Tom Brady est un fan de longue date de Howard Stern. Il n’avait toutefois jamais participé à l’émission de l’animateur de radio. Brady a rattrapé le temps perdu, mardi matin, en passant environ 150 minutes à l’émission de Stern sur la radio satellite SiriusXM.

Miguel Bujold Miguel Bujold
La Presse

Le quart-arrière avait laissé entendre que ses réponses aux questions de Stern seraient moins politiquement correctes qu’elles l’ont généralement été depuis le début de sa carrière et ce fut le cas.

Parmi ses confidences, Brady a notamment avoué qu’il avait fumé de la marijuana lorsqu’il était adolescent et qu’il y avait eu un passage plus difficile dans son mariage avec la mannequin Gisele Bündchen.

PHOTO ARCHIVES INVISION, VIA AP

Gisele Bundchen et Tom Brady au Musée métropolitain des arts de New York lors d’un événement caritatif le 1er mai 2017.

Il a bien sûr également été amplement question de son départ des Patriots de la Nouvelle-Angleterre, survenu le mois dernier. Brady a raconté qu’il savait depuis un bon moment déjà que le divorce entre lui et les Patriots était imminent.

« Je le savais probablement avant même le début de la saison dernière que notre temps ensemble tirait à sa fin. Nous avons eu quelques conversations (au sujet d’un éventuel nouveau contrat), mais pas beaucoup. C’était une bonne façon de terminer notre association, après deux décennies incroyables. Il n’y a pas plus grand fan des Patriots de la Nouvelle-Angleterre que moi. »

« Je n’ai aucun ressentiment. Je pense que le moment était venu pour moi de vivre une nouvelle expérience, tout simplement. »

Lorsque Stern a insisté sur la relation entre Brady et Bill Belichick, le nouveau général des Buccaneers de Tampa Bay n’a pas mordu à l’hameçon et s’est plutôt montré élogieux à l’endroit de son ancien entraîneur.

PHOTO GREG M. COOPER, USA TODAY SPORTS

Bill Belichick avec Tom Brady après la victoire sur les Browns de Cleveland le 27 octobre 2019 à Foxborough, au Massachusetts.

« Coach Belichick avait une vision très similaire de la mienne quant au football et au processus qui mène à la victoire. Je pense que c’est pour cette raison qu’on a eu autant de succès. Je pense qu’il est très loyal. Plusieurs choses ont été présumées au sujet de notre relation, mais je sais ce qu’il pense de moi. »

Le joueur de 42 ans est également convaincu que les deux hommes n’auraient pas connu autant de succès l’un sans l’autre. « Je ne peux pas faire son travail et il ne peut pas faire le mien. Est-ce que j’aurais eu le même succès sans lui ? Non, mais l’inverse est tout aussi vrai, selon moi. »

Quant au danger de ternir sa carrière exceptionnelle en quittant les Patriots et en se joignant à une équipe qui n’a pas beaucoup gagné dans les dernières années, Brady n’en a cure.

« Je n’ai jamais été une personne qui se souciait de mon héritage (legacy). Je m’en fous royalement. Ce n’est pas qui je suis, ce n’est pas ma personnalité. »

Le football avant tout

Brady était un bon joueur de baseball (il a été repêché par les Expos…), mais le football a toujours été sa grande passion. Il a même avoué que ses études en avaient souffert.

« J’aimais mieux le football que le baseball tout simplement, même si j’étais probablement un meilleur joueur de baseball au secondaire. La réussite dans le sport a été relativement facile pour moi, plus que celle à l’école, car celle-ci m’intéressait peu. J’étais assez intelligent pour réussir quand même, mais disons que si mes propres enfants fournissaient le même effort que moi, j’en serais très insatisfait ! »

La super étoile a également raconté à Stern qu’il avait fait la fête lorsqu’il était à l’adolescence.

« J’ai bu et j’ai fumé (de la marijuana) un peu à l’école secondaire. Mais je me sentais mal vis-à-vis mon père, qui avait songé à devenir un prêtre à une certaine époque. Et mon grand-père et quelques-uns de mes oncles étaient des alcooliques. »

Un projet tombé à l’eau

Curieusement, Brady et Stern sont venus bien près de filmer une publicité ensemble en marge du Super Bowl il y a plusieurs années. C’était pour la compagnie Intel. En gros, Brady aurait représenté tout ce qui est beau à voir, tandis que Stern aurait représenté l’inverse… L’animateur a finalement refusé de participer au projet.

PHOTO D’ARCHIVES INVISION, VIA AP

Howard Stern.

« Je ne voulais pas que tu sois la perfection alors que moi j’aurais été la risée ! » a lancé Stern.

Brady a également raconté que Stern l’avait ignoré au début des années 2000 lorsque les deux hommes s’étaient croisés lors d’un match de polo. « Je suis antisocial. Je devais donc probablement être en train de réfléchir à la façon de quitter cet endroit au plus vite », s’est défendu Stern.

Les deux célébrités ont par ailleurs une chose en commun. Ils se sont liés d’amitié avec le président Donald Trump à une époque avant son entrée en politique. Stern et Brady avaient toutefois refusé d’endosser le candidat républicain ultérieurement.

PHOTO ALEX BRANDON, AP

Le président Donald Trump, hier, s’adressant aux médias à la Maison-Blanche, dans la salle de presse James-Brady.

« C’était une situation inconfortable, car on ne peut pas renier une amitié. Mais la politique et l’amitié sont deux choses bien différentes », a expliqué Brady.

Stern a ensuite raconté que le président Trump avait rêvé d’une union entre sa fille Ivanka et Brady. « Ça fait longtemps toute cette histoire et on ne s’est jamais fréquentés. Les choses n’auraient pu mieux tourner pour moi, car j’ai marié la femme la plus formidable au monde (Bündchen). »

Brady a cependant expliqué que sa relation avec Bündchen avait été plus difficile il y a quelques années, en grande partie parce qu’il consacrait trop de temps à sa carrière et à ses projets personnels aux yeux de cette dernière.

« Il y a deux ans, elle sentait que je ne m’investissais pas suffisamment dans notre famille. Elle m’a écrit une lettre que j’ai conservée et que je lis encore occasionnellement. J’ai fait de gros changements, car elle n’était pas satisfaite de notre mariage. Une relation doit fonctionner pour les deux personnes. Certaines choses qui fonctionnaient bien pour nous il y a 10 ans ne fonctionneront peut-être plus bien aujourd’hui. »

Son fils aîné

C’est un ami commun qui avait organisé la rencontre initiale entre Brady et Bündchen en 2006. Cet ami avait dit à Brady que la Brésilienne était sa version féminine.

Le couple a été mis à l’épreuve rapidement : Brady a appris que son ancienne petite amie était enceinte peu de temps après avoir rencontré Bündchen. Son fils Jack est aujourd’hui âgé de 12 ans.

Puisque Jack habite à New York, Brady voulait d’ailleurs rester dans l’est des États-Unis, ce qui explique en partie sa décision d’avoir choisi de poursuivre sa carrière à Tampa Bay plutôt qu’à Los Angeles ou dans une autre ville de l’Ouest des États-Unis.

« Mon cœur explose de joie chaque fois que je pense à lui. Je ne pourrais demander mieux comme fils », a raconté Brady, qui a eu deux autres enfants depuis avec Bündchen, Vivian et Benjamin.

En plus des considérations géographiques, Brady a expliqué qu’une vingtaine de facteurs avaient pesé dans la balance quant à sa décision de choisir les Bucs. Notamment la présence de l’entraîneur-chef Bruce Arians et celle de receveurs de talent comme Mike Evans et Chris Godwin.

PHOTO D’ARCHIVES JIM BROWN, USA TODAY SPORTS

Le receveur de passes Mike Evans.

« Je voulais jouer pour une équipe avec laquelle je pourrais exceller. Le temps nous dira si c’était la bonne décision. »

La COVID-19 et le football

Il a bien sûr été question de la pandémie de la COVID-19 au cours de l’entrevue. Le quart-arrière nage dans l’incertitude comme nous tous.

« J’accepterais de jouer sans partisans dans les estrades s’il le fallait. J’espère que la situation se réglera assez rapidement, mais personne ne peut le prédire. »

Brady croit cependant que les gens peuvent ultimement aider leur sort en adoptant un mode de vie sain.

« On ne contrôle pas ce qui se passe dans la société, mais je pense qu’on peut tous s’assurer d’avoir un meilleur système immunitaire en améliorant notre alimentation. Si l’on reste à l’intérieur, qu’on ne se nourrit pas bien et qu’on regarde des émissions alarmistes à la télé, ça ne nous aidera pas. »