(Budapest) Kylie Masse a remporté la médaille d’argent du 100 m dos des Championnats du monde de natation, terminant tout juste à court d’un troisième titre mondial consécutif.

Publié le 20 juin
La Presse Canadienne

L’Ontarienne a franchi la distance en 58,40 secondes, 18 centièmes plus lent que la gagnante, l’Américaine Regan Smith. Sa compatriote Claire Curzan a complété le podium, en 58,67.

Masse a réussi le meilleur départ des huit nageuses en finale et se trouvait nez à nez avec Smith au virage. Elle a appliqué la pression dans les 50 derniers mètres, mais l’Américaine a touché le mur juste avant la double championne.

« Je suis vraiment heureuse de terminer sur le podium. C’est toujours incroyable de participer aux Championnats du monde et de me battre pour une médaille avec ces filles, c’est quelque chose dont je suis vraiment fière », a déclaré Masse par communiqué.

Photo Petr David Josek, Associated Press

La Canadienne Kylie Masse (médaille d’argent), l’Américaine Regan Smith (médaille d’or) et l’Américaine Claire Curzan (médaille de bronze)

« Ce n’est pas vraiment le temps que je voulais faire et j’étais un peu frustrée d’avoir eu une mauvaise touche, mais je pense qu’après la folie des dernières années, je suis fière de pouvoir continuer à me battre pour me tenir sur le podium. Il y a tellement d’excellentes dossistes dans les dernières années. C’était un beau défi et je suis toujours motivée à repousser mes limites. »

Il s’agit d’une sixième médaille aux Mondiaux pour Masse, qui a gagné le titre au dos à Budapest en 2017, ainsi qu’à Gwangju, en Corée du Sud, en 2019. Elle a aussi remporté trois médailles de bronze au cours de ces deux éditions.

Masse a ainsi remporté une médaille à cette épreuve lors de 10 compétitions internationales majeures consécutives depuis 2015, ce qui représente la plus longue série de l’histoire pour une Canadienne. Elle est à égalité avec Penny Oleksiak pour le plus de médailles remportées aux Championnats du monde avec six.

Ruck qualifiée ; Oleksiak disqualifiée

La Britanno-Colombienne Taylor Ruck s’est quant à elle qualifiée pour la finale de mardi au 200 m libre. Ruck a pris le sixième rang avec un temps de 1 : 56,80 dans sa vague de demi-finale.

« Je me sens bien. J’ai été plus vite que mon objectif. Je suis vraiment satisfaite de ma course, c’est mon temps le plus rapide depuis longtemps. Je continue à progresser et à aller de plus en plus vite. Je voulais aller plus vite qu’aux Essais, et c’est ce que j’ai fait », a-t-elle expliqué dit Ruck.

Oleksiak, qui nageait dans la même vague de demi-finale, a de son côté été disqualifiée. La nageuse a indiqué qu’elle savait qu’elle avait eu un faux départ avant même de toucher à l’eau.

« Ça ne m’est jamais arrivé avant. J’espère que ça ne m’arrivera plus jamais », a-t-elle affirmé.

Record du monde pour Ceccon

L’Italien Thomas Ceccon a quant à lui établi une marque mondiale au 100 m dos.

Ceccon a stoppé le chrono à 51,60 secondes pour retrancher 15 centièmes à l’ancienne marque détenue par l’Américain Ryan Murphy aux Jeux olympiques de Rio de Janeiro, en 2016.

Murphy a terminé deuxième, en 51,97, un centième de seconde devant son compatriote Hunter Armstrong. Le Canadien Javier Acevedo n’a pas franchi sa vague.

Ceccon est le deuxième Italien à détenir une marque mondiale, après que Giorgio Lambert eut détenu la marque au 200 m style libre de 1989 à 1999.

À 21 ans, Ceccon est aussi devenu le plus jeune médaillé d’or au 100 m dos depuis la victoire de l’Américain Aaron Piersol à 19 ans, en 2003.