(Sotchi) Romain Grosjean a d’autres options pour son avenir, par exemple en Formule E et au Mans, si son écurie actuelle en Formule 1, Haas, décide de ne pas le conserver en 2021, a-t-il révélé jeudi à Sotchi.

Agence France-Presse

Le pilote franco-suisse vit sa cinquième saison dans l’équipe créée par le milliardaire américain Gene Haas. Il aimerait bien continuer en F1, mais se dit prêt à faire autre chose, a-t-il expliqué lors d’un point presse vidéo à la veille des premiers essais libres du GP de Russie.

« Il est clair qu’il n’y a plus beaucoup de baquets disponibles en F1 l’an prochain, et beaucoup de candidats, il suffit de faire les comptes », a dit Grosjean, qui « comprend le point de vue de Haas ».  

« Il n’y a aucune urgence, ni pour Haas ni pour moi », a-t-il ajouté, et « il y a des options ailleurs aussi, qui peuvent être intéressantes ».

« En revenant du Mugello, après avoir piloté ces voitures sur le Mugello, on se dit qu’elles sont absolument uniques, ces F1 », a aussi souligné Grosjean, qui en revanche n’est pas tenté par les ovales de l’IndyCar.

« En Amérique, c’est clair que l’IndyCar est un superbe championnat, mais je ne suis pas tenté par les ovales, ils pourraient même me faire peur, donc je n’ai pas envie d’aller dessus ».

« Dans l’avenir, les Hypercars (une nouvelle catégorie-reine) aux 24 Heures du Mans et le Championnat du monde d’endurance, ça pourrait être bien. La Formule E, c’est aussi une option, clairement. Il y a de bons pilotes et de bonnes équipes ».