Habituellement répartis sur deux séries de trois ou de quatre jours sur le circuit de Barcelona-Catalunya, près de Barcelone, les essais hivernaux se résumeront cette saison à trois journées très chargées.

Michel Marois Michel Marois
La Presse

Des impératifs économiques et la volonté de limiter les déplacements de l’ensemble des équipes ont amené les organisateurs à tenir les essais sur le circuit de Sakhir, à Bahreïn, là où sera aussi disputé le premier Grand Prix de la saison dans deux semaines.

À l’exception de nouvelles couleurs, les monoplaces de F1 n’ont pas beaucoup changé depuis la saison dernière, mais de nouvelles règles sur le plan aérodynamique, particulièrement sous la voiture, et des restrictions quant aux nombres d’évolutions permises en cours de saison devraient diminuer les performances. On peut toutefois faire confiance aux ingénieurs des équipes pour trouver quelques astuces qui limiteront les « dégâts », et les meilleures équipes ont bien pris soin de cacher certaines parties de leurs voitures, à l’arrière notamment, lors de leurs présentations virtuelles.

D’où l’importance des trois jours d’essais.

« Nous n’aurons qu’une journée et demie par pilote », a rappelé Max Verstappen, il y a quelques jours, lors de la présentation de l’équipe Red Bull.

C’est bien peu, mais ça ne me dérange pas vraiment. J’ai toujours pensé que six journées, c’était long et un peu ennuyeux !

Max Verstappen

Vainqueur du dernier Grand Prix de la saison 2020, il y a moins de trois mois, Verstappen entend bien tirer le maximum des prochains jours. « J’espère que nous n’aurons pas d’ennuis techniques, c’est le plus important. Nous voulons parcourir le plus de kilométrage possible afin de bien connaître la voiture et de bien préparer le premier week-end de course. Ce n’est qu’alors que les choses sérieuses vont commencer, qu’on pourra vraiment pousser la voiture au maximum, peaufiner les réglages. »

Avec trois pilotes recrues (Mick Schumacher et Nikita Mazepin, chez Haas ; Yuki Tsunoda, chez Alpha Tauri), un revenant (Fernando Alonso, chez Alpine) et quatre transfuges (Sergio Pérez, chez Red Bull ; Daniel Ricciardo, chez McLaren ; Carlos Sainz, chez Ferrari ; Sebastian Vettel, chez Aston Martin), les essais hivernaux permettront à beaucoup de découvrir à la fois leur nouvelle voiture et les habitudes de travail de leur nouvelle équipe.

Beaucoup d’action en piste donc avec, déjà, une bonne idée de ce qui nous attendra cette saison.