(Paris) L’application du nouveau règlement de la Formule 1 qui devait entrer en vigueur en 2021 a été repoussée d’un an en raison des perturbations du calendrier liées à la pandémie de coronavirus, a annoncé jeudi la Fédération internationale de l’automobile (FIA).

Agence France-Presse

Ce nouveau règlement, qui s’accompagne d’une limitation des dépenses des dix écuries engagées dans le Championnat du monde de F1, a pour but de rendre les courses plus indécises en permettant aux monoplaces de se dépasser plus facilement.

Présenté à la fin de l’année dernière, il devait rentrer en vigueur pour la saison 2021, mais faisait encore l’objet de discussions entre les dix écuries de F1, le promoteur Formula One et la Fédération internationale sur sa finalisation.

PHOTO LLUIS GENE, AFP

L’Alfa Roméo du pilote italien Antonio Giovinazzi lors des essais d’hiver du 19 février 2019 à Barcelone.

La FIA a indiqué jeudi que les mesures de limitation des dépenses entreront elles en vigueur comme prévu l’an prochain.

Les écuries utiliseront donc en 2021 les châssis dont elles se servent cette année, mais des discussions sont encore en cours pour déterminer si certains autres composants verront leur développement gelé à leur niveau actuel ou si certaines évolutions seront autorisées.

Lors de sa présentation en octobre, le président de la FIA Jean Todt avait affirmé que grâce à ce nouveau règlement la F1 serait « moins complexe et plus facile à comprendre » tout en rendant ce sport « plus durable et plus sûr ».

Actuellement, les monoplaces de F1 ont beaucoup de difficultés à se suivre en raison des turbulences aérodynamiques qu’elles génèrent. En supprimant de nombreux ailerons et en autorisant le retour de la technique dite à « effet de sol », le nouveau règlement vise à leur permettre de se rapprocher lorsqu’elles roulent à pleine vitesse et à se dépasser ainsi au freinage.

Le plafonnement des coûts, qui va lui entrer en vigueur comme prévu, limite à 175 millions de dollars (254 millions de dollars canadiens) par an et pour chaque écurie les dépenses liées au développement des voitures. Actuellement, les plus grosses équipes comme Mercedes et Ferrari ont un budget annuel de l’ordre de 500 millions de dollars (725 millions de dollars canadiens), mais plusieurs postes doivent échapper au plafonnement, ce qui rend toute comparaison difficile.

Parmi les postes non soumis à la limitation des dépenses figurent notamment les dépenses marketing, les salaires des pilotes et ceux des trois membres les plus payés dans chaque écurie.

Le Championnat du monde de Formule 1, 2020 devait débuter le 15 mars en Australie, mais en raison de l’annulation de ce premier Grand Prix et du report des six suivants, la saison pourrait ne commencer que début juin avec le Grand Prix d’Azerbaïdjan. Elle prévoyait initialement 22 courses.

Le retard pris rendait difficile pour les écuries la gestion de la saison actuelle et la préparation des nouvelles F1 pour 2021, ce qui explique le report de l’entrée en vigueur des mesures prévues.