(Sakhir) Comme lors des essais d’avant-saison, Max Verstappen a dominé vendredi au volant de sa Red Bull les premiers essais libres de F1 de 2021 et Mercedes a tenté de suivre le rythme, à Bahreïn où le Grand Prix inaugural aura lieu dimanche.

Olivier LEVRAULT
Agence France-Presse

Sous la chaleur et le soleil, puis à la nuit tombée sur le circuit de Sakhir, Verstappen a réussi les meilleurs temps des deux séances. Le troisième du dernier championnat confirme qu’il est, à 23 ans, le mieux placé pour mettre un terme à la domination de Lewis Hamilton.

Le septuple champion du monde, quatre fois vainqueur à Bahreïn, a pris le quatrième temps, puis le troisième temps des essais libres 1 et 2. Les qualifications, ce samedi (18 h, heure locale, 11 h, heure de Montréal), donneront un meilleur aperçu du rapport de force entre les deux favoris cette saison.

Le Québécois Lance Stroll a obtenu le huitième temps, à 0,546 seconde de Verstappen. Son coéquipier chez Aston Martin Racing, Sebastian Vettel, a pris le 14e rang.

Une chose est sûre, après des ennuis de boîte de vitesses et surtout de train arrière lors des essais hivernaux, qui se sont déroulés sur ce même circuit il y a deux semaines, les Mercedes ont paru en meilleure forme, même si elles sont toujours derrière les Red Bull.

« Suivre le rythme de Red Bull »

« Beaucoup de travail a été fait au cours des 10 derniers jours et je pense que nous avons trouvé le chemin à suivre pour rendre la voiture plus fiable », a déclaré Toto Wolff, directeur de l’écurie victorieuse de tous les titres depuis 2014, en conférence de presse.

« Je pense que nous avons probablement plus souffert du changement de réglementation […] et il est peut-être plus difficile pour nous de récupérer une partie de l’appui perdu », a-t-il dit, expliquant que « suivre le rythme de Red Bull serait le meilleur scénario aujourd’hui ».

Les voitures sont essentiellement les mêmes qu’en 2020, mais un nouveau règlement relatif au fond plat a obligé les écuries à raboter ce dernier, afin de faire baisser l’appui de 10 % et préserver des pneus malmenés l’an dernier.

PHOTO KAMRAN JEBREILI, ASSOCIATED PRESS

Le Québécois Lance Stroll, pilote de l’écurie Aston Martin Racing

Ces quelques centimètres en moins ont forcé les équipes à travailler à de nouvelles solutions aérodynamiques, pour récupérer la performance perdue. Pour le moment, Red Bull semble s’en tirer mieux que Mercedes. Mais les essais ne sont que des essais.

McLaren, troisième écurie l’an dernier et qui a changé de motoriste en passant chez Mercedes, a confirmé qu’il fallait compter avec elle.

L’espoir britannique Lando Norris, qui entame sa troisième saison en Formule 1 à 21 ans seulement, a réalisé le troisième temps, puis le deuxième (1 min 30,942 s) lors de la seconde séance, à un souffle de Verstappen. Daniel Ricciardo, passé de Renault à McLaren, a également été dans le coup.

Parmi les pilotes transférés au cours de l’hiver, c’est l’Espagnol Carlos Sainz fils qui s’en est le mieux tiré. Parti de chez McLaren, le nouveau coéquipier de Charles Leclerc chez Ferrari a réussi le quatrième temps de la deuxième séance.

Quant à Sergio Pérez, passé de Racing Point à Red Bull, il n’a pas encore pris la mesure de sa nouvelle monture, tout comme Sebastian Vettel chez Aston Martin.

Le seul pépin notable est à déplorer du côté du pilote Alfa Romeo Kimi Räikkönen. Bien qu’il soit le plus expérimenté de la grille à 41 ans, le Finlandais a pris un mur, au ralenti.