Les écuries de Formule 1 ont désormais un mois, dont 15 jours de vacances obligatoires, pour préparer la reprise du Championnat du monde de Formule 1, à la fin août au Grand Prix de Belgique, après une première demi-saison palpitante.

Daniel Ortelli AGENCE FRANCE-PRESSE

EN HAUSSE: Mercedes, Red Bull, Ferrari, Williams

Mercedes-AMG, 393 points: Hamilton 3e, Rosberg 4e

Comme à Hockenheim, Hamilton a limité les dégâts et assuré le spectacle, n'hésitant pas à désobéir aux consignes de son équipe, puis à fermer brutalement la porte à son coéquipier dans le dernier tour, afin d'arriver à ses fins: un podium d'autant plus mérité qu'il était parti des puits. L'écurie allemande a dominé la première moitié de saison mais les huit derniers Grands Prix vont être très compliqués à gérer...

Red Bull Racing, 219 points: victoire de Ricciardo, Vettel 7e

Nouvelle démonstration de Ricciardo, en point d'orgue d'une ascension météorique depuis le mois de mars et ses débuts dans l'écurie de Vettel, qu'il domine de la tête (stratégie) et des épaules (pilotage) depuis cinq mois. Le moteur Renault va un peu mieux et l'équipe technique d'Adrian Newey va tout faire pour faire durer le suspense face à Mercedes. Ça promet.

Scuderia Ferrari, 142 points: Alonso 2e, Raïkkönen 6e

La Scuderia continue à remonter la pente, grâce à son leader charismatique Alonso qui, à deux tours près, a failli réussir son pari et remporter, au courage, une course folle. Derrière Mercedes et Red Bull, a priori intouchables, la dernière marche du podium reste jouable, surtout si Räikkönen se remet à marquer des points à chaque course, ce qui était sa spécialité.

Williams Racing, 135 points: Massa 5e, Bottas 8e

C'est la belle histoire de cette première demi-saison, le renouveau de l'écurie de Sir Frank, repartie d'une page blanche en mettant le paquet sur la matière grise pour effacer le souvenir d'une saison 2013 noire. C'était un peu moins bien sur le Hungaroring, on s'y attendait, mais Williams a quand même pris 14 points, avec ses deux pilotes. À suivre.

---

STABLES: McLaren, Force India, Toro Rosso, Marussia

Sahara Force India, 98 points: abandons de Pérez et Hülkenberg

C'est la première fois cette saison que l'écurie indienne repart avec un zéro pointé, alors qu'elle avait amené, huit fois sur dix, ses deux pilotes à l'arrivée. C'était un jour sans, ça peut arriver, et il reste un point d'avance sur McLaren, avec des moyens bien moins importants.

McLaren-Mercedes, 97 points: Button 10e, Magnussen 12e

L'écurie de Woking a misé sur une deuxième averse, peu avant la mi-course, qui était annoncée mais n'est jamais arrivée. Jenson a même brièvement mené ce Grand Prix, au 14e tour seulement, puis il est rentré dans le rang, terminant avec un point de consolation le jour de l'anniversaire de feu son père. Les hommes de Ron Dennis font tout ce qu'ils peuvent, mais il manque toujours un petit quelque chose à la fin...

Scuderia Toro Rosso, 17 points: Vergne 9e, Kvyat 14e

Très bon week-end pour «JEV», même si ça ne s'est pas vu. Le Français a même occupé la deuxième place dimanche, du 24e au 33e tour, grâce à une bonne stratégie de son équipe, et il a bien résisté aux caïds, puis il a logiquement rétrogradé au classement, sa voiture étant un peu limitée en performance. Jour sans pour le jeune Russe, qui a calé sur la grille et a dû partir des stands. L'écurie italienne fait ce qu'elle peut, avec des moyens limités.

Marussia F1 Team, 2 points: Bianchi 15e, Chilton 17e

L'écurie russe est en train de passer un cap, marqué à Monaco par ses deux premiers points, et à Budapest par une deuxième Q2 pour Bianchi en qualifications, avec un peu de réussite, après celle de Silverstone, grâce à la météo. La base est solide et de nouveaux investisseurs sont attendus, espérés. Ils seront indispensables pour aller un peu plus haut.

---

EN BAISSE: Lotus, Sauber, Caterham

Lotus F1 Team, 8 points: Maldonado 13e, abandon de Grosjean

Le bon Pastor, dont le contrat a déjà été prolongé pour 2015, a presque failli marquer un point (10e à mi-course) mais il a surtout fait une nouvelle «Maldonado» en percutant Bianchi. Romain a commis une erreur de débutant, en glissant en pneus neufs sur la piste mouillée, derrière la voiture de sécurité. À l'image d'une première demi-saison bien ratée par l'écurie d'Enstone, quatrième des championnats 2012 et 2013.

Sauber F1 Team, zéro point: Sutil 11e, abandon de Gutiérrez

Les Suisses attendent toujours une éclaircie dans le ciel nuageux de leur saison 2014, et elle a failli arriver en Hongrie, après l'orage, quand Gutiérrez a occupé la huitième place. Il a alors été lâché par son système de récupération d'énergie, et son coéquipier Sutil a échoué à moins d'une seconde de la 10e place. Sauber est dans le dur mais ça va forcément sourire un jour, quelque part.

Caterham F1 Team, zéro point: abandons d'Ericsson et Kobayashi

C'est la catastrophe absolue de ce début de saison, une écurie malaisienne revendue dans l'urgence à des inconnus dont la première décision significative a été de licencier 40 personnes qui vont les attaquer en justice. Sur la piste, c'est de pire en pire, car la voiture est à peine plus rapide qu'une GP2. C'est nul, et c'est grave.