(Djeddah) Deux pilotes au coude-à-coude. Une seule course à disputer. Lewis Hamilton (Mercedes) a mis la table pour une fin de saison endiablée, dimanche, en remportant dans la controverse le Grand Prix de Formule 1 d’Arabie saoudite.

Mis à jour le 5 déc. 2021
La Presse Canadienne

Hamilton, qui était parti de la position de tête, a franchi le fil d’arrivée du circuit urbain de Djeddah avec un coussin de 11,825 secondes devant son principal rival au championnat des pilotes, Max Verstappen (Red Bull).

« Ce qui s’est produit est incroyable, a confié Verstappen. J’essaie juste de piloter. Ce sport mise davantage sur les pénalités que sur le pilotage. Ce n’est plus de la Formule 1, mais au moins, les spectateurs ont semblé s’amuser. »

Hamilton a également obtenu le point supplémentaire remis au pilote ayant réalisé le tour le plus rapide en course, ce qui signifie que Verstappen et Hamilton sont à égalité au classement avec 369,5 points.

Ouais, ç’a été assez mouvementé. Beaucoup de choses avec lesquelles je n’étais pas nécessairement d’accord se sont produites, mais j’ai tout donné. Ça se réglera [à Abou Dhabi], donc j’espère que nous connaîtrons un bon week-end. Nous verrons.

Max Verstappen

PHOTO ANDREJ ISAKOVIC, AGENCE FRANCE-PRESSE

Max Verstappen

Il s’agissait de la huitième victoire de Hamilton cette saison et de sa 103e en carrière en Formule 1. De plus, le Britannique s’est approché d’un huitième titre de champion du monde – il surpasserait ainsi Michael Schumacher, qui partage avec lui la marque de la série reine du sport automobile.

C’est donc dire que cette palpitante course au championnat se dénouera le week-end prochain. Il s’agissait en effet de l’avant-dernière escale de la saison, qui culminera le 12 décembre avec la tenue du Grand Prix d’Abou Dhabi.

Le coéquipier de Hamilton, Valtteri Bottas, a arraché de justesse au fil d’arrivée la troisième place au pilote de l’écurie Alpine Esteban Ocon. Daniel Ricciardo (McLaren) a complété le top 5.

« Ça n’a pas été facile, car nous avons commis une erreur lors du premier drapeau rouge en adoptant les gommes dures. C’était difficile d’effectuer des dépassements, mais j’y suis finalement parvenu pour la troisième place au dernier tour. Ç’a été un gros défi mentalement et physiquement », a admis Bottas, qui pilotera pour Alfa Romeo la saison prochaine.

En vertu de ces résultats, Mercedes mène maintenant le championnat des constructeurs par 28 points devant Red Bull.

De son côté, le Québécois Lance Stroll n’a pu faire mieux que la 11e place au volant de sa voiture Aston Martin. Son coéquipier, l’Allemand Sebastian Vettel, a été contraint à l’abandon.

Le Torontois Nicolas Latifi a abouti au 12e rang au volant de sa Williams.

Interruption

Si le départ s’est déroulé sans histoire, plusieurs incidents se sont enchaînés à compter du 10e tour.

Mick Schumacher (Haas) a d’abord été victime d’une violente sortie de piste au 10e passage, au même endroit où le pilote Charles Leclerc a perdu la maîtrise de sa Ferrari deux jours plus tôt pendant les essais libres. Il s’en est sorti indemne, et la course a été brièvement interrompue.

PHOTO GIUSEPPE CACACE, AGENCE FRANCE-PRESSE

La course a été arrêtée par un drapeau rouge pour la première fois après 13 tours, le temps de réparer les barrières de sécurité abîmées par une sortie de piste de l’Allemand Mick Schumacher (Haas) au 10e tour.

L’épreuve a été relancée au 15e tour avec un deuxième départ arrêté, cette fois-ci avec Verstappen devant Hamilton. Le pilote Mercedes semblait avoir battu le Néerlandais au premier virage, mais le pilote Red Bull n’a pas lâché le morceau et a presque provoqué un accrochage avec lui.

À l’arrière, Sergio Pérez (Red Bull) a été victime d’un accrochage avec Leclerc, provoquant un spectaculaire accident entre Nikita Mazepin (Haas) et George Russell (Williams). Ce qui a entraîné un deuxième drapeau rouge de suite.

Et cette fois-ci, Ocon est parti de la position de tête, devant Hamilton et Verstappen, dans l’ordre. Le pilote Red Bull a alors démontré tout son savoir-faire pour d’abord surprendre le Britannique, puis faire rapidement le coup à Ocon.

Hamilton s’est alors mis aux trousses de Verstappen qui, de son côté, a rapporté une perte de puissance du moteur Honda. Une lutte psychologique s’est alors dessinée à l’horizon, avec à l’enjeu le premier rang au championnat des pilotes.

La course était alors loin d’être terminée – d’autres rebondissements attendaient dans le détour.

Hamilton a finalement tenté un dépassement au 37e tour, mais Verstappen a court-circuité le premier virage et repris la position de tête. Puis, alors que son équipe lui demandait de céder le premier rang à Hamilton pour souci de fair-play, le pilote Red Bull a freiné soudainement, entraînant une collision et un bris à l’aileron avant droit de Hamilton.

Une pénalité de cinq secondes a été imposée à Verstappen pour son geste, ouvrant la voie à la victoire de Hamilton.

« Ç’a été extrêmement difficile. J’ai essayé d’être aussi prudent que possible, à cause de mon expérience acquise au fil des ans, afin de garder la voiture en piste et de piloter proprement », a d’abord confié Hamilton.

Je n’ai pas trop compris pourquoi il a freiné si subitement. J’ai embouti l’arrière de sa voiture, puis il a détalé alors que j’essayais encore de comprendre ce qui venait de se produire.

Lewis Hamilton

Verstappen a toutefois rejeté la faute sur son adversaire.

« J’ai ralenti, je voulais lui céder ma place. Il a refusé de me dépasser, puis il y a eu l’accrochage, a rétorqué Verstappen. Je ne comprends pas ce qui s’est passé. »

D’autres incidents se sont produits entre Hamilton et Verstappen pendant l’épreuve, et ceux-ci seront analysés par les commissaires de piste au cours des prochaines heures.

Un hommage à Frank Williams

Avant le départ, la Formule 1 s’est réunie pour rendre hommage à Frank Williams, fondateur de l’équipe qui portait son nom et qui est mort le week-end dernier.

Peu avant le départ, les pilotes et les directeurs d’équipe ont rejoint le président et directeur des opérations de la Formule 1, Stefano Domenicali, ainsi que le président de la Fédération internationale de l’automobile (FIA), Jean Todt.

« Frank, il était un ami et il avait le don de motiver tout le monde autour de lui. Toute l’usine travaillait pour Frank, en raison de sa passion, a raconté Bottas. Il m’a offert ma première chance en Formule 1. Sans Frank, et la chance qu’il a prise en misant sur moi, je ne serais pas où je suis présentement. »

Ils ont tous observé une minute de silence à sa mémoire, alors qu’ils étaient réunis en rond autour d’une photo de Williams – les pilotes avaient déposé leur casque au sol, devant eux. On lui a ensuite réservé des applaudissements. Williams est mort dimanche dernier à l’âge de 79 ans.