«Si j'aimerais? Bien sûr que j'aimerais» retrouver Fernando Alonso, affirme l'ancien patron du pilote espagnol, qui évolue cette année chez McLaren-Mercedes après avoir été deux fois champion du monde avec Renault (2005 et 2006).

AGENCE FRANCE-PRESSE

«Si j'aimerais? Bien sûr que j'aimerais» retrouver Fernando Alonso, affirme l'ancien patron du pilote espagnol, qui évolue cette année chez McLaren-Mercedes après avoir été deux fois champion du monde avec Renault (2005 et 2006).

«Je ne pourrais jamais renier le fait que j'adore Fernando, mais il a un contrat avec quelqu'un...», ajoute Briatore.

L'avenir d'Alonso chez McLaren, avec qui il est engagé jusqu'en 2008, paraît incertain. Sa rivalité avec le pilote britannique Lewis Hamilton semble lui peser et il a récemment déclaré qu'il ne «savait pas» où il allait courir en 2008.

«Je n'aime pas voir qu'il (Alonso) n'est pas content parce que dans ce type de travail la tranquillité et la sérénité sont importantes. Et en ce moment Fernando n'est pas serein, (...) je crois que du point de vue sportif il ne donne pas le maximum», déclare encore Briatore.

«Fernando est très spécial et s'il est libre, pour une quelconque raison, je ne connais pas son contrat, mais s'il est libre demain, je crois que Renault, Toyota, Williams, tout le monde...» sera intéressé, affirme-t-il.