(Paris) L’Union cycliste internationale (UCI) a annoncé mercredi « imposer des sanctions plus sévères » en cas d’écart au protocole sanitaire encadrant la reprise de la saison, qui visent en particulier les organisateurs de courses.

Agence France-Presse

« Si un organisateur de manifestation ne met pas en œuvre les mesures requises par le protocole, l’UCI pourra prendre une série de mesures allant de la mise en demeure d’appliquer les mesures […] au retrait du calendrier international route de l’UCI de l’évènement ou tout autre évènement de l’organisateur », brandit l’instance régentant le cyclisme mondial dans un communiqué accompagnant la mise à jour publié mercredi de son protocole.

Sa précédente version ne prévoyait que des amendes de 1000 à 10 000 francs suisses (930 à 9300 EUR) en cas de manquements.

Ce protocole « renforcé » est le « fruit de nombreux échanges entre l’UCI et les familles du cyclisme sur route, notamment les équipes », explique l’institution basée à Aigle, en Suisse.

Selon celui-ci, les organisateurs sont tenus entre autres de « limiter le nombre de spectateurs dans la zone d’arrivée », de « maintenir une distance de sécurité entre le public et les coureurs » ou encore de « séparer les marches du podium de 1,5 mètre ».