Les jeunes cyclistes canadiens pourront de nouveau se mesurer à l’élite mondiale de leur discipline, alors que le Canada sera de retour au prochain Tour de l’Avenir en août, a appris La Presse.

Simon-Olivier Lorange Simon-Olivier Lorange
La Presse

Cette course est en fait un Tour de France condensé en 10 étapes et met aux prises les meilleurs coureurs du monde âgés de moins de 23 ans. Chaque pays participant envoie une sélection de six athlètes.

Selon nos informations, l’équipe sera majoritairement constituée de cyclistes québécois.

La dernière participation du Canada remonte à 2011. Cette année-là, David Boily avait terminé deuxième du classement général. Parmi ses coéquipiers, on retrouvait Antoine Duchesne et Hugo Houle, deux futurs participants du Tour de France.

Le Tour de l’Avenir constitue en effet un tremplin privilégié pour les coureurs vers la Grande Boucle. Dans l’actuel Tour de France, Egan Bernal (Ineos), David Gaudu (Groupama), Warren Barguil (Arkea) ainsi que Marc Soler et Nairo Quintana (Movistar) sont tous d’anciens champions du Tour de l’Avenir.

« C’est la course la plus prestigieuse du monde chez les U23. De ramener le Canada au Tour de l’Avenir est bon pour l’image du sport et montre notre engagement envers nos jeunes athlètes. »

Kevin Field, gestionnaire du programme route à Cyclisme Canada

Ex-directeur de la haute performance à Cyclisme Canada et aujourd’hui entraîneur indépendant, Pierre Hutsebaut décrit carrément comme un « passage obligé » une participation au Tour de l’Avenir pour les cyclistes qui veulent décrocher un emploi dans une grande équipe européenne.

Il donne l’exemple du Québécois Nickolas Zukowsky, vainqueur du dernier Grand Prix cycliste de Saguenay et troisième au Tour de Beauce. Le coureur de 21 ans, qui s’aligne avec l’équipe américaine Floyd’s Pro Cycling, constitue possiblement le plus bel espoir du cyclisme canadien à l’heure actuelle.

« Lorsque j’ai contacté des équipes européennes pour savoir si elles pouvaient jeter un œil sur lui, la réponse a été unanime : on ne l’a jamais vu en Europe, donc on ne peut pas savoir s’il est bon ou pas », raconte M. Hutsebaut.

« C’est la course des moins de 23 ans que les équipes professionnelles regardent en priorité ; c’est la pépinière des équipes du World Tour », ajoute-t-il.

Une question d’argent

Ce sont essentiellement des motifs financiers qui expliquent l’absence du Canada au Tour de l’Avenir depuis 2012.

Près de la moitié du financement de Cyclisme Canada est fourni par l’organisation À nous le podium, qui vise depuis 2010 à stimuler la récolte de médailles canadiennes aux Jeux olympiques. Or la part du lion revient au cyclisme sur piste, qui présenterait un plus haut potentiel de médailles.

« Le Canada ne croit aucunement au vélo sur route. »

Kevin Field, gestionnaire du programme route à Cyclisme Canada

Cyclisme Canada n’a donc plus eu les moyens d’envoyer une délégation au Tour de l’Avenir. Sa participation cette année a été rendue possible par un don de la Fondation de cyclisme sur route Hamilton 2003, organisation créée après les championnats du monde tenus dans cette ville ontarienne et dont l’objectif est d’encourager le développement des jeunes cyclistes.

Administrateur de la Fondation, Pierre Hutsebaut affirme avoir évoqué le Tour de l’Avenir en janvier dernier. Selon lui, l’appui aurait été immédiat.

Pour réduire les coûts, l’entraîneur a usé de ses contacts en Europe pour assembler une équipe technique en France et ainsi limiter les frais de transport de personnel et d’équipement. Ainsi, un directeur sportif, deux masseurs et un mécanicien français seront sur place, avec à leur disposition un camion-atelier et une voiture pour suivre les cyclistes pendant la course.

M. Hutsebaut souhaite que ce projet stimule l’intérêt de Cyclisme Canada et que la participation de jeunes coureurs d’ici à cet événement d’envergure puisse se répéter de manière pérenne.

« Parfois, pour s’adapter, ça prend plus qu’une année, et les coureurs de 20 ou 21 ans peuvent y participer plus d’une fois, fait-il remarquer. Et si le Tour est au programme chaque année, ils peuvent l’inscrire dans leurs objectifs de l’année suivante pour s’y préparer le mieux possible. »

L’identité des six coureurs qui composeront l’équipe canadienne sera dévoilée au cours des prochains jours.

La 56e présentation du Tour de l’Avenir s’amorcera le 15 août prochain à Marmande, en Nouvelle-Aquitaine, pour se conclure le 25 août au Corbier, en Savoie.