Quand il était jeune, Sebastian Vettel avait un joli falsetto dans la voix et il chantait dans un boys band qu'il avait formé avec des amis. Même s'il avait déjà commencé à piloter des karts en compétition, son rêve à l'époque était d'imiter un jour Michael Jackson.L'adolescence est arrivée, sa voix a mué, et Vettel a revu ses objectifs !

Mis à jour le 7 juin 2018
Michel Marois
Michel Marois LA PRESSE

Formé dans la filière Red Bull, plus jeune champion de l'histoire de la F1, l'Allemand espère maintenant plutôt répéter un exploit de son autre grande idole, aussi prénommé Michael. Il s'agit évidemment de Michael Schumacher, le septuple champion du monde.

« Il a été une formidable source d'inspiration pour moi, même si je sais que je ne pourrai jamais approcher tous ses records », a expliqué Vettel, il y a quelques jours, à Monaco.

Schumacher, qui a pris sa retraite en 2012 avant d'être victime d'un traumatisme crânien dans un grave accident de ski l'année suivante, avait remporté cinq titres consécutifs avec la Scuderia Ferrari entre 2000 et 2004. Il a exercé une grande influence sur son jeune compatriote.

« Ses conseils étaient très précieux pour moi, spécialement au cours des dernières années de sa carrière, quand je me battais déjà pour le titre mondial », a rappelé Vettel.

« Schumacher avait une grande expérience, bien sûr, tant sur la piste qu'à l'extérieur, mais il était aussi bien plus brillant et sympathique que les gens pouvaient l'imaginer. »

- Sebastian Vettel

« Il était tellement talentueux, mais il savait aussi réfléchir à tout ce qu'il devait faire pour s'assurer que sa voiture soit vraiment la plus compétitive possible. Chaque fois que j'ai pu lui parler, cela m'a aidé. »

Même si les deux hommes ne pouvaient plus communiquer en 2014 quand Vettel a décidé de rejoindre la Scuderia, l'influence de son glorieux prédécesseur a encore été déterminante.

« J'aimerais comme lui remporter au moins un titre au volant d'une Ferrari, a-t-il avoué. Il [Schumacher] m'avait parlé de l'équipe, de ses traditions, des habitudes de travail aussi. La F1 a beaucoup changé depuis 15 ans et Ferrari n'est plus la même équipe qu'à l'époque de Michael. Mais la passion est restée tout aussi forte ! »

Pression incomparable

Vettel constate aussi depuis son arrivée avec l'équipe que la pression qui s'exerce sur les pilotes de la Scuderia est incomparable en F1.

Un seul pilote, le Finlandais Kimi Räikkönen en 2007, a remporté un titre en rouge depuis le règne de Schumacher. Et malgré un budget estimé à 650 millions, Ferrari subit la loi de Mercedes depuis quatre saisons.

Avec un salaire annuel évalué à 50 millions, Vettel sait qu'il doit gagner et les tifosi du monde entier se montrent de moins en moins patients avec lui. On parle de plus en plus de l'arrivée de l'Australien Daniel Ricciardo à ses côtés la saison prochaine, d'autres rêvent de voir Lewis Hamilton au volant d'une Ferrari.

Le Britannique a d'ailleurs souligné récemment à Monaco que Vettel apposerait sûrement un veto à sa venue dans l'équipe, mais l'Allemand a répliqué, en riant, qu'il n'avait pas un tel pouvoir.

« Je suis bien chez Ferrari et, honnêtement, j'aimerais continuer avec Kimi la saison prochaine, a continué Vettel. On parle beaucoup du second pilote et plusieurs noms ont été mentionnés, mais ne ce n'est pas à moi de dire qui pilotera la deuxième voiture la saison prochaine... »

Au sommet de sa gloire, Michael Schumacher avait la réputation de ne penser qu'à lui-même en piste et ses coéquipiers n'étaient à ses yeux que des valets. La situation n'est évidemment plus la même, mais Vettel devra sans doute faire preuve d'un peu plus de hargne s'il veut vraiment imiter son idole.

AP

Photo AP

Des noms pour ses voitures

Un peu par humour, un peu par superstition, Sebastian Vettel a toujours « baptisé » ses voitures en Formule 1. Rien de méchant, même si les surnoms sont parfois un peu grivois. En voici la liste : 

2018, Ferrari SF71H : Loria

2017, Ferrari SF70-H : Gina

2016, Ferrari SF16-H : Margherita

2015, Ferrari SF15-T : Eva

2014, Red Bull RB10 : Suzie

2013, Red Bull RB9 : Hungry Heidi

2012, Red Bull RB8 : Abbey

2011, Red Bull RB7 : Kinky Kylie

2010, Red Bull RB6 : Luscious Liz, puis Randy Mandy

2009, Red Bull RB5 : Kate, puis Kate's Dirty Sister

2008, Toro Rosso STR3 : Julie

Un champion précoce

Sebastian Vettel a établi plusieurs records de précocité en F1. Il est notamment devenu en 2008, en Italie, alors qu'il venait d'avoir 20 ans, le plus jeune pilote à partir de la position de tête et à remporter un Grand Prix.

Ces marques ont été améliorées depuis, mais Vettel a aussi été, et reste, le plus jeune champion du monde de l'histoire de la F1 après avoir remporté le titre en 2010, à 23 ans, avec l'équipe Red Bull.

Il a remporté quatre titres de suite, devenant ainsi le plus jeune double, triple et quadruple champion !