Steve Bégin espérait un retour pour bientôt dans le monde du hockey. C'est derrière le banc des Voltigeurs de Drummondville qu'il pourra le faire à compter de la saison prochaine.

Mis à jour le 15 juin 2018
Richard Labbé LA PRESSE

L'ancien joueur du Canadien, forcé à partir à la retraite en 2014 en raison d'une blessure à la hanche, sera donc l'un des adjoints de l'entraîneur-chef Steve Hartley la saison prochaine à Drummondville.

Bégin a dit oui à un contrat de deux ans avec cette équipe du hockey junior québécois.

«J'avais eu la chance d'être un assistant lors des séries de 2014 avec Val-d'Or, et j'avais beaucoup aimé l'expérience, a expliqué l'homme de 40 ans en entrevue téléphonique avec La Presse. Ça faisait plusieurs années que je recevais des offres pour aller derrière le banc à Val-d'Or, j'ai toujours eu un attachement pour cette équipe-là, c'est là que j'ai joué mon hockey junior. Mais avec ma famille qui est à Candiac, c'était un peu trop une grande distance, et quand Steve m'a appelé, je me suis mis à y penser pendant une semaine. Le hockey me manquait.»

Ainsi donc, Bégin se joindra à une équipe en pleine métamorphose qui se remet encore du départ de l'entraîneur et directeur général Dominique Ducharme, qui a choisi de se joindre au groupe d'entraîneurs du Canadien en avril. «Mais je pense qu'on aura une bonne équipe et qu'on aura des chances de gagner. C'est un beau défi pour moi», a ajouté Bégin.

Saison d'apprentissage

L'ancien attaquant, qui va continuer à diriger malgré tout son entreprise de construction, savait bien qu'un jour, il allait remettre les pieds dans l'univers du hockey, même sans patins. «C'est quelque chose qui me manque depuis que je ne joue plus : l'ambiance du vestiaire, être avec les gars, la camaraderie.»

«J'attendais un peu avant de décider, avant de revenir dans le milieu, d'abord pour des raisons familiales, à cause de l'école et des enfants. Je ne voulais pas dire oui à quelque chose et forcer les enfants à déménager et à changer d'école.»

Bégin le dit sans hésiter: une carrière derrière le banc, c'est quelque chose qui l'intéresse, et il espère un jour pouvoir devenir lui-même entraîneur-chef.

«Je ne m'en vais pas là-bas juste pour le simple plaisir... Je veux devenir un jour entraîneur-chef, je pense que c'est souvent le but des assistants. C'est ça, le plan pour plus tard, mais pour le moment, je ne suis pas encore rendu là. Ça va être une saison d'apprentissage pour moi.»