrait donner un coup de pouce à Martin Necas, choix de premier tour des Canes en 2017. Les deux Tchèques ont montré une belle complicité au Championnat du monde junior. « On est persuadés que Necas deviendra un joueur de la LNH, assure-t-il. Mais on ne peut pas exclure de l'analyse leur complicité. Ça fera partie des facteurs de décision. Ils pourraient former tout un duo. »

Quant à Tkachuk, Waddell se plaît à rappeler qu'il a déjà dirigé son père, Keith, chez les Thrashers d'Atlanta. Rappelons toutefois que c'était pour les 18 derniers matchs de la saison 2006-2007. Keith Tkachuk était ensuite retourné chez les Blues de St. Louis l'été suivant.

SOUVENIRS D'ATLANTA... ET DE MIKE MILBURY !

Don Waddell a été l'unique directeur général de l'histoire des Thrashers d'Atlanta.

Avec cette équipe d'expansion, il a donc été habitué à parler tôt au repêchage : deux fois au premier rang (Patrik Stefan en 1999, Ilya Kovalchuk en 2001) et deux autres fois au deuxième rang (Dany Heatley en 2000, Kari Lehtonen en 2002).

Cette année, grâce à un coup de chance à la loterie qui a fait grimper son équipe du 11e au deuxième rang, Waddell renoue donc avec cette situation. Et comme la sélection de Dahlin au premier rang est essentiellement coulée dans le béton, Waddell travaille avec le même degré de certitude que s'il parlait au premier rang. Ce qui n'est pas toujours un automatisme...

En 2002, les Blue Jackets de Columbus avaient eux aussi surpris la planète hockey, d'abord en concluant une transaction pour grimper au premier rang, puis en y sélectionnant Rick Nash plutôt que le défenseur Jay Bouwmeester, vu par plusieurs comme le meilleur espoir. Les Thrashers avaient tout de même réclamé Lehtonen au deuxième rang.

« En 2000, quand on a repêché Heatley, je savais que les Islanders [de New York] visaient Rick DiPietro avec le premier choix. Le problème, c'est qu'on savait très bien que Mike Milbury [le DG des Islanders à l'époque] était capable de faire une grosse transaction ! Il fallait prévoir ce scénario, et si l'équipe impliquée dans la transaction ne cherchait pas un gardien, ça aurait tout changé.

« Cette année, même si les Sabres finissent par échanger leur premier choix, ça ne changera rien à l'identité du joueur qui sera réclamé. »

Les Hurricanes ont un nouveau propriétaire, Tom Dundon, qui s'attend à des résultats rapides. Et l'équipe vient de rater les séries éliminatoires pour une neuvième saison de suite. Peu importe leur choix, Waddell et Dudley n'ont pas droit à l'erreur.




Infolettre Rondelle Libre
Recevez en primeur le billet quotidien de Mathias Brunet

la boite: 1600166:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer