La logique a été respectée lors des deux finales d’association de dimanche, de sorte que le 54e Super Bowl, qui sera disputé le 2 février à Miami, opposera les Chiefs de Kansas City aux 49ers de San Francisco, un affrontement qui s’annonce fort captivant.

Miguel Bujold Miguel Bujold
La Presse

S’il y avait encore des doutes à savoir quelles étaient les deux meilleures équipes de la NFL, ils ont été effacés. Les victoires des Chiefs et des 49ers ont été plus que convaincantes, et les deux formations ont démontré qu’elles étaient au sommet de leur forme à deux semaines du « gros » match.

Cinquante ans après avoir gagné leur seul et unique Super Bowl, les Chiefs ont obtenu leur place en finale avec une victoire de 35-24 aux dépens des étonnants Titans du Tennessee. Un gain relativement facile pour Laurent Duvernay-Tardif et ses coéquipiers.

Les Titans avaient pourtant bien amorcé la rencontre et menaient, 17-7, à un certain point. Patrick Mahomes a toutefois pris les choses en main à partir du deuxième quart, comme il l’avait fait la semaine dernière contre les Texans de Houston. Les Chiefs ont marqué deux touchés dans les cinq dernières minutes de la première demie et n’ont plus jamais été menacés.

« On l’a eu, on a gagné ! » s’est exclamé Duvernay-Tardif en parlant au journaliste Didier Orméjuste, de RDS, qui était sur les lignes de côté à l’Arrowhead Stadium. « C’est un feeling incroyable, plus beau moment à vie », a ajouté le garde québécois.

PHOTO TIRÉE DE LA PAGE FACEBOOJ DE LAURENT DUVERNAY-TARDIF

Après s’être inclinés en finale de l’Américaine l’an dernier, les Chiefs représenteront leur association pour la troisième fois de leur histoire et la première depuis qu’ils ont remporté leur seul Super Bowl, en janvier 1970. Duvernay-Tardif a noté le soutien des partisans des Chiefs dans son entrevue avec RDS et Didier Orméjuste.

« Je pense qu’on leur doit d’avoir tout donné sur le terrain, on leur doit pour leur support à travers les bonnes et les moins bonnes années. On s’en va au Super Bowl pour gagner le titre ! »

Trop de joueurs à contenir

La défense des Titans n’a pas été mauvaise contre le prolifique jeu aérien des Chiefs. Elle a certainement eu le mérite d’avoir mieux fait que celle des Texans, une semaine plus tôt.

En revanche, Mahomes a pu profiter de belles ouvertures au sol, et le quart étoile a fini la rencontre avec 53 verges par la course, un sommet d’équipe. Sa trotte de 27 verges pour un majeur à la fin de la première demie a d’ailleurs ébranlé les Titans. Après avoir eu l’avance pendant presque toute la première demie, ils sont rentrés au vestiaire en tirant de l’arrière, 21-17.

PHOTO JEFF ROBERSON, AP

Patrick Mahomes

Tyreek Hill a marqué deux touchés, tandis que Sammy Watkins a mené les Chiefs avec 7 attrapés pour 114 verges et un touché. Vraiment pas facile de contenir une attaque qui compte sur des joueurs comme Mahomes, Hill, Watkins et Travis Kelce. Vraiment pas.

Duvernay-Tardif et les autres joueurs de la ligne offensive des Chiefs ont été très bons, eux aussi. On a notamment pu voir le Québécois réussir des blocs qui ont parfois duré quatre ou cinq secondes, ce qui n’est vraiment pas facile à effectuer dans la NFL.

Grâce à sa victoire de dimanche, Andy Reid a atteint la barre des.500 en éliminatoires (14-14) et aura maintenant une deuxième chance de gagner un Super Bowl. Reid avait perdu à la barre des Eagles de Philadelphie, il y a 15 ans.

Choix de jeux discutable

De l’autre côté du ballon, les Titans n’ont presque pas utilisé leur jeu au sol en deuxième demie, ce qui est difficile à comprendre. L’avance des Chiefs et le jeu de leur ligne défensive y ont certes été pour beaucoup dans le choix de jeux des Titans, mais Derrick Henry aurait dû obtenir plus d’occasions de redonner du « momentum » à son équipe. Au total, Henry a porté le ballon 19 fois pour 69 verges.

PHOTO DENNY MEDLEY, USA TODAY SPORTS

Derrick Henry (22)

Après avoir terminé chacun de ses deux matchs précédents avec moins de 100 verges par la passe, Ryan Tannehill a réussi 21 de ses 31 passes pour 209 verges.

Les Titans peuvent-ils miser sur Tannehill pour le long terme ? Il pourrait obtenir sa pleine autonomie en mars et il sera intéressant de voir s’il en a fait suffisamment aux yeux des Titans pour les convaincre de lui offrir un contrat à long terme.

Le nom de Tom Brady a été évoqué par certains observateurs lorsqu’il a été question de l’avenir des Titans au poste de quart. Brady et l’entraîneur-chef des Titans, Mike Vrabel, seraient de très bons amis. À suivre.

Les 49ers trop forts

Les 49ers avaient écrasé les Packers de Green Bay en saison, et c’est exactement ce qu’ils ont fait, dimanche. Aaron Rodgers et les Packers ont marqué trois touchés pour sauver l’honneur, mais n’ont jamais été dans le coup en finale de la Conférence nationale.

La victoire de 37-20 des Niners a été acquise même si Jimmy Garoppolo n’a pas eu à tenter une seule passe durant plus de 90 minutes en temps réel ! Le quart-arrière n’a décoché que 8 passes durant tout le match, alors que l’équipe de Kyle Shanahan a effectué 42 jeux au sol… Une stratégie digne des années 70, mais qui fonctionne à merveille pour les Niners.

Même si on savait tous que les 49ers allaient courir avec le ballon, les Packers n’ont jamais été en mesure de les arrêter. Une domination sur toute la ligne.

PHOTO TONY AVELAR, AP

Raheem Mostert (31)

C’est Raheem Mostert qui a fait le gros des dégâts, empilant 220 verges en 29 courses. Profitant d’ouvertures béantes grâce à une clinique de blocs administrée par la ligne offensive, mais aussi par l’ailier rapproché Greg Kittle, le centre-arrière Kyle Juszczyk et le receveur Deebo Samuel, Mostert a marqué quatre touchés.

Il s’agira d’une septième présence au Super Bowl pour les 49ers, dont le dernier titre remonte à 25 ans. Ils s’étaient inclinés devant les Ravens de Baltimore lors de leur dernière participation, il y a sept ans.