« Max Verstappen, tu es le champion du monde ! Le champion du monde ! »

Mis à jour le 12 déc. 2021
Katherine Harvey-Pinard
Katherine Harvey-Pinard La Presse

C’est ce que le directeur de course de Red Bull, Christian Horner, a crié au micro, au moment où le pilote traversait la ligne d’arrivée du circuit d’Abou Dhabi, dimanche matin.

« Oh mon dieu ! Je vous aime tellement ! », a répondu un Verstappen émotif qui venait de remporter son tout premier sacre en carrière.

À l’issue d’une course rocambolesque et historique dans laquelle il a tiré de l’arrière jusqu’au tout dernier tour, l’athlète de 24 ans est devenu le premier Néerlandais à remporter un championnat des pilotes en Formule 1.

À l’image de la saison, le dernier Grand Prix, qui mettait en vedette deux pilotes à égalité au classement pour la première fois depuis 1974, s’est terminé dans la controverse.

Avec 10 tours à parcourir, Lewis Hamilton avait près de 13 secondes d’avance sur Verstappen. Au 53tour, un accident du pilote de Williams Nicholas Latifi a forcé la sortie de la voiture de sécurité. C’est là que tout s’est joué.

Alors que Verstappen a changé pour de la gomme tendre, Red Bull a décidé de retirer Sergio Pérez de la course. Hamilton, qui roulait depuis longtemps sur ses pneus durs, a reçu l’ordre de Mercedes de ne pas passer aux puits.

Il y avait alors de fortes chances que la course se termine avec la voiture de sécurité. Mais les employés du circuit d’Abou Dhabi ont travaillé exceptionnellement rapidement pour permettre la tenue d’un tout dernier tour…

À ce moment, la direction de la course a décidé de demander aux retardataires de s’exclure de la relance pour laisser Verstappen et Hamilton en lutte à un contre un. Le Néerlandais, avec des pneus frais et plus rapides, a pu devancer le Britannique dans les dernières secondes pour l’emporter. La Mercedes a bien tenté ensuite de reprendre les devants, sans succès.

PHOTO KAMRAN JEBREILI, REUTERS

Max Verstappen franchissant la ligne d’arrivée

Après la course, Verstappen s’est extirpé de son bolide avant de s’agenouiller quelques secondes devant l’un de ses pneus. Il s’est ensuite dirigé vers son équipe, le poing tendu devant lui. On a d’ailleurs pu l’apercevoir, sourire aux lèvres, en conversation avec son père Jos Verstappen, ancien pilote de F1, quelques minutes plus tard.

PHOTO GIUSEPPE CACACE, AGENCE FRANCE-PRESSE

Max Verstappen célèbre avec les membres de son équipe.

« Enfin un peu de chance… pour moi », a-t-il lancé au micro de la F1, la voix cassée d’avoir trop crié.

« Lewis est un pilote et un compétiteur incroyable, a-t-il mentionné un peu plus tard. Il nous a rendu la tâche difficile, et je pense que tout le monde a aimé voir ça. Évidemment, nos équipes ont traversé des moments difficiles, mais je pense que ça fait partie du sport. C’est de l’émotion. Tout le monde veut gagner. Ça aurait pu aller d’un côté comme de l’autre aujourd’hui. Mais l’année prochaine, nous serons de retour et nous essaierons de réussir ça à nouveau. »

De son côté, Hamilton est resté longuement assis dans son véhicule au terme de la course, avant de se lever pour féliciter son rival d’une brève accolade.

PHOTO KAMRAN JEBREILI, ASSOCIATED PRESS

Lewis Hamilton

« Je veux féliciter Max et son équipe, a dit le Britannique. Je pense qu’ils ont fait un travail incroyable cette année. »

« Cette dernière partie de la saison, nous avons tout donné. Nous n’avons jamais abandonné », a ajouté celui qui avait remporté les trois Grands Prix précédents afin d’égaliser Verstappen dans la course au championnat.

Dans un communiqué diffusé par Red Bull Racing quelques heures après la course, Christian Horner a vanté ses deux pilotes pour leur travail et le respect de la stratégie.

« J’ai dit qu’on aurait besoin des dieux de la course automobile dans les 10 derniers tours et, Dieu merci pour ce véhicule de sécurité, a-t-il lancé. […] Ce championnat s’est joué au dernier tour et c’était une excellente stratégie de l’équipe de faire cet arrêt aux puits pour aller chercher de la gomme tendre. Ensuite, c’était à Max de faire ce qu’il fallait, ce qu’il a fait, fidèle à son habitude. »

Lutte historique

Dimanche était une journée historique en F1. D’un côté, il y avait Lewis Hamilton, 36 ans, en quête de son huitième sacre – un record. De l’autre, Max Verstappen, 24 ans, à la recherche de son tout premier titre. Les deux cumulaient 369,5 points.

Les amateurs de course automobile à travers le monde ont eu de l’action à se mettre sous la dent dès les premières secondes. Avant même l’approche du premier virage, Hamilton s’est placé devant Verstappen. Puis, au septième virage, ce dernier a forcé la Mercedes à sortir de piste. Celle-ci a cependant rapidement récupéré sa place devant le peloton et s’est donné une légère longueur d’avance.

Après 11 tours, Hamilton détenait une avance de plus de 4 secondes sur son grand rival, alors que ce dernier éprouvait déjà des difficultés avec sa gomme tendre. Il n’a eu d’autre choix que de s’arrêter aux puits au 14tour pour revenir avec la gomme dure. Hamilton a fait la même chose au tour suivant, passant de la gomme médium à la dure.

Coincé derrière la Ferrari de Carlos Sainz, Verstappen a encore pris du retard dans les tours suivants. Au 19e, l’avance d’Hamilton était de 8 secondes.

Les choses se sont gâtées ensuite. Au 20tour, l’autre pilote de Red Bull, Sergio Pérez, s’est porté à la défense de son coéquipier et a sérieusement joué du coude avec Hamilton. Les deux pilotes se sont dépassés à deux reprises chacun. En ralentissant Hamilton de cette façon, Pérez a permis à Verstappen de réduire son écart avec la Mercedes, lequel est passé de 8 secondes à 1 seconde et demie.

« C’est de la conduite dangereuse », a dit le Britannique à son micro.

Verstappen a d’ailleurs remercié « Checo » [Sergio Pérez] dans ses entrevues d’après-course. « Il a tout donné pour l’équipe. Aujourd’hui, on a vu ce qu’est un excellent travail d’équipe, il est un coéquipier incroyable. »

On a été témoins de la vitesse de pointe de Mercedes dans les 10 tours suivants, alors que le pilote de 36 ans a récupéré une avance de plus de 4 secondes sur son rival néerlandais.

Puis est survenu l’accident de Latifi, qui a tout changé.

C’est tout de même Mercedes (613,5 points) qui remporte le Championnat des constructeurs pour une huitième saison consécutive, devant Red Bull (585,5) et Ferrari (323,5).

Controverse

Dans les 30 minutes qui ont suivi la fin de la course, Mercedes a déposé deux protêts contre le résultat final auprès de la Fédération internationale de l’automobile (FIA), citant deux articles aux règlements qui, selon l’équipe, n’auraient pas été respectés.

Le directeur sportif, le directeur de l’ingénierie de piste et le conseiller juridique de Mercedes, Ron Meadow, Andrew Shovlin et Paul Harris, ainsi que le directeur sportif de Red Bull, Jonathan Wheatley, ont été convoqués par la Fédération au cours des heures suivantes afin de faire valoir leurs arguments.

Les deux protêts ont été rejetés, a ensuite annoncé la FIA dans un document.

Résultats

Carlos Sainz (Ferrari) a franchi la ligne d’arrivée en troisième place, suivi des deux pilotes d’AlphaTauri, Yuki Tsunoda et Pierre Gasly.

Le pilote d’Alfa Romeo Kimi Räikkönen a mis fin à sa carrière en F1 avec un bris technique au 27tour.

« C’est ça, la course automobile, parfois les choses échouent, mais le résultat d’aujourd’hui n’influence pas comment je me sens par rapport à ma carrière, a-t-il laissé entendre. Je suis heureux de retourner à une vie normale, j’ai hâte. »

« Évidemment, je vais m’ennuyer de toutes les belles personnes que j’ai rencontrées au fil des années ; les 20 dernières années ont passé vite, a-t-il continué. Je me suis fait beaucoup de souvenirs, des bons et des moins bons, et ils resteront avec moi pour toujours. »

Le Québécois Lance Stroll a terminé au 13rang au volant de son Aston Martin.

« Nous ne voulions pas terminer la saison et mon 100Grand Prix avec une 13place, mais nous avons beaucoup appris cette année, ce qui nous mettra en bonne position pour 2022 », a-t-il mentionné.

Consultez le classement final