• Accueil > 
  • Sports > 
  • Hockey 
  • > Claude Julien ne regarde pas plus loin que le prochain match 

Claude Julien ne regarde pas plus loin que le prochain match

Le Canadien (1-6-1) connaît son pire début de... (PHOTO ANDRÉ PICHETTE, LA PRESSE)

Agrandir

Le Canadien (1-6-1) connaît son pire début de saison depuis 1941-42, avec seulement trois points en huit rencontres.

PHOTO ANDRÉ PICHETTE, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Michel Lamarche
La Presse Canadienne
Brossard

Le catastrophique début de saison du Canadien de Montréal provoque déjà les scénarios les plus pessimistes. Mais alors que l'équipe amorcera une séquence de trois matchs devant ses partisans mardi, Claude Julien garde toute sa concentration sur le duel contre les Panthers de la Floride même s'il n'ignore pas que les partisans, avec une certaine appréhension, ont déjà commencé à regarder plus loin sur le calendrier.

«Les amateurs ont le droit de penser à cette semaine comme une grosse semaine. Nous aussi on a le droit d'y penser. Il reste que si notre concentration va sur la semaine à venir au lieu de demain, on va manquer le bateau encore. Je pense que demain, c'est le match qui doit être un tournant pour nous», a déclaré Julien.

Le Canadien (1-6-1) connaît son pire début de saison depuis 1941-42, avec seulement trois points en huit rencontres. Six de ces matchs ont été joués à l'étranger, dont cinq dans des édifices aussi hostiles que Washington, le Madison Square Garden et ceux des trois villes de la côte du Pacifique. Or, un autre périple qui s'annonce difficile attend le Canadien dès la semaine prochaine alors qu'il disputera quatre rencontres en sept soirs, à Ottawa, au Minnesota, à Winnipeg et à Chicago, entre le 30 octobre et le 5 novembre.

Entre-temps, le Tricolore accueillera aussi les Kings de Los Angeles, jeudi, et les Rangers de New York, samedi. Trois victoires cette semaine pourraient redonner du tonus à une formation fragile. Toutefois, Max Pacioretty tenait le même discours que Julien.

«Nous pensons un match à la fois à commencer avec celui de mardi. On ne se préoccupe pas du passé ou quoi que ce soit au-delà (de mardi). Chacun des joueurs dans ce vestiaire ne devrait que penser aux Panthers de la Floride», a noté le capitaine du Tricolore.

En fait, de la façon dont les hommes de Julien se comportent depuis le début de la saison, ils doivent davantage penser en fonction de chacune de leur présence sur la patinoire que d'un match en entier.

Les occasions ont été nombreuses en octobre où l'équipe semblait jouer avec aplomb avant de concéder des buts rapides, sans avertissement, qui sont venus l'assommer.

La deuxième période face aux Ducks d'Anaheim, lors de laquelle le Canadien a établi un record d'équipe avec 30 tirs en période médiane, avant de s'écraser en concédant trois buts en 97 secondes, tôt au troisième vingt, en est un bon exemple. Déjà cette année, le Tricolore a connu de tels creux de vague contre les Capitals de Washington, les Blackhawks de Chicago, les Maple Leafs de Toronto et les Kings.

«Ce sont des défaillances mentales, croit Andrew Shaw. Nous jouons très bien, mais nous commettons une erreur et la rondelle aboutit au fond du filet. Nous savons que nous devons garder notre concentration pendant 60 minutes, travailler avec ardeur et jouer l'un pour l'autre.»

Julien n'a pas caché le fait qu'il est exaspéré de voir s'accumuler les défaites. On le sentait également frusté par la façon dont ces revers s'additionnent.

«Nous avons l'impression de faire de bonnes choses, mais pas pendant 60 minutes. Il est temps d'assembler de bons matchs du début à la fin. Que ce soit au début des parties, que ce soit des effondrements comme vendredi alors que nous nous étions rapprochés en troisième période, nous devons être plus forts mentalement et jouer comme nous en sommes capables.

«C'est à nous de réaliser qu'il faut jouer pendant trois périodes comme nous l'avons fait en deuxième vendredi. Nous devons jouer avec ardeur pendant 60 minutes. Cette équipe est capable de le faire et le temps est venu de le faire.»

Par ailleurs, victime de symptômes semblables à une commotion cérébrale, Ales Hemsky a raté la séance d'entraînement.

Hemsky, qui n'a aucun point en sept parties, a joué à peine deux minutes lors du match de vendredi et a quitté la rencontre après avoir subi des mises en échec de Josh Manson et de Corey Perry. Son nom a été placé sur la liste des blessés, a confirmé Julien.




À découvrir sur LaPresse.ca

Infolettre Rondelle Libre

la boite: 1600166:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer