(Silverstone) La Fédération internationale de l’Automobile (FIA) a rejeté jeudi la requête de Red Bull qui estimait insuffisante la pénalité infligée au pilote Mercedes Lewis Hamilton après son accrochage avec Max Verstappen lors du Grand-Prix de Grande-Bretagne.

Agence France-Presse

L’accident du premier tour à Silverstone avait coûté l’abandon au pilote néerlandais de Red Bull alors qu’Hamilton s’était imposé. Verstappen, actuellement leader du championnat du monde, avait dû se rendre le jour même à l’hôpital pour passer des examens médicaux, qui avaient été rassurants.

La direction de course avait sanctionné de dix secondes Hamilton, pas assez pour le priver de la victoire finale devant son public. Mardi, Red Bull a en conséquence demandé un réexamen de cette sanction jugée insuffisante.

Mais l’écurie autrichienne n’a apporté aucun « élément nouveau, significatif et pertinent » susceptible de justifier un réexamen de la décision prise pendant la course, a estimé la FIA s’appuyant sur son code sportif international.

Après la demande de Red Bull, les deux écuries étaient convoquées jeudi en Hongrie, avant le 11e Grand Prix de la saison ce week-end. Red Bull a notamment présenté des données GPS afin de prouver que le dépassement d’Hamilton au virage 9 devait être plus sévèrement sanctionné.  

Cela n’a pas suffi pour sanctionner davantage le Britannique et le priver a posteriori de sa 99e victoire en F1.  

Si le dossier est bouclé du côté des officiels, la guerre des mots s’est poursuivie jeudi, avec une vive réaction de Mercedes à cette requête rejetée de l’écurie concurrente.

« En plus de clore cet incident, nous espérons que cette décision marquera la fin d’une tentative concertée par l’encadrement de Red Bull Racing de ternir le nom et l’intégrité sportive de Lewis Hamilton, y compris dans les documents soumis pour leur requête infructueuse », écrit Mercedes dans un communiqué.

La brouille promet de se poursuivre sur la piste sur le Hungaroring entre les deux premiers du championnat, qui ont également planté le décor à coup de piques en conférences de presse jeudi.