Michael Woods jouera le rôle de meneur au sein de l’équipe Israel Start-Up Nation pendant les trois semaines du Tour de France, qui se met en branle, ce samedi, à Brest. Et il entend bien s’acquitter de ce rôle de belle façon.

Frédéric Daigle La Presse Canadienne

S’il jure ne pas ressentir de pression même s’il s’aligne pour une équipe qui compte un quadruple champion de la Grande Boucle – le Britannique Chris Froome – et plus de 20 victoires d’étapes, Woods, médaillé de bronze de la course sur route des Mondiaux 2018, est conscient des espoirs placés en lui.

« C’est une équipe formidable avec beaucoup d’expérience avec un gars comme Chris, qui est bien établi et qui a gagné quatre fois le Tour de France. On a André Greipel, qui a gagné de nombreuses étapes. On a Dan Martin, qui a aussi gagné en France. Pour moi, c’est un grand honneur d’être le leader de cette équipe et de gagner de l’expérience en compagnie de ces coureurs », a indiqué Woods en entrevue téléphonique avec La Presse Canadienne en début de semaine.

Pour moi, l’objectif premier est de gagner une étape. Je dis que c’est l’objectif principal, car ça me permettra de me préparer en vue des Jeux olympiques de Tokyo. Mais le classement général est aussi important. Je crois que c’est possible de terminer parmi les 10 premiers au classement général.

Michael Woods

Woods, d’Ottawa mais qui habite maintenant à Andorre, a déjà une petite idée des étapes où il pourrait viser le podium.

« Il y a quelques étapes où je suis capable d’avoir du succès, voire de gagner. J’espère pouvoir gagner dès les premiers jours de la compétition : les deux premières étapes ressemblent plus à des classiques ordinaires. La deuxième notamment, c’est une étape un peu plus comme la Flèche wallonne, où j’ai terminé troisième en 2020 et quatrième cette année. Je crois que c’est possible de gagner celle-là. »

D’une longueur de 183,5 km, cette deuxième étape reliera Perros-Guirec à Guerlédan, en Bretagne. Accidentée, l’étape se terminera par une double ascension de la côte de Mûr-de-Bretagne.

PHOTO ANDER GILLENEA, ARCHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE

Michael Woods au fil d'arrivée de la septième étape de la Vuelta, en octobre dernier

Israel Start-Up Nation a réuni les outils pour que Woods figure en haut de peloton. En plus de Froome (quatre victoires au classement général, sept victoires d’étape), Greipel (11 victoires d’étape) et Martin (deux victoires d’étape), le Canadien de 34 ans, lui-même vainqueur de deux étapes à la Vuelta (2018 et 2020) et septième au classement général du Giro 2017, pourra compter sur l’appui de son compatriote Guillaume Boivin – à son premier Tour de France –, du Suisse Reto Hollenstein, de l’Allemand Rick Zabel et de l’Israélien Omer Goldstein.

Le Tour de France se conclura comme d’habitude sur les Champs-Élysées, à Paris, le 18 juillet.

CONSULTEZ le dossier publié dans Le Droit