(Paris) L’organisation qui chapeaute la Formule 1 a défendu la vitesse de sa voiture de sécurité, après que les pilotes l’eurent critiquée le week-end dernier dans le cadre du Grand Prix d’Australie.

Publié le 14 avril
Associated Press

La FIA a indiqué par voie de communiqué jeudi que la priorité n’était pas de satisfaire les pilotes, mais d’assurer la sécurité en piste.

« La FIA voudrait rappeler que la priorité de la voiture de sécurité est, et sera, la sécurité des pilotes, des commissaires de piste et des dirigeants, et non la vitesse », pouvait-on lire dans le communiqué.

« L’impact de la vitesse de la voiture de sécurité sur les performances des voitures est secondaire, car l’impact est identique pour chacun des pilotes », a-t-on ajouté.

Mercedes et Aston Martin se partagent cette saison la tâche d’envoyer en piste une voiture de sécurité, et celle du manufacturier allemand est environ cinq secondes plus rapide par tour.

La voiture Aston Martin a été envoyée en piste en deux occasions au Grand Prix d’Australie, et le champion du monde en titre, Max Verstappen, l’a comparée à « une tortue » puisqu’elle était trop lente.

Les pilotes étaient incapables de faire monter en température leurs gommes, car la voiture de sécurité les empêchait de rouler à une vitesse suffisante pour le faire.

« J’avais beaucoup de difficulté à les faire monter en température, donc j’ai aussi peiné, a admis le pilote Ferrari Charles Leclerc, qui a gagné la course. Pour être bien franc, j’aurais voulu me plaindre, mais lorsque j’ai vu la voiture de sécurité déraper dans les virages, je me suis dit que son pilote ne pouvait la pousser davantage. »